Vivario

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vivario
Image illustrative de l'article Vivario
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Corse
Département Haute-Corse
Arrondissement Corte
Canton Corte
Intercommunalité Communauté de communes du Centre Corse
Maire
Mandat
Hyacinthe Raffiani
2014-2020
Code postal 20219
Code commune 2B354
Démographie
Gentilé Vivariais
Population
municipale
452 hab. (2014)
Densité 5,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 10′ 26″ nord, 9° 10′ 15″ est
Altitude 696 m (min. : 400 m) (max. : 2 389 m)
Superficie 79,28 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Vivario

Géolocalisation sur la carte : Corse

Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Vivario

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vivario

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vivario

Vivario est une commune française située dans le département de la Haute-Corse et la région Corse. La commune portait le nom de Gatti-di-Vivario jusqu'en 1920.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Vivario est une des sept communes composant le canton de Venaco, en limite des départements de Haute-Corse et de Corse-du-Sud. Elle se trouve dans le « territoire de vie » appelé Centru di Corsica, du Parc naturel régional de Corse dont elle est adhérente. Vivario (anciennement Gatti-di-Vivario) appartenait à la communauté de Vivario, entité incluse dans l'ancienne piève de Rogna et comprenant Gatti, Muracciole et le village ruiné d'Arca.

Communes limitrophes
Rose des vents Venaco Venaco Noceta Rose des vents
Guagno N Muracciole
O    Vivario    E
S
Pastricciola Bocognano Ghisoni

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Ruines du fort de Vizzavona et Monte d'Oro.
Article détaillé : Monte d'Oro.

Vivario est une commune de montagne située au centre de la Corse culminant au Monte d'Oro (2 389 m). Elle est située à la jonction de la Corse hercynienne et alpine, aux confins des massifs du Monte Rotondo au nord (Monte d'Oro, Migliarello) et du Monte Renoso au sud (Punta Dell'Oriente) ; elle est adossée au flanc oriental de la dorsale de l'île. Celle-ci constitue la limite du territoire communal entre la Bocca Manganello (1 800 m) au nord et la Punta Dell'Oriente (2 112 m) au sud. Son territoire s'étend sur la haute vallée de la rivière Vecchio et celle de son affluent le ruisseau Manganello qui sont les principaux cours d'eau prenant leur source sur la commune. Le Monte d'Oro est le sommet emblématique de la commune. Au nord-ouest de celui-ci se trouvent deux lacs de montagne, le grand lac d'Oro (1 970 m) et le petit lac d'Oro (1 563 m).

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rivière Vecchio.

Commune de haute montagne, Vivario possède un réseau hydrographique dense. Le Vecchio affluent du Tavignano, est son principal cours d'eau. Il nait dans la forêt de Vizzavona, entre le Monte d'Oro et la Punta di l'Oriente, à près de 1 600 mètres d'altitude.

Le ruisseau de Manganello[1] est son principal affluent. Celui-ci prend sa source au S-SO du lac de Bettaniella à 2 321 m d'altitude, au pied du Monte Rotondo (sur le territoire de Venaco).

Le ruisseau de Santa-Maria, autre affluent du Vecchio, prend naissance dans la forêt territoirale de Rospa Sorba, sur le flanc nord de la Punta Muro (1 565 m), « à cheval » sur Muracciole et Ghisoni. Il délimite en partie Muracciole et Vivario. Il prend le nom de ruisseau de Forcaticcio[2] dès son entrée sur Vivario.

Climat et végétation[modifier | modifier le code]

La commune de Vivario est située à une altitude moyenne supérieure à 1 000 mètres. Aussi, les hivers y sont rudes. Plusieurs fois en période hivernale, la neige perturbe la circulation sur la route territoriale 20 pour le franchissement du col de Vizzavona dès le passage à niveau automatique de la voie ferrée (869 m).

Quoique bâti sur une arête rocheuse à une altitude moyenne de 650 mètres, sur les flancs orientaux d'un petit chaînon montagneux orienté dans un axe sud-nord depuis la Punta Chiova (1 465 mètres), au nord du Monte Grosso, le village ne bénéficie pas d'un long ensoleillement journalier car entouré au sud et à l'est, d'une ligne de crête, celle d'un chaînon secondaire de la chaîne principale de l'île, articulé à la Punta dell'Oriente (2 112 m) et comprenant les sommets Punta Chiova (1 465 m), le col de Sorba (1 311 m), Punta Muro (1 565 m) Punta Paglia (1 528 m) et Punta di Tana (1 281 m), et à l'ouest par la haute ligne de crête de la dorsale corse, du Monte Rotondo au Monte d'Oro.

