Pastricciola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Pastricciola
Pastricciola
Administration
Pays Drapeau de la France France
Collectivité territoriale unique Corse
Circonscription départementale Corse-du-Sud
Arrondissement Ajaccio
Intercommunalité Ouest Corse
Maire
Mandat
Stéphane Leca
2020-2026
Code postal 20121
Code commune 2A204
Démographie
Gentilé Pastricciolais
Population
municipale
97 hab. (2018 en stagnation par rapport à 2013)
Densité 2,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 08′ 27″ nord, 8° 59′ 05″ est
Altitude 580 m
Min. 333 m
Max. 2 254 m
Superficie 46,32 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Ajaccio
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Sevi-Sorru-Cinarca
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte administrative de Corse
City locator 14.svg
Pastricciola
Géolocalisation sur la carte : Corse
Voir sur la carte topographique de Corse
City locator 14.svg
Pastricciola
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pastricciola
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pastricciola

Pastricciola est une commune française située dans la circonscription départementale de la Corse-du-Sud et le territoire de la collectivité de Corse. Elle appartient à l'ancienne piève de Cruzini.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Adossée à la partie méridionale du massif du Monte Rotondo, Pastricciola occupe le fond de la vallée la plus au sud de l'ancienne province de Vico, la vallée du Cruzzini. À l'instar des communes voisines de Rezza et d'Azzana, elle est adhérente au Parc naturel régional de Corse.

Dans un paysage hautement montagnard dominé par la Punta Migliarello (2 254 m), Pastricciola égrène sa dizaine de hameaux sur les pentes de petits vallons recouverts par la pinède en rive droite de la vallée, entre 450 et 650 mètres d'altitude. Ses maisons aux épais murs de granite sont placées sous le regard de l'église paroissiale Saint-Michel, perchée sur une courte crête boisée à l'écart des hameaux.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Guagno Guagno Vivario Rose des vents
Rezza N Vivario
O    Pastricciola    E
S
Tavera Bocognano Bocognano

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

Accès routiers[modifier | modifier le code]

Pastricciola est seulement accessible par la D 104, qui s'y arrête en cul-de-sac. On peut rallier la vallée du Cruzzini de trois manières :

Le village est distant, par route, de :

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Pastricciola est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Ajaccio, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 79 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (100 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (99,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (61,3 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (19,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (19 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Histoire[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
... 1989 Max Taviani    
2001 2008 Pierre Pinelli    
2008 2014 Félix Pinelli UDI-PR Retraité
2014 En cours Stéphane Leca    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9].

En 2018, la commune comptait 97 habitants[Note 3], en stagnation par rapport à 2013 (Corse-du-Sud : +5,78 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
264346405408460470501488539
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
555589611628710752810823825
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
9179437569291 1761 3041 0461 013320
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015 2018
249180115898191849797
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Village montagnard et traditionnel dispersé et en longueur à flanc de montagne.

Sis dans la vallée du Cruzzini[12] à quelque 50 km d'Ajaccio (1 heure de trajet).

Parc naturel régional de Corse.

Le village compte quelque 80 habitants disséminés dans plusieurs hameaux. Les premiers habitants de Pastricciola sont venus de Guagno aux dires des anciens et au vu des registres de l'état civil. Les habitants de Pastricciola sont en général des personnes âgées. Les jeunes ne restent plus au village depuis belle lurette... On quitte les zones rurales d'abord pour travailler et ensuite pour les commodités de la vie quotidienne. On revient au village à l'âge de la retraite... Certaines maisons sont très anciennes avec des murs de 80 cm d'épaisseur façonnés avec de la terre mais très efficacement. Cependant, une grande partie des maisons a été rénovée par obligation et souci d'un mieux-être. Cette question du vieillissement de la population pose le problème, à terme, de la désertification du village : plus d'école (car pas assez d'enfants), les élus locaux n'habitent plus (ou pas) le village, ou si peu. Naguère, le village, alors 10 fois plus peuplé qu'aujourd'hui, disposait de plusieurs « groupes scolaires ». Enfin, le nombre d'inscrits sur les listes électorales est quasi 3 fois supérieur à la population réelle.

Il y a aussi à coter de la première maison du village de Pastricciola (en face de la boite au lettre la poste) une tête qui date apparemment de l'époque de Pasquale Paoli

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Pleyben - Châteaulin », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  12. SANDRE, « Fiche cours d'eau - Rivière u Cruzini (Y8110500) » (consulté le ).