W+

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
W+
Présentation
Président Claude Thayse
Fondation 2010
Idéologie Indépendantisme wallon et rattachisme
Couleurs Blanc, Jaune & Rouge
Site web http://www.wallonieplus.be

W+ (anciennement Union Pour la Wallonie) est une union de partis démocrates et républicains wallons dont le but est de sortir la Wallonie de l'État belge pour lui proposer de choisir entre l'indépendance et la réunion à la France[1].

Cette union s'est présenté autrefois aux élections sous le sigle Wallons (acronyme récursif signifiant « Wallons agissons et luttons pour la liberté et une organisation nouvelle solidaire »).

Ce parti est un pôle électoral formé par le Rassemblement wallon qui avait déjà déposé des listes Wallon aux élections législatives de 1995 et 1999 dans la province de Hainaut. Alors qu'en décembre 1999, il participe avec Maurice Lebeau (président du Mouvement Wallon pour le Retour à la France) à la fondation du Rassemblement Wallonie France, il décide de le quitter en janvier 2003 en raison de la manière dont l'idéologie initiale et fondatrice du RWF s'est vue transformée. En 2004, il présente des candidats dans trois arrondissements sur cinq dans la province de Hainaut belge. Depuis, il dépose des listes dans d'autres arrondissements et d'autres provinces. Il est surtout actif dans l'arrondissement de Charleroi où réside son président André Libert. Le parti trouve, entre autres, ses fondations dans la pensée de Xio Mor.

Programme[modifier | modifier le code]

Le pôle wallon[2], partisan d'une Wallonie plus autonome, a pour principale caractéristique de prôner l'indépendance de la Wallonie nuancée par un possible rapprochement autre que culturel avec la France. Le parti entend marquer sa solidarité avec les francophones et Wallons de Bruxelles... Son projet politique est développé par le Rassemblement wallon.

Partis membres[modifier | modifier le code]

  • Rassemblement wallon (André Libert)
  • Alliance des Wallons avec la France (Paul Durieux)
  • Parti France (Marie-France Jarbinet)
  • WSD - PSDI (Salvatore Mannino)
  • Debout la Wallonie ! (Claude Thayse, Didier Melin)
  • Parti Républicains[3] (Jean-Pierre Hellin-Robert, Katia Dupont - ex-RWF, Laurent Vandamme - Wallonie Libre)
  • Wallons de Bruxelles (Jean-François Goosse)
  • Alliance Démocratique Wallonne (Claude Henrard)

Historique[modifier | modifier le code]

En avril 2008, Claude Thayse, ancien président du Rassemblement Wallonie-France de 2004 à 2006, année de la seule progression électorale de ce parti, rejoint avec quelques amis le pôle wallon rebaptisé peu de temps avant, en janvier 2008, Union pour la Wallonie (UPW).

Le 20 mai 2009, l'Alliance Démocratique Wallonne, présidée par Claude Henrard rejoint l'Union Pour la Wallonie.

Le 1er février 2010, à la suite de l'arrivée de l'AWF, l'UPW prend le nom de W+. Le 20 juin 2010, W+ est renommé Rassemblement wallon[4].

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Aux élections wallonnes de 2004, dans les trois seuls arrondissements où il s'est présenté, le parti a récolté 1,49 % des voix dans l'arrondissement de Thuin (1,9 % dans le canton de Binche), 1,19 % dans l'arrondissement de Charleroi (1,49 % dans le canton de Fontaine-l'Évêque) et 1,1 % dans l'arrondissement de Soignies (1,45 % dans le canton de La Louvière). Dans la province de Namur, le mouvement des Citoyens wallons, en alliance avec le Mouvement socialiste Mouvement socialiste (Belgique), a récolté 0,18 % des voix.

Aux élections provinciales de 2006, les listes Wallon ne seront présentes qu'en peu d'endroits et feront un faible score. Aux élections fédérales de juin 2007, le pôle a dû affronter une liste « Parti wallon ». Cette liste a partagé les votes régionalistes en Hainaut. Dans les trois circonscriptions provinciales wallonnes où il s'est présenté, le parti a récolté 0,47 % dans la province de Hainaut (avec un meilleur score de 2,80 % pour les électeurs de l'étranger), 0,51 % dans la province de Liège (avec un meilleur score de 1,99 % pour les électeurs de l'étranger) et 0,67 % dans la province de Namur (avec un meilleur score de 3,31 % pour les électeurs de l'étranger).

Aux élections wallonnes de 2009, dans les sept circonscriptions où il s'est présenté, le parti a récolté 1,20 % des voix dans la circonscription de Charleroi (1,32 % dans le canton de Charleroi), 0,92 % des voix dans la circonscription de Tournai-Ath-Mouscron (1,88 % dans le canton d'Ath), 0,82 % des voix dans la circonscription de Thuin (0,9 % dans les cantons de Binche et de Merbes-le-Château), 0,78 % dans la circonscription de Soignies (1,05 % dans le canton de La Louvière), 0,72 % dans la circonscription de Verviers (1,14 % dans le canton de Dison), 0,61 % dans la circonscription de Nivelles (0,73 % dans le canton de Jodoigne) et 0,51 % dans l'arrondissement de Liège (0,62 % dans le canton Seraing).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]