Économie du Koweït

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Koweït
Indicateurs économiques
Image illustrative de l'article Économie du Koweït
Koweït City

Monnaie Dinar koweïtien
Année fiscale 1er avril- 31 mars
Organisations internationales OMC, OPEP
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 117,3 milliards de $ (2010)
Produit intérieur brut en PPA
Rang pour le PIB en PPA
Croissance du PIB 2,3 % (2010)
PIB par habitant en PPA 84 309 $ (2010)
PIB par secteur agriculture : 0,3 % (2007)
industrie : 52,2 % (2007)
services : 47,5 % (2007)
Inflation (IPC) 4,1 % (2010)
Pop. sous le seuil de pauvreté
Indice de développement humain (IDH) 0,9 (2010)
Population active 2,225 millions (2008)
Population active par secteur agriculture :
industrie :
services :
Taux de chômage 2,2 % (2004)
Principales industries
Commerce extérieur
Exportations 95,46 milliards $ (2008)
Biens exportés pétrole
Principaux clients
Importations 26,54 milliard $ (2008)
Biens importés
Principaux fournisseurs
Finances publiques
Dette publique 29,6 % du PIB (2009)
Dette extérieure
Recettes publiques 26,1 milliard $ (2010)
Dépenses publiques 43,9 milliard $ (2010)
Déficit public
Aide au développement
Sources :
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/ku.html

90 % des recettes publiques du Koweït viennent du pétrole dont la production est assurée par la Kuwait Oil Company et le pays a, en 2005, déclaré avoir l'intention d'investir plus de 40 milliards de dollars dans les 15 prochaines années pour moderniser ses installations dans l'industrie pétrolière. Le Koweït est la troisième réserve mondiale de pétrole (8 à 10 % des réserves mondiales). La première des trois raffineries construites fut celle de Mina al Ahmadi en 1949. Le pays dispose de deux principaux ports et de trois terminaux pétroliers.

Après l'invasion irakienne de 1990 et les destructions lors de la seconde guerre du golfe, l'économie du pays s'est rapidement reconstruite et connaît une situation financière très favorable. Mais l'économie du pays reste malgré tout fortement importatrice, la faiblesse de la demande intérieure et le manque de main d'œuvre qualifiée sont autant de défis que le pays devra relever dans les prochaines années afin de préparer au mieux l'après pétrole.

Sa force de travail compte en 2008 environ 2,225 millions de personnes dont 80 % ne sont pas Koweitiens.

Économie pétro-chimique[modifier | modifier le code]

L'émirat est membre fondateur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole créée en 1960.

Le Kuwait National Petroleum Company (KNPC), une filiale de la Kuwait Petroleum Corporation fondée en 1960, exploite des raffineries et des installations connexes à l'exportation. KNPC exploite les trois grandes raffineries du Koweït regroupées sur la côte du sud du pays : Mina al-Ahmadi, Mina Shuaiba et Mina Abdallah (Mina Abdulla) d'une capacité globale d'une capacité totale de 920 000 barils par jour, dont 80 % vont à l'exportation et une quatrième est en projet[1].

L'industrie pétrolière dans cette émirat qui possède des réserves de pétrole estimées à 100 milliards de barils (chiffres qui seraient surestimés selon un article de 2006[2]), soit environ 8 à 10 % des réserves mondiales, est prépondérante dans l'économie du Koweït qui dispose d'une infrastructure bien développée pour l'exportation de pétrole brut, produits raffinés, et le gaz de pétrole liquéfié[3].

La production en 2009 est d'environ 2,2 millions de barils par jour, pour une capacité de production de quelque 2,7 millions de barils par jour, est le sixième producteur de l'OPEP, les recettes pétrolières représentant 90 % des revenus de l'émirat.

En 2009, l'émirat produit 4 millions de mètres cubes de gaz non associé dans un gisement estimé à 1 000 milliards de mètres cubes de gaz naturel découvert en 2006 dans le nord du pays, ainsi que 28 millions de mètres cubes de gaz associé[4]. Il a commencé début avril 2010 à importer du gaz naturel liquéfié par méthaniers et il comptait en importer en moyenne 14,2 millions de mètres cubes par jour, et ce jusqu'à fin octobre 2010. En 2010, le gouvernement annonce vouloir produire 114 millions de mètres cubes de gaz par jour en 2030.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]