The House that Jack Built

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
The House that Jack Built
Réalisation Lars von Trier
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau de la Suède Suède
Drapeau du Danemark Danemark
Genre Thriller
Sortie 2018

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

The House That Jack Built est un film de Lars von Trier dont la sortie est prévue pour 2018.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Développement et casting[modifier | modifier le code]

Initialement prévu comme une série télé, Lars von Trier annonce finalement, en février, 2016, que son nouveau projet sera un film, une co-productrion entre la France, l'Allemagne, la Suède et le Danemark[1].

En novembre 2016, von Trier annonce que l'américain Matt Dillon jouera le rôle principal, Jack, un tueur en série, suivi du suisse Bruno Ganz dans celui de son confesseur, Verge[2].

Pour jouer les 4 rôles féminins du film, ceux des victimes de Jack, Riley Keough et la danoise Sofie Gråbøl, surtout connue pour avoir joué Sarah Lund dans la série télé The Killing, sont les deux premières à les rejoindre en février 2017[3]. Le mois suivant, Uma Thurman, déjà apparue dans Nymphomaniac du cinéaste, et Siobhan Fallon Hogan, troisième collaboration avec von Trier après Dancer in the Dark et Dogville, complètent le casting[4]. En avril 2017, l'acteur coréen Yu Ji-tae, surtout connu pour avoir joué le méchant dans Old Boy de Park Chan-wook, rejoint le casting[5]

Tournage[modifier | modifier le code]

Le tournage est divisé en deux temps, commencé en mars 2017 à Bengtsfors, en Suède, et se terminera en mai 2017 au Danemark[6].

Lars von Trier espère présenter ce film au Festival de Cannes en 2018, malgré le fait qu'il soit banni après avoir tenu des propos scandaleux sur Hitler en 2011 lors de la conférence de presse de Melancholia[7].

Propos de Lars von Trier[modifier | modifier le code]

Pour illustrer son nouveau film, l'histoire d'un tueur en série sévissant durant 12 années de sa vie, le cinéaste compare son personnage au président des États-Unis, Donald Trump : « Le film célèbre l'idée que la vie est maléfique et dénuée d'âme, ce qui a malheureusement été prouvé par l'avènement récent de l'homo trumpus: le roi rat »[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Elsa Keslassy, « Lars Von Trier’s ‘The House That Jack Built’: New Details Emerge », Variety, (consulté le 1er avril 2017)
  2. Mike Fleming Jr, « Lars Von Trier Sets Matt Dillon, Bruno Ganz For ‘The House That Jack Built’ », Deadline.com, (consulté le 1er avril 2017)
  3. Scott Roxborough, « Berlin: Lars von Trier's 'The House That Jack Built' Adds Riley Keough, Sofie Grabol (Exclusive) », Hollywood Reporter, (consulté le 1er avril 2017)
  4. Elsa Keslassy, « Uma Thurman Joins Cast of Lars von Trier’s ‘The House That Jack Built’ », Variety, (consulté le 1er avril 2017)
  5. Sonia Kil, « Korea’s Yu Ji-tae Joins Lars von Trier’s ‘The House That Jack Built’ », Variety, (consulté le 3 mai 2017)
  6. Zach Sharf, « Lars von Trier Wants You to Know ‘The House That Jack Built’ Will Be His Most Brutal Film Ever », IndieWire, (consulté le 1er avril 2017)
  7. Ryan Gilbey, « Lars von Trier negotiating for Cannes return after 2011 Nazi comments ban », The Guardian, (consulté le 1er avril 2017)
  8. Alix Fourcade, « Lars von Trier inspiré par Donald Trump pour son nouveau film », Le Figaro, (consulté le 1er avril 2017)

Liens externes[modifier | modifier le code]