Twinkie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Twinkie
Image illustrative de l'article Twinkie
Deux Twinkies à la crème à la vanille.

Lieu d’origine États-Unis
Créateur James Alexander Dewar
Date 1930
Ingrédients Farine de blé, sucre, sirop de maïs

Un Twinkie est « une génoise fourrée à la crème »[1] créée en 1930 aux États-Unis par James Alexander Dewar. Au début du XXIe siècle, la société Hostess en fabrique environ 500 millions annuellement[2],[3] dans une vingtaine d'usines aux États-Unis[4], jusqu'à sa faillite en 2012[5]. En 2013, les firmes Apollo Global Management et C. Dean Metropoulos & Co rachètent la marque Hostess et reprennent la production aux États-Unis[6]. En juillet 2016, la société d'investissement Gores Group acquiert une majorité des actions et prend contrôle de la marque pour 725 millions USD[7].

Le Twinkie, commercialisé comme un « génoise dorée au fourrage crémeux » (Golden Sponge Cake with Creamy Filling[8]), mesure 10 cm sur 2,5 cm, et est habituellement vendu par paquets de deux. Chaque Twinkie pèse une quarantaine de grammes et contient environ 140 calories, dont le tiers provient des matières grasses. Le gâteau contient quelque 2,5 g de gras saturés[9].

Considéré comme une icône américaine par sa popularité[10],[11].

Historique[modifier | modifier le code]

Ingrédients

  • Farine de blé enrichie avec du sulfate ferreux
  • Vitamines B :
  • Sucre
  • Sirop de maïs à haute teneur en fructose
  • Eau
  • Graisse végétale et/ou animale contenant un ou plusieurs ingrédients suivants :
    • soja partiellement hydrogéné
    • graine de coton ou huile de canola
    • saindoux
    • graisse de bœuf
  • Dextrose
  • Œufs entiers
  • Contient 2 % ou moins de :
    • Fécule de maïs modifiée
    • Gomme de cellulose
    • Lait
    • Levains :
      • Pyrophosphate de sodium
      • Bicarbonate de soude
      • Phosphate monocalcique
    • Sel
    • Fécule de maïs
    • Farine de maïs
    • Solides de sirop de maïs
    • Mono et diglycérides
    • Lécithine de soja
    • Polysorbate 60
    • Dextrine
    • Caséinate de calcium
    • Lactylate de stearol de sodium
    • Gluten de blé
    • Sulfate de calcium
    • Saveurs naturelles et artificielles :
      • Couleur de caramel
      • Acide sorbique (pour maintenir la fraîcheur)
      • Colorants alimentaires (jaune 5, rouge 40)

Invention[modifier | modifier le code]

Le Twinkie a été inventé le par James Alexander Dewar, alors vice-président la boulangerie Continental Bakeries à Chicago, qui vend des produits de marque Hostess. Réalisant que la machinerie servant à produire des shortcakes fourrés aux fraises reste inutilisée hors des six semaines que dure la saison des fraises, il invente un petit gâteau fourré à la crème de bananes[12],[13]. Il a dit avoir eu l'idée du nom en voyant une enseigne pour les « Twinkle Toe Shoes » (une marque de chaussures) à Saint-Louis, au Missouri[14]. Les gâteaux se vendent au prix de deux pour 5 cents, un prix modique pour les Américains aux prises avec la Grande Dépression[13]. D'abord peu convaincue par le potentiel du Twinkie, Continental Bakeries a bientôt de la difficulté à satisfaire à la demande[13].

À cette époque, chaque Twinkie est fourré manuellement à l'aide d'une pompe que le travailleur active avec le pied. En cas de surplus, le Twinkie explose[13].

La pénurie de bananes provoquée par la Seconde Guerre mondiale force la société à remplacer la crème de bananes par de la crème à la vanille. Le changement est si populaire, que la saveur de bananes ne sera plus jamais réintroduite à large échelle[15].

Depuis les années 1940[modifier | modifier le code]

Une ancienne publicité de Twinkies montrant une variété de la pâtisserie avec une garniture au chocolat.

