Usine PSA de Sochaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Usine PSA de Sochaux
Installations
Type d'usine
Usine automobile
Superficie
200 haVoir et modifier les données sur Wikidata
Fonctionnement
Opérateur
Effectif
12 221 ()
10 500 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Date d'ouverture
Production
Marques
Modèles
Production
424 998 véhicules ()
532 673 véhicules ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Situation
Coordonnées
Localisation sur la carte du Doubs
voir sur la carte du Doubs
Factory.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Factory.svg

L'usine PSA de Sochaux est le site industriel historique symbolique de Peugeot, implanté à Sochaux (Doubs). Son usine de pièces détachées et sous-traitants est l'Usine PSA de Vesoul.

Histoire[modifier | modifier le code]

Effectifs[modifier | modifier le code]

Le centre de Sochaux a longtemps été le plus important site industriel de France, toutes industries confondues, avec près de 40 000 salariés en 1979, nombre revenu à 18 000 en l'an 2000, puis à 12 527 salariés au [1], et passé sous les 9 000 en janvier 2017. Sur ces près de 9000 personnes, 1200 travaillent au centre d'essais de Belchamp, il n'y en a donc que 7800 personnes sur le site de Sochaux proprement dit ; de ce nombre, 5500 personnes sont affectées à la production, le reste fait en majorité partie des directions de l'Amont technico-industriel (donc études et essais techniques, méthodes industrielles)[2]. Le titre de premier site industriel de France lui a été ravi à partir de 2013 par Airbus Opérations à Toulouse, qui emploie en 2013 plus de 13 200 salariés[3].

Évolution des effectifs de Sochaux[4]
1911 1920 1926 1930 1935 1937 1960 1968 1970 1978 2000 2008 2017
Effectif 400 1 300 2 000 7 500 11 000 15 000 20 500 25 700 30 000 39 000 18 000 12 500 9 000

Spécialités[modifier | modifier le code]

Avant l'ouverture du centre de Mulhouse en 1972, le centre de Sochaux a construit toutes les Peugeot (voir plus bas). La Peugeot 104, lancée à Mulhouse, est la première à déroger à cette règle.

Depuis la mise en place de la politique de plates-formes impulsée par Jean-Martin Folz[5], Sochaux est spécialisé dans les véhicules de taille moyenne, issus de la plate-forme TB (dite encore plateforme 2, base roulante commune aux Peugeot 307, Citroën C4, puis 308 I, DS5…) puis EMP2 (308 II, 3008, 5008, ...). Le même type de production est à présent confié au site proche situé à Mulhouse.

En décembre 2010, la 20 millionième Peugeot est sortie des lignes de production[6].

En 2011, le site produit sa première Citroën (puis DS), la DS5.

En 2016, le site produit :

En 2017, Sochaux aura produit 425 000 véhicules, en progression de 20 % par rapport à 2016 grâce au succès de la 308 et l'arrivée d'un premier modèle Opel et annonce une prévision de 500 000 exemplaires pour 2018[7].

Dates importantes[modifier | modifier le code]

