Économie de la Syrie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Syrie
Indicateurs économiques
Monnaie Livre syrienne
Année fiscale année calendaire
Organisations internationales GAFTA
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 54,35 milliards de $ (2009)
Produit intérieur brut en PPA 107,4 milliards de $(2010)
Rang pour le PIB en PPA
Croissance du PIB 2,2 % (2009)
PIB par habitant en PPA 4 700 $ (2009)
PIB par secteur agriculture : 19 % (2009)
industrie : 34 % (2009)
services : 47 % (2009)
Inflation (IPC) 3,8 % (2009)
Pop. sous le seuil de pauvreté 11,9 % (2006)
Indice de développement humain (IDH)
Population active 5,772 millions (2009)
Population active par secteur agriculture : 17 % (2008)
industrie : 16 % (2008)
services : 67 % (2008)
Taux de chômage 9,2 % (2009)
Principales industries
Commerce extérieur
Exportations 10,13 milliards $ (2009)
Biens exportés pétrole brut, minerais, produits pétroliers, fruits et légumes, coton, textiles, viande,blé
Principaux clients
Importations 13,1 milliard $ (2009)
Biens importés équipement de transport, bétail, du métal, produits chimiques et plastiques, papier
Principaux fournisseurs
Finances publiques
Dette publique 32,3 % du PIB (2009)
Dette extérieure
Recettes publiques 9,02 milliard $ (2009)
Dépenses publiques 13,14 milliard $ (2009)
Déficit public
Aide au développement
Sources :
https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/sy.html

Depuis quelques années[Quand ?], la Syrie a décidé de se tourner en faveur d'une économie de marché. Fin 2010-début 2011, l'État syrien se lance dans un vaste chantier de réformes qui devrait s'étendre sur quatre années. En décidant d'investir près de 14 milliards de dollars, le gouvernement se fixe comme objectif principal la modernisation des infrastructures(extension des ports de la côte méditerranéenne), la lutte contre le chômage et la pauvreté qui touche près de 14 % de la population syrienne. Ces efforts sont toutefois contrecarrés par le développement de la crise du régime consécutive au printemps arabe et les sanctions appliquées par la communauté internationale : une contraction de 12 à 20 % de l'activité économique est attendue pour l'ensemble de 2011[1].

Données macro-économiques[modifier | modifier le code]

  • PIB (PPA) : 106,4 milliards $US (2010)[2]
  • PIB par habitant: 4800$ US (2010)[2]
  • PIB par secteur d'activités économiques (2010)[2]
    • Agriculture: 17,6 %
    • Industrie: 26,8 %
    • Services: 55,6 %
  • PNB total : 52,17 milliards dollars américains (2009)[3]
    • PNB/hab. : 990 $ (2000) - 1040 $ (2001)- 2020 $ (2007)
  • Croissance : 2,5 % (2000) - 2,8 % (2001)
  • Taux de chômage :
    • -1997 : 9 %
    • -2007 : 16 %
    • -2010: 8,3 %[2]
  • Inflation :
    • 12 % (1995)
    • 1,5 % (2000)
    • 2,6 % (2009)[2]
    • 5,9 % (2010)[2]
  • Aide publique reçue : 136,2 millions de dollars (2008)[4].
    • Aide cumulée entre 2005 et 2008 : 322,3 millions de dollars, soit en moyenne 80,6 millions par an.
    • Part de l'aide publique dans le revenu national brut : 0,3 % (2008)[5]. Part de l'aide publique par habitant : 7 dollars (2008)[6].
  • Dette extérieure : $7.682 milliards de dollars US (2010)[2]
  • La dette publique représente 29,8 % du PIB (2010) [2]

L'économie du pays réside essentiellement sur l'agriculture, l'artisanat, les télécommunications, le commerce et les échanges en général.

Secteurs d'activités[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

L'agriculture représentait en l'an 2000 : 25 % de la population active et 30 % du PNB. Les céréales, les arbres fruitiers et la culture du coton, occupent plus de 50 % de la surface agricole.

Dans les années 1970, une réforme agraire avait limité les dimensions des propriétés et supprimé les usages féodaux, favorisé les coopératives et la sédentarisation des tribus nomades.

Utilisation des terres (1991) :

  • pâturages : 7 936 000 d'hectares
  • terres cultivées : 5 576 000 d'hectares et 640 000 hectares de plus dès la mise en irrigation des eaux du barrage de Tabqa (2000)
  • forêts : 731 000 d'hectares
  • eaux : 137 00 d'hectares

Productions (2000) :

  • blé : 3 200 000 tonnes (4 745 000 en 2004)
  • betterave à sucre : 750 000 tonnes
  • raisin : 451 000 tonnes
  • pommes de terre : 450 000 tonnes
  • olives : 401 000 tonnes
  • tomates : 401 000 tonnes
  • orge : 400 000 tonnes
  • coton : 300 000 tonnes (860 000 en 2004 - 11e rang mondial)
  • maïs : 180 000 tonnes (180 000 en 2004)
  • lentilles : 152 000 tonnes
  • oignons : 123 000 tonnes

Élevages (2000) :

  • 18 000 000 de poulets
  • 14 500 000 moutons
  • 1 250 000 chèvres
  • 950 000 bovins (880 000 en 2004)

Pêche (1999) : 14 600 tonnes

Industrie[modifier | modifier le code]

L'industrie représentait en l'an 2000 : 20 % de la population active et 10 % du PNB. L'industrie est en grande partie contrôlée par l'État (60 % du PNB et 80 % des investissements lourds).