Dès les années 1950, les Twinkies deviennent très populaires dans les paniers-repas des écoliers[2], en partie à cause de la commandite par Hostess de l'émission américaine pour enfants Howdy Doody[3]. En 1971, un Twinkie anthropomorphique et déguisé en cowboy, appelé Twinkie the Kid (en), fait également son apparition dans les campagnes publicitaires et sur les emballages[3]. Il contribue à populariser le slogan « les friandises avec une friandise au centre », en référence au fourrage à l'intérieur du petit gâteau.

En 1988, une nouvelle crème incluant une saveur de fraises est introduite mais la production de cette variante est arrêtée rapidement[16]. En 1999, le président Bill Clinton et le White House Millennium Council sélectionnent le Twinkie pour faire partie de la capsule temporelle du millénaire, qualifiant le gâteau d'icône américaine. La capsule sera ouverte en 2100[10].

En 2005, dans le cadre d'une campagne promotionnelle du film King Kong, Hostess réintroduit la saveur de bananes pour 4 semaines, et voit les ventes de Twinkies grimper de 20 %. En 2007, la société se décide à réintroduire la saveur[17].

En avril 2005, un article du Washington Post révèle que les Américains ont dépensé 47 millions de dollars sur les Twinkies au cours des derniers 12 mois[2]. C'est à Chicago que la consommation per capita est la plus grande[4]. Une paire de Twinkies coûte environ 1 USD en 2005[11].

Juste avant sa faillite en 2012, Hostess réduit la taille des Twinkies. Leur poids individuel passe de 42,5 g à 38,5 g et leur contenu calorique diminue de 150 calories à 135 calories. Leur durée de conservation s'allonge quant à elle, à 45 jours, par rapport à 25 ou 26 jours[18].

Faillite de Hostess et retour du Twinkie aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Le 11 janvier 2012, la société Hostess déclare faillite, et les ventes de Twinkies cessent en novembre 2012. Hostess explique que ses clients ont adopté des pratiques alimentaires plus saines[19]. La société est également aux prises avec de très graves conflits de travail[20], qui culminent avec des grèves impliquant les 5000 employés syndiqués de sa main d’œuvre comptant 18 000 travailleurs[5]. La liquidation de Hostess entraîne leur licenciement à tous.

Quelques jours après l'annonce de la faillite, plusieurs détaillants voient leurs magasins pris d'assaut par les consommateurs, voulant acheter les dernières pâtisseries, et sont bientôt en pénurie de Twinkie. Certains de ces derniers sont mis en vente sur EBay à des prix bien plus élevés que le prix de détail suggéré[21], jusqu'à 100 USD pour un paquet de 10[22].

Le 12 mars 2013, les consommateurs américains apprennent que les Twinkies vont revenir sur le marché, à la suite de l'achat de certains produits de la marque Hostess par les sociétés d'investissement Apollo Global Management et C. Dean Metropoulos and Company, pour 410 millions de dollars américains[23]. La reprise de la production se fait avec une main-d’œuvre non syndiquée[24]. Walmart recommence à vendre les gâteaux en juillet 2013[25]. Ce retour s'accompagne du slogan publicitaire « le plus doux retour depuis toujours » (The sweetest comeback in the history of ever.)[26].

En juillet 2016, la société d'investissement Gores Group acquiert une majorité des actions et prend contrôle de la marque pour 725 millions USD[7].

Ailleurs dans le monde[modifier | modifier le code]

En Égypte, c'est la société Edita qui produit les Twinkies. Elle exporte également dans le Golfe Persique, le Yémen, l'Iraq, la Syrie, la Jordanie et le Liban. En 2012, les Twinkies représentait 47 % du chiffre d'affaires de la société[27].

Au Canada, les droits de production de la marque Hostess et du Twinkie appartiennent à la société Saputo. L'interruption de la production américaine de 2012 à 2013 n'a donc pas d'impact au Canada[20],[28]. Certains journalistes écrivent, avec humour, que c'est là une autre raison d'émigrer au Canada[29].

Le Mexique non plus n'est pas touché par l'arrêt de la production, et la société Marinela, responsable de la production dans ce pays, lance en 2013 une campagne pseudo-caritative qui invite humoristiquement les Mexicains à « donner un Twinkie à un Américain » (Dona Twinkies a un Americano)[30].

