Université de Florence

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Université de Florence
Université de Florence (logo).svg
Image dans Infobox.
Histoire et statut
Fondation
Type
Nom officiel
Università degli Studi di Firenze
Florentina Studiorum Universitas
Régime linguistique
Recteur
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
59 627
Localisation
Campus
Urbain
Ville
Pays
Géolocalisation sur la carte : Toscane
(Voir situation sur carte : Toscane)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Italie
(Voir situation sur carte : Italie)
Point carte.svg
Géolocalisation sur la carte : Florence
(Voir situation sur carte : Florence)
Point carte.svg

L’université de Florence (en italien : Università degli Studi di Firenze), est une université italienne, basée à Florence, une des plus anciennes et prestigieuses universités italiennes.

Elle comprend douze facultés, plus de 60 000 étudiants, autant étrangers qu'italiens, avec des pôles et des sièges didactiques décentrés dans plusieurs villes de la Toscane comme Prato, Empoli, Pistoia, Sesto Fiorentino (au hameau Osmannoro), San Casciano in Val di Pesa, Vinci, Calenzano, Figline Valdarno et San Giovanni Valdarno.

Histoire[modifier | modifier le code]

Initialement le Studium Generale a été établi par la république florentine en 1321 et reconnu par le pape Clément VI en 1349 qui l'autorise à diffuser plusieurs degrés d'enseignement réguliers. Le pape établit aussi que la première faculté de théologie soit instaurée à Florence.

Le Studium devient université impériale en 1364 sous l'empereur Charles IV, mais elle est déplacée à Pise en 1473 quand Laurent le Magnifique prend le contrôle de Florence. Charles VIII la ramène à Florence de 1497 à 1515, mais elle retourne de nouveau à Pise quand les Médicis reprennent le pouvoir.

En 1859, elle devient l'Istituto di Studi Pratici e di Perfezionamento, lequel, une année plus tard, est reconnu comme l'équivalent d'une université par le gouvernement de l'Italie unifiée, mais le nom d'« Università degli Studi » n'est donné par le Parlement qu'en 1923.

Un article du quotidien Il Giornale en 2018 qualifie l'Université de Florence de véritable "atelier du pouvoir", assimilée à une "Cambridge italienne", où ont enseigné et/ou étudié le plus d'hommes d'état et de hauts magistrats en Italie, notamment au sein de sa faculté de droit, citant par exemple Piero Calamandrei et Giorgio La Pira, plus récemment la femme politique Maria Elena Boschi, et les trois derniers Premiers ministres italiens Matteo Renzi, Giuseppe Conte et Mario Draghi.[1]

En février 2021, soucieuse de contribuer à la formation de la future classe dirigente européenne, l'université de Florence annonce la création du diplôme international de troisième cycle "Histoire, culture et citoyenneté européenne".[2]

Après trois ans à la tête du gouvernement italien, Giuseppe Conte réintègre la chaire de droit privé de l'université de Florence en mars 2021.[3]

Facultés[modifier | modifier le code]

Liste des facultés[modifier | modifier le code]

Professeurs remarquables[modifier | modifier le code]

Anciens étudiants[modifier | modifier le code]


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) L'Istituto di Studi Superiori contribution de Brunetto Chiarelli p. 15-34, dans Paolo Mantagazza e l'Evoluzionismo in Italia, Chiarelli C. , Piasini W., 2010, Florence, Firenze University Press.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Fabrizio Boschi, « L'officina del potere che ha sfornato premier e presidenti », sur ilGiornale.it, (consulté le )
  2. (en) « History, Culture and European Citizens | News | Università degli Studi di Firenze | UniFI », sur www.unifi.it (consulté le )
  3. (it) La Nazione, « Conte torna all'Università di Firenze, il rettore "Lo incontrerò a breve" », sur La Nazione, (consulté le )
  4. (it) « Giuseppe Conte, la lezione in università a Firenze e il futuro da leader del M5S », sur la Repubblica, (consulté le )
  5. « Francesco Milleri, le nouveau visage d’EssilorLuxottica », sur Planete Business, (consulté le )
  6. (it) « Gruppo Parlamentare di Italia Viva alla Camera », sur Italia Viva (consulté le )
  7. (it) « Ambasciata d'Italia a Tokio, ne parla l'Ambasciatore Giorgi », sur IlPiacenza (consulté le )
  8. (en-US) « Alberto Scaccioni • Fashion Graduate Italia », sur Fashion Graduate Italia (consulté le )