Son territoire est couvert en grande partie par des forêts :

Forêt territoriale de Vizzavona[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Forêt de Vizzavona.

La forêt territoriale de Vizzavona, au sud de la commune, célèbrement connue, était un lieu de villégiatures pour de nombreux Anglais au début du XXe siècle avec à l'époque 2 hôtels situés à proximité de la gare. Elle a été chantée par Tino Rossi. D'une superficie de 1 634 ha, elle est composée de grands pins laricio (60 %) à l'étage inférieur et de hêtres (20 %) à partir de 1 100 m d'altitude.

Forêt communale de Vivario[modifier | modifier le code]

La forêt communale de Vivario au nord de la commune, s'étale sur 2 821 ha de part et d'autre de la rivière Manganello qui vient grossir la rivière Vecchio près du hameau de Canaglia. Elle est composée de pins laricio.

Forêt territoriale de Rospa Sorba[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Forêt de Rospa-Sorba.

La forêt de Rospa-Sorba est une forêt territoriale de 766 ha que se partagent Vivario, Noceta, Rospigliani, Vezzani et Pietroso.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Col de Vizzavona.

Le village de Gatti-di-Vivario est traversé par la T20, route reliant les deux métropoles de l'île que sont Ajaccio via le col de Vizzavona (1 163 m) et Bastia via Corte, distantes respectivement de 59 km et de 90 km.

Il est desservi par une ligne régulière d'autocars assurant la liaison Ajaccio - Bastia et vice versa, avec deux A/R quotidiens du lundi au samedi.

La traversée du village par la T20 n'est pas toujours chose aisée, surtout l'hiver, la neige perturbant la circulation aux cols de Vizzavona et de Sorba. La route est étroite, sinueuse ; le stationnement y est difficile. Les poids lourds ne peuvent s'y arrêter. L'autocar assurant les liaisons régulières entre Ajaccio et Bastia s'y arrête pourtant.

Vivario est également relié aux villages voisins de Vezzani via Muracciole par la D343 (carrefour au cœur du bourg) et à Ghisoni via le col de Sorba (1 311 m) par la D69 (ancienne RN 194 entre Corte et Sartène), le carrefour dit « au Chalet » se situant au-dessus du bourg. À savoir, l'existence d'une station-service en bordure de la RN 193, T20 à Tattone, qui est la seule de la commune et des communes environnantes.

Transports[modifier | modifier le code]

Ferroviaires
La gare de Vivario avant sa rénovation en 2015.

La commune est traversée par la ligne de Bastia à Ajaccio des Chemins de fer de Corse. De nombreux ouvrages d'art (ponts, tunnels) et deux passages à niveau ont dû être créés (sur l'actuelle route T20) pour faire passer la voie ferrée. Sous le col de Vizzavona, un tunnel ferrovaire de 3,916 km a été mis en service en 1889. Une dizaine d'autres tunnels ont été percés jusqu'au pont du Vecchio, dont les tunnels de Fumaccie et de Forcalo.

Deux gares sont exploitées sur la commune :

Il existe aussi un arrêt à Savaggio (Savaghju) appelé gare du Camping Savaggio et un autre à Tattone.

Aériens et maritimes

Le village est distant, par route[3], de :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Les habitants sont regroupés au bourg de Gatti-di-Vivario et dans les hameaux éloignés de Tattone, Canaglia et Vizzavona.

Gatti-di-Vivario[modifier | modifier le code]

Gatti-di-Vivario, principal lieu habité de la commune

Gatti-di-Vivario est le bourg d'une grande commune. Il comporte deux hameaux, Gatti Supranu le plus haut, et Costa côté gare. Le bâti est dans l'ensemble ancien mais rénové. Le village est flanqué au nord du Monte Grosso (1 004 m). Il est situé dans un petit cirque montagneux et domine la vallée du Vecchio. Au cœur du village se dresse l'église Saint-Pierre, en bordure de la RN 193. Celle-ci passe en plein village ; sa traversée n'est pas toujours aisée pour les poids-lourds.

Sur la place publique, se trouve la remarquable fontaine "Diane chasseresse". Le haut du village est appelé "la matticia".