Production[modifier | modifier le code]

Les gâteaux sont cuits au four à 350 degrés Fahrenheit pendant 9 à 12 minutes, puis le fourrage est injecté par trois trous sur le haut du gâteau, bruni par le four[31]. Le gâteau est renversé avant l’empaquetage, le fond jaune arrondi devenant ainsi le haut du gâteau. Hostess en produit environ un demi-milliard par an, à raison de 1000 à la minute[2].

Des monoglycérides et diglycérides remplacent les œufs de la recette originale, et agissent comme émulsifiants et rehausseurs de saveur. Du polysorbate 60 agit de même pour la crème. Du shortening d'huile végétale remplace le beurre de la recette originale, donnant au gâteau une partie de sa saveur et de sa texture. Des tests menés par des experts ont révélé que les saveurs de beurre et de vanille sont artificielles, et ces composés sont dérivés du pétrole. L'acide sorbique est le seul agent de conservation utilisé[31].

Variantes à la recette[modifier | modifier le code]

La recette la plus courante du Twinkie consiste en un gâteau éponge sans garniture avec un fourrage à la vanille. Il y a eu diverses variantes au cours des années, typiquement à l'occasion d'événements spéciaux ou dans le cadre de promotions publicitaires. On parle alors parfois d' "édition limitée" (limited edition). La liste suivante en présente quelques-unes. Ces saveurs sont toutes artificielles.

  • Crème à la banane dans la recette originale de 1930, réintroduite sporadiquement par la suite au moins jusqu'en 2007[32].
  • Crème au chocolat, dans les Twinkies appelé "Chocolate Crème Twinkies"[33].
  • Crème aux fraises et aux framboises bleues[32].
  • Crème à la citrouille épicée (Pumpkin Spice)[34].
  • Crème à la lime, dans le cadre de la promotion du film SOS Fantômes de 2016[35].
  • Garniture à la fraise, crème à la banane et enrobage au chocolat, à l'été 2015, lié à la promotion du film Les Minions.
  • Pâte contenant des points de couleur bleus, blancs et rouges pour la fête nationale des États-Unis, en 2016[36].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Les Twinkies apparaissent dans plusieurs sphères de la culture populaire, principalement aux États-Unis, reflétant la très grande popularité de la friandise auprès des Américains.

Durée de vie[modifier | modifier le code]

Une légende urbaine veut que les Twinkies ont une durée de conservation presque illimitée[12], à cause des produits chimiques qu'ils renferment. D'autres légendes urbaines leur prêtent même la capacité de résister à une guerre nucléaire[37]. Voulant tester la durée de conservation de la pâtisserie, un enseignant américain a même été jusqu'à conserver un Twinkie 30 ans dans sa classe[38].

Un clin d’œil à cette légende urbaine apparaît dans le film WALL-E , dans une scène où l'on aperçoit un Twinkie bien conservé, des siècles après que les êtres humains ont abandonné la Terre.

En fait, jusqu'en 2012, la durée de conservation du petit gâteau est de 25 jours environ[2]. La recette initiale contenant des œufs, du lait et du beurre limitait la durée de conservation à deux jours, ce qui a forcé la substitution de ces ingrédients pour prolonger la conservation de la friandise. L'acide sorbique est l'unique agent de conservation utilisé dans la recette actuelle[31].

Depuis le changement de recette de 2012, la durée de conservation est passée à 45 jours[18].

Politique[modifier | modifier le code]

  • En 1985, George Belair a servi pour 34,13 $ de Twinkies et de rafraîchissements à des groupes de personnes âgées, dans le cadre de sa campagne électorale. Il a été accusé de corruption dans ce que les journaux ont appelé « Twinkiegate » (un jeu de mot sur le scandale de Watergate). Même si les accusations ont été abandonnées, une loi régissant les campagnes électorales au Minnesota a été promulguée et s'est appelée populairement la « Loi Twinkie » jusqu'à son abrogation en 1988[39].

Sports[modifier | modifier le code]

  • Les Twins du Minnesota sont surnommés les « Twinkies » par les supporters. Certains fans n'apprécient pas ce sobriquet[40].

