Antichrist (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Antéchrist.
Antichrist
Réalisation Lars von Trier
Scénario Lars von Trier
Acteurs principaux
Sociétés de production Zentropa productions
Pays d’origine Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Drapeau du Danemark Danemark
Drapeau de la France France
Drapeau de la Pologne Pologne
Drapeau de la Suède Suède
Drapeau de l'Italie Italie
Genre Drame
Durée 104 minutes (version censurée)
108 minutes (version non censurée)
Sortie 2009

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Antichrist est un film d'horreur franco-germano-danois-polonais réalisé par Lars von Trier. Il est sorti le . Présenté en compétition officielle au festival de Cannes 2009, il a été récompensé par le prix d'interprétation féminine attribué à Charlotte Gainsbourg.

Le film est dédié au réalisateur russe Andreï Tarkovski.

Synopsis[modifier | modifier le code]

À la suite de la mort de leur enfant pendant qu'il faisait l'amour, un couple dont la femme se sent responsable s'installe dans une maison retirée dans les bois où le mari thérapeute tente de soigner sa femme.

Comme souvent chez Lars von Trier, le film est divisé en chapitres :

  • Prologue (le couple fait l'amour (filmé au ralenti), un enfant sort de son enclos et tombe par la fenêtre)
  • Chapitre Un (0:05:45) : Grief (Deuil) (Lors de l’enterrement la femme s'effondre, un mois plus tard son mari la sort de l'hôpital. Elle se sent terriblement coupable, sa souffrance est immense, tourne au cauchemar, à l'angoisse, au point de vouloir mourir aussi. Son mari tente une thérapie pour la sauver, ils vont la faire dans une cabane qu'ils possèdent dans les bois : Eden)
  • Chapitre Deux (0:36:00) : Pain : Chaos Reigns (Douleur : le chaos règne) (Plusieurs souvenirs reviennent à la femme dans ce lieu où ils ont été avec leur enfant. Elle compare les glands qui tombe du chêne sur le toit de la cabane à des enfants de l'arbre qui tombent et meurent par milliers, elle en conclue que la nature est terrible, elle la compare a Satan. Le mari assiste à des naissances/morts (on ne sait pas très bien) d’animaux dans la foret. Finalement, tout à coup, elle semble aller mieux, mais son mari est dubitatif)
  • Chapitre Trois (0:58:10) : Despair (Gynocide) (Désespoir (Gynocide)) (on découvre que par le passé elle a fait une thèse sur les sorcières et les souffrances infligées aux femmes. Il semble que sa grande culpabilité dans la mort de son fils pendant qu'elle faisait l'amour la conduit à donner raison aux tortionnaires qu'elle dénonçait dans sa thèse, elle dit à son mari : « Les femmes ne contrôlent pas leurs propres corps, c'est la nature ». Elle découvre qu'une autopsie a révélé que leur fils avait une légère malformation aux pied. Elle agresse son mari, ils font l'amour et elle lui donne un coup sur le sexe avec une bûche, il s’évanouit, elle le masturbe et il éjacule du sang (toujours endormi), elle lui fixe une pierre a meuler dans le mollet pour l'immobiliser mais il se réveille, s'échappe en rampant et se cache dans un trou, elle le cherche furieuse, le trouve et semble le tuer avec une pelle en l'enterrant dans son trou)
  • Chapitre Quatre (1:23:00) : The Three Beggars (Les trois mendiants) (Elle reprend ses esprits et déterre le mari qui n'est finalement pas mort, elle le ramène avec sa meule au mollet a l’intérieur. Mais une fois dans la maison elle sombre à nouveau, prend des ciseaux et se coupe le clitoris et une partie des lèvres (la scène filmée en gros plan), il semble donc qu'elle applique une « sentence à son sexe » pour la mort de son fils. Elle s'évanouit. Le mari se libère de sa meule mais elle se réveille et tente de l’empêcher. Il l'étrangle, la tue puis la brûle dans un grand feu devant la cabane.)
  • Épilogue (1:35:50) (Le mari s'en retourne avec une béquille. Il voit apparaitre des centaines d'enfants qui marchent, leurs visages floutés, rappelant peut-être les centaines de glands du chêne qui tombent et « meurent » dans l’indifférence de la nature.)