  • 1810 : début des Peugeot dans l’industrie,
  • 1889 : première voiture Peugeot,
  • 1912 : création du site de Sochaux, à cheval sur les communes de Montbéliard et de Sochaux, dans une vaste zone considérée jusque-là comme trop marécageuse pour être constructible au confluent de l'Allan et du Doubs,
  • 1929 : lancement de la 201, premier véhicule de la marque Peugeot identifié par un nombre avec un zéro central,
  • 1935 : lancement de l'aérodynamique 402,
  • 1940-1944 : l'usine est mise sous contrôle par l’occupant allemand, sous surveillance d’un certain Ferdinand Porsche, l’outil de production devant être mis au service des besoins de l’armée allemande. En lien avec la Résistance, des dirigeants comme Auguste Bonal et des ouvriers organisent une patiente grève du zèle allant jusqu'au sabotage pour retarder le plus possible la production. Les Allemands déporteront huit directeurs du site dont Bonal. Après la libération, l’usine est en grande partie détruite par les bombardements[8] et le pillage allemand et les dirigeants partiront à la recherche des machines volées aux quatre coins de l’Europe pour pouvoir relancer l'activité[9],
  • 1948 : lancement de la 203, le véhicule de la renaissance de l'usine après les destructions de la guerre,
  • 1955 : lancement de la 403 ; l'usine compte alors 15 000 salariés,
  • 1960 : lancement de la 404 ; l'usine compte 23 000 salariés,
  • 1965 : lancement de la 204; première traction avant de la marque Peugeot et premier petit moteur diesel sur le marché,
  • 1968 : les grèves durent 3 semaines sur mai-juin et changent profondément le climat de l'usine; il y a deux morts au cours des échauffourées avec les CRS, sur quatre morts recensés au cours des événements de mai 68 en France[10],
  • 1969 : lancement de la 304 ; l'usine compte alors 15 000 salariés
  • 1970 : record de production avec 532 673 unités produites[11],
  • 1977 : lancement de la 305,
  • 1979 : lancement de la 505 et nombre de salariés record : plus de 39 000 personnes travaillent à l'usine de Sochaux[12] (y inclus son annexe de Bart),
  • 1987 : lancement de la 405 ; nouvelle tôlerie polyvalente entièrement automatisée
  • 1989 : lancement de la 605 ; l'effectif est redescendu à 23 000 salariés ; grande grève de sept semaines à l'automne (la dernière que connaîtra le site)[10],
  • De 1989 à 1992 : travaux de rénovation qui permettent l'ouverture d'ateliers ultramodernes de peinture et de montage situé au sud de la rivière Allan, dont l'ancien cours a été préalablement comblé et les eaux déversées dans une section à grand gabarit du canal Rhin-Rhône,
  • 1990 : crue historique de l'Allan qui submerge pour la première fois l'ensemble du site à l'occasion d'une fonte des neiges un peu rapide, arrête la production plus d'une semaine et fait perdre 12 000 voitures en production,
  • 1995 : lancement de la 406,
  • 2000 : lancement de la 607,
  • 2001 : lancement de la 307,
  • 2007 : nouvelle organisation du Groupe et lancement de la 308,
  • 2010 : sortie en fin d'année de la première Citroën du site, la DS5[13],
  • 2013 : lancement de la 308 II,
  • 2016 : lancement de la 3008 II.
  • 2016 : lancement de l'Opel Grandland X.

Production[modifier | modifier le code]

Véhicules produits[modifier | modifier le code]

Chiffres de production[modifier | modifier le code]

Année Nb Véhicules Types Véhicule
2005 412 546 607, 307
2006 330 219 607, 307
2007 325 845 607, 307, 308
2008 287 804 607, 307, 308
2009 270 000[14] 607, 308, 3008, 5008 I
2010 360 000 607 (arrêt en juillet), 308, 3008, 5008 I
2011 373 000 308, 3008, 5008 I, DS5
2012 316 700[15] 308, 3008, 5008 I, DS5
2013 278 500[16] 308, 3008, 5008 I, DS5
2014 313 900[17] 308, 3008, 5008 I, DS5
2015 364 700[18] 308, 3008, 5008 I, DS5
2016 347 000[19] 308, 3008, 3008 II, 5008 I, DS5[18]
2017 425 000[19],[20] 308, 3008 II, 5008 I, DS5, Opel Grandland X[19]

Atelier de production[modifier | modifier le code]

À la fin des années 1990, sous l'impulsion de Jean-Martin Folz, le site entame une cure de jouvence et de nombreux métiers disparaissent du site. L'outillage central est le premier de liste, suivront les ateliers de câblerie (confection des faisceaux automobile), sellerie (confections des sièges) et la dernière en date, la fonderie.

Il reste aujourd'hui sur le site, les ateliers :

En 2011, PSA annonce la fin pour 2013 de la fabrication en interne des amortisseurs, dont la qualité était pourtant réputée. 600 personnes devraient être reclassées si cette fermeture est effective[21]. En mai 2011, les effectifs de l'usine étaient de 11 972 salariés auxquels s'ajoutent 2 002 intérimaires et 810 personnes extérieures détachées sur le site[22].

En février 2017, PSA annonce un invertissement de 200 millions d'euros sur le site pour y revoir complètement ses flux logistiques et le rendre plus felexible pour pouvoir produire jusqu'à six silhouettes différentes pour un volume annuel de 400 000 véhicules[23].

Centre d'études[modifier | modifier le code]

Environ 4 000 personnes travaillent au sein des activités de l'amont technico-industriel du groupe sur le site de Sochaux, et sur son site associé, le centre d'essais de Belchamp. Elles sont chargées de développer et expérimenter les futurs véhicules des marques Peugeot et Citroën, de la plate-forme 2 (dédiée aux véhicules moyenne gamme type 308 ou C4).