Science[modifier | modifier le code]

  • En 2010, la Twinkie Diet (régime Twinkie) du nutritionniste américain Mark Haub, lui permet de perdre 12 kg en deux mois en consommant seulement 1800 kilocalories par jour, plutôt que les 2600 dont il aurait théoriquement besoin. Ce régime expérimental est constitué principalement de Twinkies. Haub conçoit cette expérience pour démontrer que la perte de poids se fait exclusivement par un déficit en calories, et n'a rien à voir avec la qualité des aliments ingérés[41]. Haub lui-même et d'autres experts[41],[42] découragent fortement les gens de tenter l'expérience, jugée risquée pour la santé.
  • Un projet scientifique et humoristique dénommé Project T.W.I.N.K.I.E.S. (un rétroacronyme pour Tests With Inorganic Noxious Kakes in Extreme Situations, soit « tests avec des gâteaux toxiques inorganiques en situations extrêmes ») a soumis les gâteaux à une batterie de tests, en évaluant notamment leur résistance électrique et leur solubilité dans l'eau[43], à l'Université Rice[4].

À l'écran[modifier | modifier le code]

  • Dans un scène célèbre du film SOS Fantômes, le personnage d'Egon fait une analogie avec un Twinkie. Il explique que, si le niveau d'énergie psychokinétique normal à New York est de la taille d'un Twinkie, alors ce niveau a tellement grimpé récemment que le Twinkie en question devrait maintenant faire 11 m de long et peser 270 kg. Le personnage de Winston répond alors avec la phrase "That's a big Twinkie!" (C'est un gros Twinkie, ça!)[44]. L'association entre la série de films et les Twinkies ne s'arrête pas là, puisque en 2016 Hostess lance une campagne de promotion liée à la sortie du nouveau film de S.O.S. Fantômes, et sort un Twinkie au fourrage à la lime, en référence à la glu poisseuse associée à certains phénomènes paranormaux dans le film[45],[46].
  • Dans le film Bienvenue à Zombieland, le but de Tallahassee, l'un des personnages principaux, est de trouver un Twinkie, une viennoiserie lui rappelant « un passé pas si lointain ». C'est pour lui une obsession, au point de mettre sa vie en grand danger pour en obtenir.
  • Dans le film Click, Michaël Adam Sandler accro au twinkies, en abuse et devient obèse dans le monde futur créé via la télécommande.
  • Dans le film (500) jours ensemble, le héros noie son chagrin amoureux en s'enfermant chez lui plusieurs jours avec uniquement du jus d'orange, du whisky Jack Daniel's et des Twinkies.
  • Dans le film Half Nelson, une élève explique l'origine de la « Twinkie defense ».
  • Dans le film Donnie Darko, Donnie, avec le sarcasme qui le caractérise, conseille à une fille qui veut que sa sœur perde du poids de descendre du canapé et d'arrêter de manger des Twinkies.
  • Dans le film d'animation WALL-E, 700 ans après l'abandon de la Terre par les hommes, WALL-E possède parmi ses collections d'objets un Twinkie qui semble intact.
  • Dans le film Paranoïak, Kale, qui est assigné à résidence après avoir frappé un de ses professeurs, fait une pyramide de Twinkies pour passer le temps.
  • Dans la série Buffy contre les vampires (saison 2, épisode 4), Alex enseigne à la momie dont il est tombé amoureux l'art de manger un Twinkie.
  • Dans la série animée Les Griffin, dans l'épisode Da Boom (saison 2, épisode 3), on retrouve les Griffin après une attaque nucléaire (causée par le bug de l'an 2000) ayant frappé les États-Unis, errant dans le pays à la recherche d'une usine de Twinkies. Après l'avoir trouvée, ils profitent des Twinkies et de leur longue durée de conservation et refondent leur ville d'origine.
  • Dans la série Dexter (saison 4, épisode 6), Debra, la sœur de Dexter, consomme régulièrement des Twinkie. Quinn souligne d'ailleurs le fait qu'ils sont impérissables.