Un peu plus loin, proche de la jonction des routes RN 193 et D342, le monument aux morts supporte une Piéta, remarquable œuvre du sculpteur corse Noël Bonardi, en granit rose poli pesant 4 tonnes pour une hauteur de 3,50 m. L'œuvre la plus remarquable de l'artiste est certainement le Christ de Verghju au col de Vergio (1 478 m - Albertacce), une pièce unique de granit haute de 6 mètres de haut et pesant 25 tonnes.

Tattone[modifier | modifier le code]

Tattone (de son fondateur, de nom Antoine - Antón en langue corse) est un hameau sur la route Ajaccio-Bastia. S'y implantât en 1955, et malgré le ferme rejet de ses habitants effrayés, un sanatorium départemental au lieu-dit « le Cimetière des Allemands ». Devenu ensuite préventorium, celui-ci fait aujourd'hui partie du Centre hospitalier intercommunal Corte-Tattone à Corte.

Plus proche du village, le lieu-dit Savaggio où se trouve un camp de vacances de l'Éducation nationale. Les Chemins de fer de Corse y ont un arrêt. Tattone a une petite chapelle, San Pietro, entre la hameau et Savaggio. Le hameau fut équipé récemment d'un réservoir d'eau pour l'alimentation du village et d'une station d'épuration. Le stade de football date des années 1950. Une station-service se trouve en bordure de la RN 193.

Canaglia[modifier | modifier le code]

Hameau isolé dans les gorges du ruisseau de Manganello, sur la rive droite peu avant sa confluence avec la rivière Vecchio, Canaglia est composé de quelques habitations. On y accède par la petite route D23 à partir du col de Campo di Lupo sur la RN 193. La D23 sinueuse et étroite qui enjambe le Vecchio au pont de Mulinello un kilomètre avant le hameau, conduit au bout de 4 kilomètres à Canaglia. Sur la minuscule placette, se trouve une vieille fontaine. Un peu plus haut dans le vallon du Manganello, existe une ancienne maison forestière en ruine.

Canaglia est traversé par le sentier de grande randonnée Mare a Mare Nord Variante qui longe le Manganello et rejoint le GR 20 à la passerelle de Tolla, sous les bergeries du même nom.

Vizzavona[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Vizzavona.

Vizzavona est un hameau situé au sud de la commune, à 900 mètres d'altitude, au pied du Monte d'Oro (2 389 m), à 2,5 km au NE du col de Vizzavona. Vizzavona possède deux petites chapelles isolées dans la forêt.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

L'Abri Southwell qui se situe au pied du Monte d'Oro, témoigne de l'occupation du site durant la préhistoire. Cette petite grotte, fouillée et vidée de son contenu à la fin du XIXe siècle par Forsyth-Major[4], savant paléontologiste anglais de la Société préhistorique française, avait été occupée durant deux périodes néolithiques distinctes et distantes dans le temps, au VIe et au IIIe millénaire.

Par la suite, dans les déblais, le père Doazan[Note 1],[5] ramassera quelques pièces lithiques qu'on peut voir au musée de préhistoire de Sartène : 27 pointes de flèche, 28 fragments de lames et 98 armatures tranchantes tout à fait caractéristiques du Néolithique ancien[6].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Dans le Haut Moyen Âge, Vivario était dominé par Amondino ancêtre des Amondaschi seigneurs en Casacconi, Costiere, Rostino, Giuvellina, Niolo, puis Talcini, Venaco, Casinca et Marana. Amondino avait prêté son concours à Oberto ancêtre des Malaspina et des Obertenghi, un descendant de Boniface marquis toscan fondateur de Bonifacio, pour reconquér le nord-est de la Corse occupé par les Maures. Ugo Colonna, patricien romain nommé comte de Corse par le Pape, avait démarré cette reconquête vers 860, avec ses fils et leurs compagnons dont Amondo Nasica souche des Amondaschi[7].

