Volksunie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Volksunie était un parti politique belge fondé le 14 décembre 1954 comme successeur de la Christelijke Vlaamse Volksunie, un cartel électoral de nationalistes flamands qui avait obtenu un député aux élections du 11 avril 1954.

Le parti connaît une rapide ascension, comptant 5 députés et 2 sénateurs en 1961, 12 députés en 1965, 21 députés et 19 sénateurs dix ans plus tard. Unissant des courants de pensée très divers autour du nationalisme flamand, il se range dans les années 1970 au concept de fédéralisme, laissant momentanément de côté le rêve d'un État flamand indépendant et participant même à plusieurs gouvernements de l'état fédéral : le Gouvernement Tindemans IV en 1977, le Gouvernement Vanden Boeynants II en 1978 et le Gouvernement Martens VIII de 1988 à 1991.

Une scission de l'extrême droite du parti aboutit en 1977 à la création du Vlaamse Volkspartij de Lode Claes, qui s'unit l'année suivante au Vlaams Nationale Partij de Karel Dillen (qui avait quitté la VU dès 1971 pour protester contre le virage à gauche du parti) pour former le Vlaams Blok ("bloc flamand"), devenu en 2004 Vlaams Belang ("intérêt flamand").

Dans le Gouvernement Martens VIII (1988 à 1991), la Volksunie participe aux révisions de la constitution qui vont mener le pays vers le fédéralisme[1].

Les divergences profondes quant à la stratégie à suivre dans le cadre de la recomposition du paysage politique flamand dans les années 2000 finissent par faire imploser le parti en 2001, certains parlementaires rejoignant d'autres partis, de droite (VLD, CD&V), ou de gauche (Agalev), d'autres se regroupant au sein de deux nouveaux partis, la Nieuw-Vlaamse Alliantie (regroupant la majorité des membres, et héritier des infrastructures du parti) et Spirit, ce dernier étant issu de l'aile gauche. Aux élections régionales et européennes de 2004, la N-VA se présente en cartel électoral avec les chrétiens-démocrates du CD&V tandis que Spirit en forme un avec les socialistes du SP.A.

Schéma de partis nationalistes flamands

Résultats électoraux[modifier | modifier le code]

Parlement fédéral[modifier | modifier le code]

Chambre des représentants[modifier | modifier le code]

Année Voix  % Sièges Gouvernement
1958 104 823 1,98
1 / 212
Opposition
1961 182 407 3,46
5 / 212
Opposition
1965 346 860 6,69
12 / 212
Opposition
1968 506 697 9,12
20 / 212
Opposition
1971 586 917 11,11
21 / 212
Opposition
1974 536 287 10,20
22 / 212
Opposition
1977 559 567 10,04
20 / 212
Tindemans IV (1977-1978), Vanden Boeynants II (1978-1979)
1978 388 762 7,02
14 / 212
Opposition
1981 588 436 9,77
20 / 212
Opposition
1985 477 755 7,88
16 / 212
Opposition
1987 495 120 8,06
16 / 212
Martens VIII
1991 363 124 5,89
10 / 212
Opposition
1995 283516 4,67
5 / 150
Opposition
1999 345 576 5,56
8 / 150
Opposition

Sénat[modifier | modifier le code]

À partir de 1995, le Sénat compte 71 sénateurs dont 40 élus directs, 21 désignés par les parlements de communauté et 10 cooptés par les partis politiques.

Année Voix  % Sièges
1995 318 453 5,3
2 / 40
1999 317 830 5,1
2 / 40

Parlement européen[modifier | modifier le code]

Résultats dans le collège néerlandophone.

Année  % Sièges Rang Groupe
1979 9,7
1 / 13
4e CDI
1984 13,9
2 / 13
4e ARC
1989 8,7
1 / 13
5e ARC
1994 7,1
1 / 14
6e ARE
1999 12,2
2 / 14
5e Verts/ALE

Entités fédérées[modifier | modifier le code]

Parlement de la Région de Bruxelles-Capitale[modifier | modifier le code]

Résultats présentés à l'échelle du collège néerlandophone (le Parlement compte en tout 75 membres).

Année Voix  % Sièges Gouvernement
1989 9 053 2,07
1 / 75
Opposition
1995 5 726 1,39
1 / 75
Opposition
1999 5 726 1,34
1 / 75
Opposition

Parlement flamand[modifier | modifier le code]

Année Voix  % Sièges Gouvernement
1995 338 173 9,0
9 / 124
Opposition
1999 359 226 9,3
11 / 124
Opposition

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Paysage institutionnel de la Belgique sur Cripel.be