  • Dans la série Chuck (saison 2, épisode 1), Jeff doit relever le défi de manger 90 Twinkies en moins de 3 minutes.
  • Dans le film Las Vegas 21, Miles est dans le lit de Ben et mange un Twinkies.
  • Dans le film Piège de cristal, Al Powell, un policier en achète plusieurs dans une épicerie, le gérant lui dit qu'il va attraper une indigestion avec tout ces twinkies, Al répond que c'est pour sa femme qui est enceinte.
  • Dans le film Hollow Man le scientifique Sebastien Caine en mange tous les soirs en travaillant sur ses recherches sur l'invisibilité.
  • Dans la série Lost (saison 1, épisode 24), Hugo « Hurley » Reyes parle avec John Locke de ce qu'il peut bien y avoir dans la « trappe », Hurley lui dit en plaisantant qui doit y avoir forcément des twinkies et que ceux-ci peuvent se garder pendant au moins 800 ans. Locke lui répond qu'il aime lui aussi les twinkies.
  • Dans la série de films Die Hard le Sergent Al Powell adore les Twinkies et en mange souvent. John McClane lui fait plusieurs réflexions sur sa consommation au cours des différents films.
  • Dans le film Ghost Rider 2 : L'Esprit de vengeance Carrigan fait pourrir tout ce qu'il touche. Bizarrement quand il prend un twinkie, rien ne se passe.
  • Dans l'épisode 5 de la saison 2 de Suits : Avocats sur mesure, Rachel plaisante sur le fait que Mike garde des Twinkies dans son bureau. Il répond, en riant, « Qui n'en mange plus ? ».
  • En 2007, à l'occasion de la Draft de la NFL, Will Ferrell réalise une vidéo humoristique publiée sur le site des Trojans d'USC où il interprète le « légendaire coach Chuck Berry ». Il demande à Ryan Kalil, futur centre des Carolina Panthers, de protéger un Twinkie pour s'entrainer à protéger son quaterback.
  • Dans la série Weeds (saison 3, épisode 3), Nancy offre comme cadeau d'adieu à son beau-frère une boîte de Twinkies.
  • Dans le film X-Men : Le Commencement, Raven Darkholme et Hank McCoy discutent ensemble lors d'un picnic improvisé, du sérum que ce dernier essaie de mettre au point pour stopper sa propre mutation. On aperçoit un récipient remplit de twinkies entre les deux protagonistes.
  • Dans la série Gilmore Girls (saison 2, épisode 1), Lorelai propose des twinkies à Rory après le dîner du vendredi soir durant lequel Richard humilie Dean, le petit-ami de Rory.
  • Référence aux Twinkies dans le film Little Monsters sorti en 1989 (à 6 minutes 45)
  • Dans le film Harold et Kumar chassent le burger, Harold est comparé à un Twinkie.
  • Dans l'épisode Question pour un mariage (en anglais, "Sadie, sadie", saison 2 épisode 1) de la série Gilmore Girls, la grand-mère Emily fait fabriquer des Twinkies "maison" par sa cuisinière pour sa petite fille Rory.
  • Dans le film "X-Men : Apocalypse", Quicksilver est en train de manger un Twinkie lorsqu'il arrive devant l'école du Professeur Xavier. Il se rend compte que quelque chose d'étrange se passe et laisse son Twinkie pour rentrer à l'intérieur de l'école.

Utilisation des Twinkies en cuisine[modifier | modifier le code]

Les Twinkies sont utilisés comme ingrédients dans la préparation d'autres mets.

Friture[modifier | modifier le code]

Un Twinkie frit dans l'huile.

Christopher Sell a inventé une version frite du Twinkie. Le gâteau est trempé dans la pâte à frire et immergé dans l'huile bouillante. La crème se liquéfie alors et imprègne le gâteau qui ramollit. La pâte à frire reste croustillante. La préparation est agrémentée d'une sauce aux fruits rouges[47]. D'abord populaires au Texas, les Twinkies frits sont vendus partout aux États-Unis dans les foires, lors des matchs de baseball ainsi que dans certains restaurants. En août 2016, Walmart commence la vente des Twinkies frits de marque Hostess partout aux États-Unis[48]. Cette variante compte 220 kilocalories et contient 9 g de gras[49].