« Dans la piève de Rogna, au-delà de la rivière, se trouve le pays de Vivario qui contient trois villages, le Muracciuole, le Arche et li Gatti ; trois autres se trouvent presque en dehors de Vivario, ce sont Noceta, Rospigliani et Antisanti, qui est le village le plus considérable des trois »

— Mgr Giustiniani in Dialogo nominato Corsica, traduction de l'Abbé Letteron in Histoire de la Corse, Description de la Corse Tome I p.36

Temps modernes[modifier | modifier le code]

Au début du XVIe siècle, Vivario faisait partie des lieux habités de la pieve de Rogna. Vers 1520, la pieve comptait environ 4250 habitants et avait pour lieux habités : Vivario (li Gati, le Murachiole, Arche), Herbajolo, la Valle di Sera, la Fosigia, la Lamella, Altiani, lo Petragio, lo Pè di la Corte, lo Lunello, Porra, lo Piano Buono, la Petra Serena, Santa Maria de Talsini, Corte, Omessa, Santa Lutia, Tralunca, lo Soarello, Castirla.[9].

Au XVIIIe siècle, malgré le découpage opéré (la Rogna a cédé du terrain aux pievi de Talcini et de Venaco), Vivario est toujours dans la Rogna qui, après le traité de Versailles du 15 mai 1768, prend le nom de pieve du Tavignano.

La commune de Vivario est située sur un passage stratégique de l'intérieur de la Corse. Seconde moitié du XVIIIe siècle, le général français Comte de Vaux alors Gouverneur de Corse, fit bâtir par ses troupes deux ouvrages de défense :

  • 1770 - Le fortin de Pasciolo est construit sur un piton rocheux à 792 m d'altitude pour surveiller la vallée du Vecchio.
Sous la Convention le général Morand le fit transformer en prison pour y enfermer les rebelles du Fiumorbu.
  • 1772 - Le Fort de Vaux est construit au col de Vizzavona. Plus communément appelé Fort di a Foce, ce fort avait été construit au plus haut du col même, à 1 190 m, face au Monte d'Oro. Ses ruines sont encore visibles depuis la RN 193.
  • 1789 - La Corse fait partie du Royaume de France.
  • 1790 - Avec la Révolution française, est créé le département de Corse, puis en 1793, celui de El Golo (l'actuelle Haute-Corse). la pieve du Tavignano prend le nom de canton du Tavignano. La commune dans le district de Corte, portait le nom de Gatti di Vivario. Elle garde ce nom jusqu'en 1920, date à laquelle elle prend le nom de Vivario.
  • 1793 - Le canton de Tavignano devient le canton du Vecchio puis, en 1828, le canton de Venaco[10].
  • 1864 - Vivario et Vezzani cèdent des terres pour la création de la commune d'Aghione.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

En corse la commune se nomme Vivariu (prononcé [bi.ˈwaː.rju]) ; le nom français a pour origine la forme italianisé utilisé par les génois. Dans les deux cas, le nom provient du latin vivarium signifiant « vivier ».

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001-2005 Jean-Pierre COMBETTE
août 2005-2008 Hélène de MEYER
mars 2008-en cours Hyacinthe RAFFIANI DVD Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 452 habitants, en diminution de -15,04 % par rapport à 2009 (Haute-Corse : 5,55 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
702 710 735 784 843 789 997 919 1 124
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
1 257 1 470 1 126 1 071 1 210 1 268 2 727 1 395 1 137
1906 1911 1921 1926 2004 2009 2014 - -
1 170 1 010 930 1 024 503 532 452 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Vivario dispose d'une école élémentaire publique, située en contrebas de la piazza Diana, au centre administratif du village qui héberge mairie, poste et école.
Les établissements d'enseignements secondaire et supérieur : collège et lycée Pascal Paoli, et Université de Corse-Pascal-Paoli, se trouvent à Corte, ville distante de 22 km par la route T20 ou par voie de chemin de fer.

Santé[modifier | modifier le code]

L'ancien sanatorium départemental à Tattone, aujourd'hui faisant partie du centre hospitalier intercommunal Corté-Tattone à Corte, dispose de 80 lits et d'une maison d'accueil spécialisée.

La commune ne dispose pas de pharmacie. la pharmacie la plus proche est celle à Venaco (7,32 km).

Les médecins les plus proches sont établis à Vezzani (6,27 km) et à Venaco (7,32 km).