Les principaux secteurs industriels sont :

  • l'agro-alimentaire
  • la construction et le BTP
  • le raffinage du pétrole
  • la métallurgie
  • l'industrie des automobiles
  • l'industrie des produits électroniques

Le secteur artisanal est aussi important :

  • l'artisanat du cuir
  • l'artisanat du textile
  • l'artisanat des tapis

Voir Culture de la Syrie#Artisanat traditionnel=

Services[modifier | modifier le code]

  • Touristes: 1 276 000 en (1998) plus de 3 600 000 en (2005) et plus de 7 400 000 en (2010)
  • Revenus : 7 480 millions $ (2005)=

Politique économique[modifier | modifier le code]

Le commerce international[modifier | modifier le code]

[2]

  • Exportations
    • 12,84 milliards de dollars US(2010)
    • Principaux produits exportés
      • Pétrole brut, minéraux, des produits pétroliers, des fruits et légumes, du textile, des vêtements, de la viande et des animaux vivants et du blé
  • Principaux partenaires (2009)
    • Irak (30,22 %), Liban (12,21 %), Allemagne (8,89 %), Égypte (6,8 %) , Arabie saoudite (5,04 %), Italie (4,55 %)
  • Importations
    • 13,57 milliards de dollars US (2010)
    • Principaux produits importés
      • Machines et matériel de transport, des machines électriques, de la nourriture et du bétail, des métaux et des produits métalliques, des produits chimiques, des matières plastiques et du papier
  • Principaux partenaires (2009)
    • Arabie saoudite (10,1 %), Chine (9,95 %), Turquie (6,97 %) , Égypte (6,44 %), Union Européenne (4,97 %), Italie (4,93 %), Russie (4,92 %), Allemagne (4,38 %), Liban (4,12 %)

Les transports et infrastructures[modifier | modifier le code]

  • routes (1997) : 41 540 km
  • voies ferrées : 2 423 km
  • oléoducs en provenance d'Irak et d'Arabie saoudite

Le budget[modifier | modifier le code]

Les redevances perçues pour le passage des oléoducs en provenance de l'Irak ont permis le financement de grands travaux d'infrastructures en voies ferrées, en irrigation et la construction du barrage de Tabqa sur l'Euphrate.

Depuis 1973, la guerre latente avec Israël et l'accueil de plus de 300 000 réfugiés palestiniens et libanais, ont longtemps pesé fortement sur le budget du pays, par une inflation importée (19,4 % en 1990) et un déficit de la balance des paiements.

  • Budget de la défense :
    • En 1992, le budget militaire représentait 43 % du budget national avec 400 000 hommes dans l'armée et 200 000 de plus dans les services de sécurité.
    • En 2001 le budget de la défense s'est élevé à 838 millions US dollars et l'armée comportait environ 321 000 actifs et 354 000 réservistes.
  • Budget de l'éducation : 3,1 % du PNB (2001).

Ressources[modifier | modifier le code]

L'énergie[modifier | modifier le code]

  • Pétrole (2000) : production 25,4 millions de tonnes - Réserves 350 millions de tonnes.
  • Gaz (1999) : production 6 300 millions de m3 - Réserves 241 000 millions de m3.
  • Électricité (2002) : 26,9 milliards de kWh dont 39,7 % issus de la production hydroélectrique.

Principaux barrages hydroélectriques:

Les matières premières[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Neil MacFarquhar, « Syrians Say They Are Feeling the Grip of Sanctions », The New York Times,‎ 2 décembre 2011 (consulté le 8 décembre 2011)
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i https://www.cia.gov/library/publications/the-world-factbook/geos/sy.html
  3. « PIB ($ US courants) », Banque mondiale,‎ 2009 (consulté le 19 octobre 2010)
  4. « Aide publique au développement nette reçue ($ US courants) », Banque mondiale,‎ 2010 (consulté le 19 octobre 2010)
  5. « APD nette reçue (% du RNB) », Banque mondiale,‎ 2010 (consulté le 19 octobre 2010)
  6. « APD nette reçue par habitant (dollars américains constants)  », Banque mondiale,‎ 2010 (consulté le 19 octobre 2010)

Articles connexes[modifier | modifier le code]