Dans d'autres gâteaux[modifier | modifier le code]

Les Twinkies peuvent servir pour la confection d'autres gâteaux, par exemple des gâteaux de mariage[11].

Ils peuvent être également utilisés, tels quels ou fendus dans le sens de la longueur, comme le gâteau dans la préparation d'un shortcake aux fraises.

Autres sucreries[modifier | modifier le code]

On peut utiliser les Twinkies dans les tartes, les milkshakes et les tiramisus[50]. Certains les modifient avant de les revendre, comme pour la préparation de Twinkies au bacon enrobés au chocolat noir[51].

Livre de recettes[modifier | modifier le code]

En 2006, Hostess publie un livre de recettes de Twinkies, intitulé The Twinkies Cookbook: An Inventive and Unexpected Recipe Collection from Hostess[13], qui inclut notamment des recettes de sushis aux Twinkies (sans fruits de mer), des éclairs et petits fours faits à partir de Twinkies, ainsi que des lasagnes et des burritos utilisant les Twinkies.

Stratégie de défense Twinkie (Twinkie defense)[modifier | modifier le code]

En droit, la stratégie de défense Twinkie est un terme moqueur pour désigner une stratégie de défense improbable. Ce n'est pas une stratégie reconnue par la jurisprudence, mais plutôt un terme générique.

L'expression été inventée en 1979 par les journalistes qui couvraient le procès de Dan White, accusé du double meurtre du conseiller municipal Harvey Milk et du maire George Moscone, tous deux politiciens à San Francisco. Les avocats de la défense ont prétendu que leur client souffrait de capacités affaiblies (diminished capacity) en raison d'une dépression. Les avocats ont avancé que le changement de diète de White, qui était passé d'une diète saine à un régime consistant en Twinkies et autres friandises, était un symptôme de cette dépression[52].

Contrairement à certaines idées reçues, les avocats de White n'ont jamais prétendu que les Twinkies avaient amené leur client à commettre les meurtres. La défense a consisté plutôt à tenter de prouver que la détérioration de la diète de White était symptomatique de la dépression. Les Twinkies n'ont jamais été mentionnés par leur nom au cours de cette défense.

En partie grâce à ces arguments, le jury considère que White était incapable de préméditation au moment de son crime, et le reconnaît coupable d'homicide volontaire (meurtre), plutôt que d'assassinat (plus grave). Ce verdict déclenche les émeutes de la Nuit White.

Utilisation en argot anglais[modifier | modifier le code]

Twinkies dans leur sachet.

Twinkie a acquis plusieurs significations d’argot.

Dans l’argot gay, « twinkie » ou « twink » est utilisé généralement pour décrire un jeune homme attirant, mince et légèrement musclé, avec peu ou pas de poils. Le terme voit le jour dans les années 1970 et fait référence au fait que les Twinkies, comme ces jeunes gens, sont « dénués de valeur nutritive, doux au goût et remplis de crème ». Un « twink » est remarquable par son apparence extérieure, et pas pour sa substance [53],[54].

Plus rarement, le terme « twinkie » peut être employé pour critiquer un Américain d'origine asiatique complètement intégré dans la culture blanche américaine, perdant ainsi ses repères culturels asiatiques. Une référence au terme apparaît dans la version originale du film Harold et Kumar chassent le burger, dans une scène où Harold (un Américain d'origine coréenne) est désigné comme un « Twinkie » par ses pairs, à cause de son manque d'attachement à ses racines, sa foi protestante et son soutien au Parti républicain. Le terme dérive de la métaphore de la banane : jaune à l'extérieur, mais blanc à l'intérieur, c'est-à-dire d'apparence asiatique (« jaune »), mais fondamentalement blanc[55]. L'expression est semblable au terme « oreo » pour les Américains d'origine africaine (« bounty » en France[réf. nécessaire]).

Chez les Amérindiens des États-Unis, un « twinkie » est un Américain d'origine européenne qui prétend être un Amérindien. L'expression critique plus particulièrement ces imposteurs qui prétendent être des chamans ou des guérisseurs, soit des positions respectées dans les cultures traditionnelles amérindiennes[56].