Sports[modifier | modifier le code]

Randonnées[modifier | modifier le code]

Le Monte d'Oro enneigé
  • Le GR20 : venant du refuge de Petra Piana (1 842 m - Venaco) du P.N.R.C., il descend au fond de la vallée du Manganello jusqu'à sa confluence avec le ruisseau de Grottaccia, remonte le cours de celui-ci, puis passe par le refuge de l'Onda (1 455 m) également du P.N.R.C., la Cascade des Anglais (1 111 m), la gare de Vizzavona, traverse la RN 193 à proximité de la maison forestière de l'O.N.F. et se poursuit vers Bocca Palmente (1 657 m - Ghisoni). Une variante du GR20 balisée en jaune relie les deux refuges en suivant la crête de la pointe de Pinzi Corbini (2 021 m).
  • Le GR « Mare a Mare Nord variante ». Ce chemin passe au cœur du village et par le hameau de Canaglia. Il permet de rejoindre le GR20 à la passerelle de Tolla (942 m).
  • Un sentier balisé au dénivelé important permet d'atteindre le Monte d'Oro en passant par les bergeries de Pozzarelli. Son départ est situé à la chapelle Notre-Dame des Neiges de Vizzavona, à 942 mètres d'altitude, où passe également le GR 20.
  • Le sentier archéologique de l'Abri Southwell. Ce sentier de découverte du patrimoine préhistorique, démarre de la gare de Vizzavona. Long d'environ 1,5 km, il longe la voie ferrée en direction du nord-est. Son balisage est constitué de pictogrammes spécifiques à l'archéologie. Il emprunte d'abord une piste forestière longeant le Vecchio puis se poursuit par un sentier jusqu'à l'abri sous roche.
  • La Cascade des Anglais du ruisseau L'Agnone est sur le passage du GR20. Elle est le but de balades de nombreux résidents et vacanciers.
Un départ par une piste depuis la RN 193 sous l'établissement « A Muntagnera » au Col de Vizzavona permet d'y accéder rapidement. Faible dénivelé.
  • Il existe de nombreuses pistes forestières dans la forêt de Vizzavona et celle communale de Vivario permettant promenades, excusions et escalades.
  • Le Monte d'Oro (2 389 m) est accessible par un sentier balisé depuis la hameau de Vizzavona. Au Nord-ouest à 500 m à « vol d'oiseau » se situe le lac d'Oro (1 970 m d'altitude) et plus au nord, le Petit lac d'Oro (1 563 m).
  • Parc aventure en forêt de Vizzavona, avec plus de cent parcours dans les arbres.
  • Savaggio, camp de vacances de l'Éducation nationale.
  • Camping "le Soleil" à Tattone.

Cultes[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs lieux de culte, tous catholiques, à Vivario. L'église paroissiale Saint Pierre-aux-liens relève du diocèse d'Ajaccio. En été, des concerts y sont donnés.

  • La fête patronale a lieu tous les 1er août.
  • Le 16 juillet, la confrérie des "Dames de la Miséricorde d'Ajaccio" vient fêter Notre-Dame du Mont Carmel à la chapelle Notre Dame de la Forêt.

Économie[modifier | modifier le code]

Tourisme[modifier | modifier le code]

Vivario bénéficie d'une position géographique favorable dans le Centre Corse avec les remarquables forêt de Vizzavona et Monte d'Oro. Déjà fin XIXe siècle - début du XXe siècle, une petite économie s'était développée à Vizzavona, lieu de villégiature prisé par les touristes britanniques. Subsistent de leur fréquentation la « Cascade des Anglais » ou encore l'« abri Southwell ». De nos jours, sur le passage de la route territoriale 20 principal axe routier reliant les deux métropoles de l'île que sont Ajaccio et Bastia, la commune dispose de plusieurs commerces : hôtels, restaurants et un camping, au village-même, à Vizzavona (forêt et gare) et à Savaggio. Le plus fréquenté est « le Chalet », une halte en toute saison pour beaucoup de voyageurs, située au carrefour des routes T20 et D69.

Agriculture[modifier | modifier le code]

Depuis longtemps les forêts territoriales (Vizzavona et Rospa-Sorba) et communale ont été exploitées pour la qualité des bois produits (pin laricio) et ce, malgré un relief rendant leur exploitation difficile.
L'agriculture pastorale (élevages d'ovins, caprins, porcins et veaux corses) reste une activité économique non négligeable même si le nombre d'éleveurs a fortement chuté ces dernières décennies. Le fromage produit par Mimi Costa, seul berger en activité, est du type Venachese et est présent chaque année à la Fiera di U Casgiu.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument aux morts[modifier | modifier le code]

Le monument aux morts de Vivario situé en bordure de la RN 193, en face à l'église paroissiale Saint-Pierre en Liens, supporte une Piéta, remarquable œuvre du sculpteur corse Noël Bonardi, en granit rose poli pesant 4 tonnes pour une hauteur de 3,50 m.

