Confindustria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Confindustria
Logo de l'organisation
Situation
Création 1910
Type Organisation patronale
Siège 30, Via dell'Astronomia
00144 Rome
Langue Italien
Organisation
Membres 116 000 entreprises
Président Vincenzo Boccia

Site web www.confindustria.it

La Confédération générale de l'industrie italienne, connue aussi comme la Confindustria est une organisation représentative des entreprises italiennes. La Confindustria a participé à la création de diverses organisations parmi lesquelles l'ISTUD et l'Assingegneria.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Confindustria est créée en 1910[1].

L'unité du patronat est déstabilisée par le départ le de l'entreprise Fiat et sa société sœur Fiat Industrial. Le différend entre la Confindustria et le premier employeur privé d'Italie tient aux accords de branche que les membres de la confédération doivent appliquer et dont Fiat souhaite s'affranchir pour faire face à la concurrence internationale[2]. En 2012, Fiat a soutenu le candidat malheureux à la succession de Emma Marcegaglia, Alberto Bombassei, patron de l'équipementier automobile Brembo[3].

Nommé en 2012, la présidence de Giorgio Squinzi ne parvient pas à résoudre les tension internes qui animent le syndicat. En avril 2016, Vincenzo Boccia est élu à la présidence de la Confindustria avec 100 voix contre 91 pour son opposant Alberto Vacchi [4].

En décembre 2018, la filiale italienne de l'Algérien Sonatrach (Sonatrach Raffineria Italiana Srl) rejoint la Confindustria[5].

En décembre 2018, la Confindustria exprime son ras-le-bol envers la gouvernance politique de son pays (entre autres les blocages du TGV Lyon-Turin) en réunissant 12 autres associations patronales, constituant un groupe de pression représentant 80 % des exportations du pays et 65 % de son PIB, et qui prend le nom de "parti du PIB"[6]. En février 2019, après le renvoi par Rome de l'ammabssadeur français Christian Masset, la Confindustria et le MEDEF se regroupent pour demander officiellement à leurs gouvernements de rester dans la voie du dialogue, et annoncent une réunion bilatérale sur la question dès la fin du mois[7].

Confindustria Digitale[modifier | modifier le code]

La Confindustria Digitale, branche nouvelles technologies de l'organisation patronale qui représente aujourd'hui 250 000 employés du secteur, est créée en 2011 avec Stefano Parisi comme premier président de l'organisation. Elle réunit alors Asstel, Assinform, Anitec et Aiip[8],[9].

En 2014, Elio Catania est nommé à la présidence de la Confindustria Digitale[10].

En juin 2019, Abie, association représentant les acteurs du blockchain en Italie depuis 2017, rejoint la Confindustria Digitale[11]. Le mois suivant, La Confindustria Digitale introduit son plan Italia 4.0 qui vise à numériser en profondeur l'administration publique italienne[12].

Relations avec le pouvoir[modifier | modifier le code]

Confindustria a été accusée d'avoir soutenu économiquement le fascisme. Mussolini accapara les faveurs du lobby de la Confindustria nommant ministre du trésor Alberto De Stefani, économiste libéral. Le 2 octobre 1925, le Pacte Vidoni, signé par la Confindustria et les représentants du régime fasciste, abolit les syndicats des travailleurs les remplaçant par ceux contrôlés par le fascisme. En 1926, les grèves sont déclarées hors la loi et les travailleurs non inscrits au parti fasciste ne peuvent être embauchés. De 1934 à 1943 la Confindustria fut dirigée par le dignitaire fasciste Giuseppe Volpi.

Si le patronat italien fut d'abord un partisan de l'action de Silvio Berlusconi à la tête du gouvernement[13], les relations se dégradèrent : traitée de veline (show girl des plateaux de télévision en Italie)[14], la présidente de la Confindustria Emma Marcegaglia critiqua à de nombreuses reprises il Cavaliere en appelant à un renouvellement de la classe politique au pouvoir nuisible selon elle à la crédibilité de l'Italie ainsi qu'à une libéralisation de l'économie italienne pour relancer la croissance[15].