La journaliste de TV Linda Ellerbee, dans les paragraphes d’ouverture de son autobiographie, définit un « twinkie » comme le genre de journaliste sans nouvelles et qui ne comprend pas entièrement les nouvelles qu'il rapporte, se citant comme exemple.

Un « twinkie » est également employé dans certaines communautés de jeunes sans domicile fixe (jeunes itinérants) pour décrire un jeune issu d'une famille aisée qui décide pourtant de vivre dans la rue, pour diverses raisons[57],[58]. Le terme « mark » est employé souvent de la même manière[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Agence France-Presse, « En bref - Le Twinkie menacé », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  2. a, b, c, d et e « Twinkies, 75 Years And Counting (washingtonpost.com) », sur www.washingtonpost.com (consulté le 3 septembre 2016)
  3. a, b et c « Hostess Twinkies TV Commercials Through the Years [VIDEOS] », sur Cars 108 (consulté le 3 septembre 2016)
  4. a, b et c « Fun Facts About Twinkies » (consulté le 10 septembre 2016)
  5. a et b « Twinkie maker Hostess to 'immediately' fire 15,000 workers as liquidation approved » (consulté le 3 septembre 2016)
  6. « Hostess Twinkies make an early return to Southland shelves » (consulté le 3 septembre 2016)
  7. a et b Michael J. De La Merced, « Hostess Brands, Maker of Twinkies, to Get a New Owner », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  8. Hostess Twinkies 10 Ct Sponge Cake With Creamy Filling 13.5 Oz (lire en ligne)
  9. « Calories in Hostess Twinkies, Golden Sponge Cake with Creamy Filling | Nutrition, Carbohydrate and Calorie Counter », sur www.calorieking.com (consulté le 3 septembre 2016)
  10. a et b « What's Inside the Millennium Time Capsule? » (consulté le 3 septembre 2016)
  11. a, b et c « Twinkies at 75: munch 'em, fry 'em, save 'em for years », Christian Science Monitor,‎ (ISSN 0882-7729, lire en ligne)
  12. a et b « How Twinkies Work »,‎ (consulté le 3 septembre 2016)
  13. a, b, c, d et e (en) Ten Speed Press, The Twinkies Cookbook: An Inventive And Unexpected Recipe Collection From Hostess, Ten Speed Press, (ISBN 9781580087568, lire en ligne)
  14. Shira Ovide, « Great Moments in Twinkies History » (consulté le 3 septembre 2016)
  15. « http://www.kitchenproject.com/history/twinkie.htm », sur www.kitchenproject.com (consulté le 3 septembre 2016)
  16. Internet Lurker, « Strawberry Twinkies commercial »,‎ (consulté le 3 septembre 2016)
  17. (en) Lauren Shepherd, « Hostess selling banana-creme Twinkies », USA Today,‎ (lire en ligne)
  18. a et b « 'New' Twinkies weigh less, have fewer calories » (consulté le 6 septembre 2016)
  19. Shira Ovide, « Great Moments in Twinkies History » (consulté le 4 septembre 2016)
  20. a et b « As Hostess winds up, who will bite on Twinkies? » (consulté le 4 septembre 2016)
  21. « Twinkie junkies raid stores, push up prices after Hostess announces shutdown » (consulté le 9 septembre 2016)
  22. « Twinkies maker Hostess is going out of business, putting almost 18,500 out of work » (consulté le 9 septembre 2016)
  23. Chris Isidore, « Twinkies due on shelves by summer after buyer's winning $410 million bid is approved », sur CNNMoney,‎ (consulté le 9 septembre 2016)
  24. Mark Koba, « Have Twinkies Killed the Union Movement? »,‎ (consulté le 11 septembre 2016)
  25. Parija Kavilanz, « 'First batch' Twinkies go on sale at Wal-Mart », sur CNNMoney,‎ (consulté le 4 septembre 2016)
  26. « Twinkies are back on store shelves but smaller than before » (consulté le 6 septembre 2016)