Église Saint Pierre-aux-liens[modifier | modifier le code]

L'église paroissiale Saint Pierre-aux-liens est située au cœur du village, en bordure de la RN 193. Un classique clocher à trois étages lui est accolé, le dernier étant flanqué de pyramidions aux angles et présentant une horloge.

Chapelle Notre-Dame des Neiges[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre-Dame des Neiges se trouve au col de Vizzavona, au lieu-dit la Foce sous le col de Vizzavona, dans la grande hêtraie de Vizzavona. Les offices, célébrés en période estivale compte tenu de la fréquentation du site, se font en plein air.

Chapelle Notre Dame de la Forêt[modifier | modifier le code]

La chapelle Notre Dame de la Forêt se trouve sur le bord de la route d'accès au hameau de Vizzavona-gare. Le petit édifice religieux est de construction simple, tout comme son autel

Chapelle San Petro[modifier | modifier le code]

La petite chapelle San Petro (Saint-Pierre et Saint-Paul) se situe entre le hameau de Tattone et le lieu-dit « Savaggio », en contrebas de la voie ferrée. Il est accessible par un chemin démarrant au Centre de Vacances de l'Éducation Nationale de Savaggio. L'édifice, de base octogonale avec un sous-bassement de pierres de granit taillées et une charpente couverte de tuiles rouges, a été construit au milieu d'un bosquet de châtaigniers. En 2012 il est en réfection totale.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Fort de Vivario[modifier | modifier le code]

Ruines de la redoute de Pasciolo

Le fort de Vivario ou redoute de Pasciolo[Note 3] ruiné. Il a été construit en 1771 sur un piton rocheux entouré d'une courtine, avec une citerne souterraine d'environ 90 m3, à 797 m d'altitude au nord-est du village. Il pouvait abriter une garnison ordinaire de 48 hommes et 84 hommes pendant un an en cas de nécessité. Sous l'Empire, le général Morand transforma l'ouvrage en prison. En 1849, un état des lieux montrait qu'il était déjà dans l'état de délabrement que l'on observe aujourd'hui[14]. Propriété d'une personne privée, il est protégé et classé Monument historique par arrêté du 25 mars 1977[15].

Fort de Vizzavona[modifier | modifier le code]

Fort de Vaux

Le fort de Vizzavona encore appelé Fort De Vaux ou Fort di a Foce, avait été construit en 1772 au plus haut du col même, à 1 190 m, par les troupes du général français Comte de Vaux qui était alors gouverneur de Corse. De ce fort il ne reste que des vestiges, visibles au-dessus de la RN 193 côté du Monte d'Oro. Il avait été construit, après la défaite des Nationaux, pour surveiller et contrôler le passage du col de Vizzavona.

Propriété de l'État, il est protégé et classé Monument historique par arrêté du 4 août 1992[16].

Viaduc sur le Vecchio[modifier | modifier le code]

Le viaduc sur le Vecchio ou pont Eiffel construit de 1891 à 1893, « à cheval » sur Vivario et sur Venaco. Propriété de l'État, il est inscrit Monument historique par arrêté du 29 juillet 1976[17].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

Fontaine de Diane à la biche[modifier | modifier le code]

Fontaine de Diane à la biche

Au cœur du village se trouve une fontaine avec bassin en granite construite en 1878, sommée d'une statue en fonte de fer de Diane à la biche. Il s'agit d'une copie de la statue antique offerte à Henri II par le pape Paul IV. Au Louvre depuis 1798, cette statue est aussi dite « Diane de Versailles » où elle avait été présentée sous le règne de Louis XIV.

L'oeuvre est reprise à l'inventaire général du patrimoine culturel[18].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Parc naturel régional[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Parc naturel régional de Corse.

Vivario est une commune adhérente au Parc naturel régional de Corse, dans son « territoire de vie » appelé Centre Corse[19].

