Parti pirate (Belgique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Parti pirate.
Piratenpartij / Parti Pirate
Image illustrative de l'article Parti pirate (Belgique)
Logotype officiel.
Présentation
Fondation
Siège Bruxelles
Trésorier Patrick Installé, Toon Van Boxstael[1]
Idéologie réforme de la propriété intellectuelle, vie privée
Couleurs Noir/Mauve
Site web https://fr.pirateparty.be

Le Parti Pirate belge (Piratenpartij / Parti Pirate ; stylisé en partipiratenpartij, contraction des deux versions linguistiques) est un parti politique en Belgique. Basé sur le modèle du parti pirate suédois, il soutient la réforme des lois sur le copyright, la suppression des brevets, et le respect de la vie privée[2]. Un des membres fondateurs du Parti pirate international[3], il en suspend sa participation en mars 2015[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Parti Pirate belge est fondé en 2009, à la suite des élections européennes de 2009 qui permettent au parti pirate suédois d'obtenir un élu au parlement européen[5].

À ses débuts, le parti est géré par trois co-présidents, ayant chacun un mandat d'un an renouvelable. Lors de l'Assemblée Générale Extraordinaire (AGE) du 22 décembre 2012 à Louvain-la-Neuve, les membres sont invités à faire des propositions pour définir la structure et les statuts du parti[6]. Cette nouvelle structure est achevée en 2013, lors de l'Assemblée Générale du 24 mars 2013 et de l'AGE du 29 juin 2013[7].

La gestion du parti est alors ouverte à ses membres avec notamment la création de la Coreteam/Amirauté qui devient l'organe de coordination du parti. Les membres de cet organe sont élus en AG pour un mandat d'un an. En plus des rôles de coordination entre les membres du parti, la Coreteam s'occupe également de la gestion des finances et des membres du Parti Pirate[7].

En mars 2015, faute de candidats pour se présenter à la Coreteam, cette dernière est dissoute[8],[9]. À l'heure actuelle, le Parti Pirate fonctionne en autogestion.

Élections fédérales de 2010[modifier | modifier le code]

Le parti participe pour la première fois aux élections fédérales belges de 2010[10] dans la circonscription de Bruxelles-Hal-Vilvorde pour la Chambre, où il obtient 0,26 % des voix[11].

Élections communales et provinciales de 2012[modifier | modifier le code]

Le parti prend peu à peu de l'ampleur et présente des listes lors des élections communales et provinciales belges de 2012, dans 14 communes et 26 districts provinciaux. Les résultats provinciaux tournent autour de 1 % en Flandres et 3 % en Wallonie[12].

Le meilleur résultat obtenu aux provinciales est de 3,42 % dans le district de Tournai par Paul Bossu. Au niveau des communales, la liste emmenée par Lionel Dricot à Ottignies-Louvain-la-Neuve obtient 5,16 % des suffrages, mais manque un siège de conseiller communal pour seulement 14 voix[13].

Élections régionales et fédérales de 2014[modifier | modifier le code]

En 2014, le Parti Pirate ne se présente pas aux élections européennes, n'ayant pas réussi a obtenir les 5000 signatures requises.

Le parti présente des listes pour les élections régionales et fédérales sur la majeure partie du territoire belge. Pour les élections régionales, il obtient autour de 0,75 % dans les districts où les pirates sont présents, et culmine à 1,54 % dans le Brabant Wallon. Au niveau des élections fédérales, le parti obtient un score d'environ 0,8 % par district, à l'exception de Bruxelles où il n'obtient que 0,26 % des voix.[14]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Pirate Assembly Fall 2016 », Parti Pirate belge, (consulté le 6 août 2017)
  2. (en) « Programme », Parti Pirate belge, (consulté le 28 mai 2010).
  3. (en) « 22 Partis Pirate fondent officiellement le Parti Pirate international », Parti Pirate International, (consulté le 28 mai 2010).
  4. (en) « PPBE suspends their PPI membership », (consulté le 8 mars 2015)
  5. « Parti Pirate : "Accepter les règles du jeu pour changer les choses" | geeko », sur lesoir.be, (consulté le 6 août 2017)
  6. (en) « Assemblée Générale Extraordinaire 2012 - Louvain-la-Neuve », sur wiki.pirateparty.be, (consulté le 6 août 2017)
  7. a et b « Statuts du Parti Pirate belge, de 2012 à 2013 », sur wiki.pirateparty.be, (consulté le 8 août 2017)
  8. « Pirate Assembly Spring 2015 », sur wiki.pirateparty.be, (consulté le 6 août 2017)
  9. Florat Fosset, « Démocratie, toute ! La politique sous pavillon noir », Wilfried Magazine,‎ , p. 14-15
  10. (nl) « Liste des candidats de la circonscription Bruxelles-Halle-Vilvoorde », Gouvernement fédéral belge, (consulté le 29 mai 2010).
  11. Résultats électoraux sur le site de la « Direction des Élections »
  12. Résultats des élections 2012 sur le wiki du Parti Pirate
  13. Analyse du résultat de l'élection à Ottignies-Louvain-la-Neuve par Lionel Dricot (en)
  14. « Elections 2014 », sur elections2014.belgium.be (consulté le 6 août 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Constitution belgePolitique de la Belgique
Monarques de BelgiqueGouvernement fédéral belge
Premiers ministres belges
Partis politiques belgesÉlections belges

Liens externes[modifier | modifier le code]