  27. World News, « Despite US woes, Twinkies reign supreme on the Nile » (consulté le 6 septembre 2016)
  28. « Rest easy, Canada: Your Twinkie supply is safe » (consulté le 11 septembre 2016)
  29. Prachi Gupta, « New reason to move to Canada: More Twinkies », sur Salon (consulté le 11 septembre 2016)
  30. « Campaña de la semana: Dona Twinkies a un Americano | Revista Merca2.0 »,‎ (consulté le 6 septembre 2016)
  31. a, b et c « How Twinkies Work »,‎ (consulté le 3 septembre 2016)
  32. a et b Lauren Saria, « Hostess' Strawberry, Banana, Chocolate, and Blue Raspberry Creme Twinkies: A Taste Test »,‎ (consulté le 10 septembre 2016)
  33. « Hostess Indulges Chocoholics With Chocolate Crème Twinkies » (consulté le 10 septembre 2016)
  34. Tony Merevick, « Taste Test: We Ate the New Pumpkin Spice Twinkies »,‎ (consulté le 10 septembre 2016)
  35. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées :12.
  36. « Twinkies Red, White & Blue! », sur www.taquitos.net (consulté le 10 septembre 2016)
  37. (en) « Random Knowledge: Twinkies! » (consulté le 6 septembre 2016)
  38. « USATODAY.com - 30-year-old Twinkie soon to become teacher's legacy », sur usatoday30.usatoday.com (consulté le 4 septembre 2016)
  39. Michael Blaustein, « Twinkies were originally banana flavored, Minnesota has a ‘Twinkie law’ and other fun facts », sur New York Post,‎ (consulté le 10 septembre 2016)
  40. kien0030, « Please Don't Call Them Twinkies -- A Minnesota Twins Tribute »,‎ (consulté le 3 septembre 2016)
  41. a et b By Madison Park, CNN, « Twinkie diet helps nutrition professor lose 27 pounds » (consulté le 3 septembre 2016)
  42. David Katz et M. D. Founder, « A Physician's Take on the 'Twinkie Diet' », sur The Huffington Post,‎ (consulté le 3 septembre 2016)
  43. « How Twinkies Work »,‎ (consulté le 4 septembre 2016)
  44. Ivan Reitman, Dan Aykroyd, Sigourney Weaver et Harold Ramis, Ghostbusters, (lire en ligne)
  45. « http://junkbanter.com/2016/07/06/key-lime-slime-twinkies/ », sur junkbanter.com (consulté le 10 septembre 2016)
  46. « There Is A New Twinkie With Green Filling For The "Ghostbusters" Movie » (consulté le 10 septembre 2016)
  47. Melissa Clark, « Fry That Twinkie, but Hold the Chips », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne)
  48. Aaron Smith, « Walmart is selling deep-fried Twinkies », sur CNNMoney,‎ (consulté le 4 septembre 2016)
  49. « Hostess unveils Deep Fried Twinkies you can make at home » (consulté le 11 septembre 2016)
  50. (en) « Best Twinkies recipes »,‎ (consulté le 4 septembre 2016)
  51. Bacon Chocolate Covered Twinkie - Twinkies & Bacon Dipped in Dark Chocolate (lire en ligne)
  52. « Myth of the 'Twinkie defense' / The verdict in the Dan White case wasn't based on his ingestion of junk food » (consulté le 3 septembre 2016)
  53. (en) Paul Baker, Polari - The Lost Language of Gay Men, Routledge, (ISBN 9781134506354, lire en ligne)
  54. (en) Donald F. Reuter, Gay-2-Zee: A Dictionary of Sex, Subtext, and the Sublime, Macmillan, (ISBN 9780312354275, lire en ligne)
  55. (en) Lee, Jonathan H.X., Kathleen M. Nadeau, Encyclopedia of Asian American folklore and folklife, Santa Barbara, Calif (ISBN 978-0-313-35066-5)
  56. (en) Mihesuah, Devon A., American Indians : stereotypes & realities, Atlanta, Géorgie, (ISBN 978-0-932863-22-5), p. 70
  57. (en) Jeff Karabanow, Being Young and Homeless: Understanding how Youth Enter and Exit Street Life, Peter Lang, (ISBN 9780820467818, lire en ligne), p. 48
  58. « CYC-Net: CYC-Online », sur www.cyc-net.org (consulté le 8 septembre 2016)