ZNIEFF[modifier | modifier le code]

Vivario est concernée par neuf zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique de 2e génération :

Chaos du Manganellu (940030391)[20] ;
Cirque et lac glaciaire d'Oro (940004178)[21] ;
Crêtes et hauts versants asylvatiques du monte Renoso (940004214)[22] ;
Crêtes et hauts versants asylvatiques du monte Rotondo (940004246)

D'une superficie de 1 870 ha, la zone concerne Guagno, Corte et Venaco, et réunit l'ensemble de lacs montagnards permanents le plus important de l'île. Tous ces lacs ont une origine glaciaire et sont donc l'héritage de la dernière glaciation, il y a 4 000 ans. C'est dans ce secteur que l'on trouve le plus grand lac d'altitude de Corse (lac du Rotondo : 7,4 hectares), le plus profond (Capitello : 42 mètres) et le plus haut (lac de Gardiola : 2 442 mètres). D'intérêts patrimoniaux et complémentaires très variés, la zone fait l'objet de la fiche ZNIEFF 940004181 - Cirques et lacs glaciaires du monte Rotondo[23] ;

Forêt de Rospa-Sorba (940004216)

La zone d'une superficie de 3 068 ha située à l'est de Vivario, couvrent les hauteurs de six communes : Muracciole, Noceta, Pietroso, Rospigliani, Vezzani et Vivario. Ce vaste massif forestier occupe les versants nord-est et nord-ouest d'une petite chaîne montagneuse se présentant sous l'aspect d'un "V" renversé.

L'essence principale est le pin laricio (u large en langue corse), avec un sous-bois de bruyère arborescente. Est également présent le pin maritime en mélange aux altitudes inférieures et sur les versants les mieux exposés. Le chêne vert couvre des secteurs rocheux. Dans le fond des vallons se développe l'aulne glutineux[24] ;

Hêtraie du col de Vizzavona (940004212)

La hêtraie du col de Vizzavona couvre une superficie de 871 ha. Elle occupe le versant nord de la Punta dell'Oriente entre 850 mètres d'altitude, un peu en aval de la gare de Vizzavona, et 1 600 mètres. Les conditions climatiques créées par une nébulosité importante sont très favorables au développement de la hêtraie[25] ;

Massif forestier de Vizzavona-Vivario-Venaco (940004243)

Venaco et Vivario se partagent cette zone de 2 949 ha de massif forestier, s'étalant entre 602 m et 2 389 m. Elle fait l'objet de la fiche ZNIEFF 940004243 - Massif forestier de Vizzavona-Vivario-Venaco[26] ;

Sommets du monte d'Oro et de la punta Migliarello (940004179)[27] ;
Tunnel de Muracciole (940030486)

La zone d'une superficie de 16 ha d'origine artificielle, est un ancien tunnel ferroviaire creusé entre la route D343 et la voie de chemin de fer actuelle à 500 m au sud-ouest du village de Muracciole. Il n'a jamais été utilisé. C'est un gîte majeur pour les chiroptères, découvert en 1986 par Mme Salotti[28].

Natura 2000[modifier | modifier le code]

Sites d'Intérêt Communautaire (Dir. Habitat)
Monte d'Oro / Vizzavona
Le site abrite un SIC de la directive « Habitats, faune, flore », d'une superficie de 2 553 ha, inscrit à l'Inventaire national du patrimoine naturel sous la fiche FR9400579 - Monte d'Oro / Vizzavona[29].

Il se situe principalement dans la série « Granite de Corse centrale à grain moyen ». Le Monte d'Oro est une enclave représentant le volcanisme rhyolithique. On y trouve également des zones de gabbros et diorites. Son importance réside dans ses richesses floristiques et faunistiques. Les eaux de ses torrents sont d'une grande pureté.

Patrimoine culturel[modifier | modifier le code]

  • A runcata et sa foire de l'âne tous les ans.

Casa di a Natura à Vizzavona[modifier | modifier le code]

C'est une ancienne maison cantonnière située à 1 000 m d'altitude. Elle abritait les ouvriers ayant creusé en 1889 sous le col de Vizzavona un tunnel ferroviaire de 4 km. Elle est aujourd'hui une structure d'accueil et d'hébergement offrant des séjours nature à caractère pédagogique.
Gérée par le P.N.R.C., cette structure d'une capacité d'accueil de 34 places est agréée par le ministère de l'Éducation Nationale et déclarée auprès de celui de la Jeunesse et des Sports.

A Casetta[modifier | modifier le code]

Face à la Maison forestière de Vizzavona et en contrebas de la RN 193, a été construit la casetta en bois, pour abriter une exposition pédagogique permanente sur la forêt, son histoire et héritage, les métiers de la forêt, l'Office national des forêts, les devoirs de l'ONF Corse, les travaux en forêt, la faune endémique de Corse, le pin lariciu de Corse (A large), la flore endémique de Corse, les forêts publiques de Corse bénéficiant du régime forestier, le site Natura 2000 "les chauves-souris de l'ancien tunnel de Muracciole", etc.