Confindustria ayant représenté un opposant de premier plan à la fin de l'ère Berlusconi, l'organisation patronale a dans un premier temps accueilli favorablement le nouveau gouvernement italien, présidé par Mario Monti[16]. L'ancien banquier de Goldman Sachs s'appuiera notamment sur le patronat durant son début de mandat consacré à relancer la croissance en berne en Italie[17]. Mario Monti perdit néanmoins en juin 2012 le soutien de la Confindustria[18]

Activités[modifier | modifier le code]

La Confindustria regroupe 116 000 entreprises représentant 4 200 000 salariés. Elle a pour objectif la croissance de l'économie italienne. Elle fait partie de l'International Organization of Employers (IOE).

La Confindustria est propriétaire de l'université privée Libera Università Internazionale degli Studi Sociali (LUISS) de Rome, la deuxième après la Bocconi de Milan. Elle possède également une société de certification de produits industriels, IMQ, ainsi que 67 % du groupe de presse Il Sole 24 Ore qui détient le quotidien économique éponyme, une radio, une agence de presse, une maison d'édition et des magazines[13].

Gouvernance[modifier | modifier le code]

Historique de la présidence[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) Histoire de la Confindustia, site officiel de la Confindustria
  2. « Fiat claque la porte de la Confindustria, le "Medef italien" », sur latribune.fr, La Tribune, (consulté le 10 juin 2012)
  3. (it)« Marchionne: "Se passa la linea Bombassei Fiat è pronta a rientrare in Confindustria" », sur repubblica.it, La Repubblica, (consulté le 10 juin 2012)
  4. Tosseri, « Crise d’autorité à la Confindustria, le Medef italien », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  5. « Raffinerie d’Augusta : l’organisation patronale italienne Confindustria salue la présence de Sonatrach », Algérie Patriotique,‎ (lire en ligne)
  6. Olivier Tosseri, « Le « ras-le-bol » du patronat italien », Les Échos,‎ (lire en ligne)
  7. « Le Medef et la Confindustria appellent les gouvernements français et italiens au dialogue », MEDEF,‎ (lire en ligne)
  8. « Italie : constitution de Confindustria Digitale, la nouvelle fédération patronale de l’industrie numérique », Planet Labor,‎ (lire en ligne)
  9. (it) « Nasce “Confindustria Digitale” per l’innovazione e lo sviluppo », Network Digital 360,‎ (lire en ligne)
  10. (it) « Elio Catania nuovo presidente di Confindustria Digitale », Pubblicitá Italia,‎ (lire en ligne)
  11. (it) « Blockchain, Abie entra in Confindustria Digitale », Network Digital 360,‎ (lire en ligne)
  12. (it) « Confindustria Digitale svela la strategia Italia 4.0 », Network Digital 360,‎ (lire en ligne)
  13. a et b Philippe Ridet, « Giorgio Squinzi prêt à prendre la tête du patronat italien », Le Monde, no 20892,‎ , p. 20
  14. Morgane Miel, « Emma Marcegaglia, patronne et pasionaria », sur lefigaro.fr, Le Figaro, (consulté le 10 juin 2012)
  15. Dominique Dunglas, « Ultimatum des patrons italiens à Silvio Berlusconi », sur lepoint.fr, Le Point, (consulté le 10 juin 2012)
  16. « Mario Monti s'attaque aux dettes de l'Etat à l'égard des entreprises », sur 20minutes.fr, 20 minutes, (consulté le 10 juin 2012)
  17. Guillaume Delacroix, « L'Italie se donne quatre jours pour relancer sa croissance », sur lesechos.fr, Les Échos, (consulté le 10 juin 2012)
  18. « Le gouvernement de Mario Monti perd l’appui du monde des affaires », sur EurActiv.com, EurActiv.com PLC, (consulté le 10 juin 2012)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]