Politique environnementale du site[modifier | modifier le code]

Le site de Sochaux est certifié ISO 14001 depuis juillet 1999 :

  • En 8 ans, le site a divisé par 4 ses déchets non recyclés
  • En 10 ans, le site a divisé par 5 sa consommation d’eau
  • En 8 ans, le site a divisé par 4 ses rejets de CO2 dans l’atmosphère

Le parking du personnel est couvert depuis 2010 de 9 300 m² de panneaux solaires, d'une puissance totale de 1 400 kW-crête, capable d'économiser 450 tonnes de CO2 par an[24]

Cette politique de maîtrise de la consommation de l’énergie a été reconnue officiellement : ainsi, en 2012, le site de Sochaux a été le premier site industriel français à obtenir la certification de son système de management de l’énergie selon le référentiel de la nouvelle norme ISO 50001, bientôt suivi par le centre de production de Mulhouse[15].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://bourgogne-franche-comte.france3.fr/info/24687813-fr.php
  2. « Effectif du Site PSA Sochaux au 31 janvier 2017 », sur le site de la CGT PSA Sochaux, (consulté le 19 juillet 2018)
  3. « PSA Sochaux n'est plus la première usine de France », sur le site de l'Est républicain, (consulté le 19 juillet 2018)
  4. Chiffre de 1911 à 1978 issu de l'article sur le patrimoine du Pays de Montbéliard « Usine de construction automobile Peugeot à Sochaux », sur le site du Pays de Montbéliard Agglomération (consulté le 19 juillet 2018)
  5. « Automobile : Psa s'inscrit dans une logique de succes », sur le site de l'Usine nouvelle, (consulté le 19 juillet 2018)
  6. « PSA Sochaux: la 20 millionième Peugeot sortie des chaînes offerte à un orphelinat d'Haï », Agence France Presse (Google News), (consulté le 7 décembre 2010)
  7. Agence France-Presse, « Automobile: PSA Sochaux battra un record de production en 2018 », lepoint.fr, (consulté le 21 décembre 2017)
  8. Dans la nuit du 15 au 16 juillet 1943, un bombardement intensif s’abat sur Sochaux. Les bombardiers anglais visaient les usines Peugeot mais touchent largement la zone habitée, légèrement plus à l'est. Le bilan est de 125 morts et 250 blessés civils. Voir article de l'Est républicain à l'occasion de la 72e commémoration de cet événement[1].
  9. Site historique Peugeot consulté le 9 octobre 2015
  10. a et b Publication syndicale qui fait le bilan des événements de 1989 à Sochaux
  11. Sochaux sur le toit de l'Europe, L'Est républicain,
  12. Historique du site de Sochaux sur son site officiel, consulté le 9 octobre 2015
  13. « Les premières DS5 dès le mois de décembre à Sochaux », Le Pays, (consulté en 7 juilley 2010)
  14. « A Sochaux, PSA compacte son site historique pour être plus compétitif », Les Echos, (consulté le 26 mai 2010)
  15. a et b « Document de référence 2013 », sur le site de PSA Groupe, (consulté le 30 juillet 2018)
  16. « Document de référence 2014 », sur le site de PSA Groupe, (consulté le 30 juillet 2018)
  17. « Document de référence 2015 », sur le site de PSA Groupe, (consulté le 30 juillet 2018)
  18. a et b « Document de référence 2016 », sur le site de PSA Groupe, (consulté le 30 juillet 2018)
  19. a b et c « Document de référence 2017 », sur le site de PSA Groupe, (consulté le 30 juillet 2018)
  20. « Automobile: PSA Sochaux battra un record de production en 2018 », sur le site du l'hebdomadaire Le Point, (consulté le 20 juillet 2018)
  21. « PSA Sochaux délocalise ses amortisseurs », L'Usine nouvelle, (consulté le 31 mai 2011)
  22. « Sous la barre des 12 000 salariés dans les usines », Le Pays, (consulté le 3 juin 2011)
  23. « PSA investit 200 millions d'euros pour transformer Sochaux en usine du futur », latribune.fr, (consulté le 17 février 2017)
  24. « PSA installe des panneaux solaires sur le parking de son site de Sochaux », La Tribune, (consulté le 10 août 2010)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 2000 : Retour sur la condition ouvrière, Michel Pialoux et Stéphane Beaud, Paris, Éditions Fayard.
  • 2002 : Les gens d'usine. Peugeot-Sochaux, 50 ans d'histoire, Nicolas Hatzfeld, Paris, Éditions de l'Atelier.
  • 1986, réédité en 2003, Mémoires de l'enclave, Jean-Paul Goux, Éditions Actes Sud

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Avec le sang des autres, film documentaire de Bruno Muel, France, 1974, 50'
  • Sochaux, cadences en chaîne, film documentaire de Laurence Jourdan, France, 2010, 55'