La casetta a la particularité d'avoir une couverture en bois faite de « scandule ». C'est dans les zones boisées granitiques d'Ascu au nord jusqu'à Quenza au sud que les scandule[Note 4] étaient utilisées pour la confection des toits de maisons de villages, de bergeries et d'autres bâtiments. Elles étaient confectionnées de bois de châtaignier ou de pin lariciu. Cette technique permettait de valoriser des ressources locales. De nos jours, le châtaignier est avec le chêne, le plus utilisé. Ces matériaux assure une longévité remarquable et une isolation phonique et thermique élevée.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Le Pape Formose dont on dit qu'il serait né au hameau du Prellu en 816.
  • Le peintre Pierre Graziani, né à Vivario en 1932, contemporain de l'école néo-réaliste de Nice (Ben). Élève aux beaux arts de Marseille, connu pour ses peintures de nuages et de désert, ainsi que de la forêt africaine (Gabon notamment).
  • Toussaint Muraccioli, né en 1905 à Vivario, travaillait aux Travaux publics de ce qui s'appelait alors la France d'Outre-Mer. Il était le père du chanteur Antoine (Pierre-Antoine Muraccioli).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • E. Passemard, Dr de l'Université de Strasbourg, Trois gisements néolithique de la Corse - Bulletin de la Société préhistoire française, 1925 vol.22 pages 6–7.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le père Doazan est natif de Lourdes. Il vient en Corse en 1951. Il est nommé professeur de sciences naturelles au petit séminaire d’Ajaccio, tenu par les pères Oblats de Marie depuis 1836. Il y crée un centre de documentation pédagogique et un musée scolaire constitué par les objets et spécimens collectés par ses élèves
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  3. On trouve aussi l'orthographe Pasciola, sur Mérimée notamment
  4. Scandula signifie bardeau, éclat de bois en français - INFCOR Base de données de la langue corse

Références[modifier | modifier le code]

  1. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Manganello (Y9020560) »
  2. Sandre, « Fiche cours d'eau - Ruisseau de Forcaticcio (Y9020600) »
  3. ViaMichelin.fr
  4. E. Passemard in Bulletin de la Société préhistorique de France - 1925
  5. Biographie du père Doazan sur le site Museu di Corsica
  6. Site Préhistoire de la Corse avec le concours de la C.T.C.
  7. Alerius Tardy - Fascinant Cap Corse - Bastia-Toga 1994
  8. Pier' Antonio Monteggiani, traduction de l'Abbé Letteron in Histoire de la Corse, Chronique Tome I p. 36
  9. a et b Corse : Éléments pour un dictionnaire des noms propres - Recherches de A.-D. Monti sur une préface de J. Fusina ADECEC
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  14. Panneau d'information sur le fortin de Pasciola, au pied des vestiges.
  15. Notice no PA00099259, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. Notice no PA00099287, base Mérimée, ministère français de la Culture
  17. Notice no PA00099260, base Mérimée, ministère français de la Culture
  18. Notice no IA2B001770, base Mérimée, ministère français de la Culture
  19. Le Parc naturel régional de Corse sur le site de l'INPN
  20. ZNIEFF 940030391 - Chaos du Manganellu sur le site de l’INPN.
  21. ZNIEFF 940004178 - Cirque et lac glaciaire d'Oro sur le site de l’INPN.
  22. ZNIEFF 940004214 - Crêtes et hauts versants asylvatiques du monte Renoso sur le site de l’INPN.
  23. ZNIEFF 940004246 - Crêtes et hauts versants asylvatiques du monte Rotondo sur le site de l’INPN.
  24. ZNIEFF 940004216 - Forêt de Rospa-Sorba sur le site de l’INPN.
  25. ZNIEFF 940004212 - Hêtraie du col de Vizzavona sur le site de l’INPN.
  26. ZNIEFF 940004243 - Massif forestier de Vizzavona-Vivario-Venaco sur le site de l’INPN.
  27. ZNIEFF 940004179 - Sommets du monte d'Oro et de la punta Migliarello sur le site de l’INPN.
  28. ZNIEFF 940030486 - Tunnel de Muracciole sur le site de l’INPN.
  29. FR9400579 .html Fiche FR9400579  - Monte d'Oro / Vizzavona sur le réseau Natura 2000 (consulté le )