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Source et légende : Version française (V. F.) sur le site d’AlterEgo (la société de doublage[1])

Technique et style[modifier | modifier le code]

  • Le Prologue et l'Épilogue sont des scènes en noir et blanc filmées au ralenti (jusqu'à 1 000 images par seconde).

Lars von Trier qualifie le style de ces scènes de « monumental », en comparaison avec le reste du film, qu'il voulait plus brut, à la façon d'un documentaire (utilisation comme souvent chez Lars von Trier d'une caméra à l'épaule)[2].

  • Le réalisateur décrit sa démarche créative comme étant presque surréaliste, bien que n'usant pas ce terme : « The work on the script did not follow my usual modus operandi. Scenes were added for no reason. Images were composed free of logic or dramatic thinking. They often came from dreams I was having at the time, or dreams I’d had earlier in my life. »[3]

Polémique et réception critique[modifier | modifier le code]

Le film a été projeté en sélection officielle au Festival de Cannes le 18 mai 2009 où il crée une polémique. Les principales critiques portent sur l'extrême violence de certaines scènes où se côtoient sexe et mutilation. À la conférence de presse, Lars von Trier refuse de se justifier sur sa vision. Devant l'insistance des journalistes et un moment de silence, il déclare : « I feel it's a very strange question that I have to excuse myself [ ... ] I am the best film director in the world »[4],[5].
Le considérant comme un film misogyne, le Jury œcuménique lui attribue un « anti-prix »[6].

Les critiques français ont émis de grandes réserves sur le film.

  • Au Masque et la Plume, Xavier Leherpeur de Studio Ciné Live parle d'un film « abject et dégueulasse » à l'« esthétique nulle », digne « d'une publicité pour un lave-linge » ou d'un « clip de Laurent Boutonnat pour Mylène Farmer ». Danièle Heymann de Marianne souligne le discours frelaté du cinéaste, « vide de symboles », qui produit un « méli-mélo insoutenable ».
  • Michel Ciment de Positif évoque « le faux scandale » provoqué par le cinéaste au Festival de Cannes, qui ne fait simplement que du « sous-Ingmar Bergman ». Eva Bettan de France Inter résume le film comme étant un « salmigondis » idéologique, un agrégat d'éléments « sans fond » néanmoins porté par « de belles images »[7].
  • Le Figaro évoque « un thriller érotico-horrifique, comique malgré lui »[8], parce que « puéril, prétentieux et grotesque »[9].
  • Pierre Murat dans Télérama relève également l'échec de Lars Von Trier à atteindre « la profondeur d'un Bergman » : s'il souligne que le cinéaste n'est pas sans talent, le critique accuse le prologue du film d'être « extrêmement ridicule, à l'esthétisme de pub pour eau de toilette et à la provoc imbécile » et le propos d'être « encombré de trucs toc et de lourdeurs »[10].
  • Le Parisien salue la prestation des acteurs mais juge le film « bavard et assez barbant » et rajoute que le récit « pêche par son propos brumeux et immature sur la culpabilité et la sexualité »[11].
  • Olivier Seguret dans Libération avoue son incapacité à saisir le message du film : « c'est quoi l'idée, au fond, une fois encaissés les chocs scopiques et digérées les références sulfatées à tout va (de Bergman à Tarkovski, auquel le film est dédié) ? La femme est une matrice nymphomane et l'homme un thérapeute impuissant ? »[12].
  • Pour comprendre l'œuvre, Jacques Mandelbaum dans Le Monde propose de « considérer ce spectacle comme la mise en scène d'un règlement de comptes, d'une sidérante violence onirique, de Lars von Trier avec lui-même ». Mais le critique s'interroge : « reste à savoir jusqu'où ce terrifiant exutoire peut être partagé »[13].

Jean-Michel Frodon dans Les Cahiers du cinéma et Pascal Mérigeau dans Le Nouvel Observateur ont pour leurs parts fortement défendu le film.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Malgré les vives critiques et la controverse, le Prix d'interprétation féminine du Festival de Cannes 2009 est décerné à Charlotte Gainsbourg. La rumeur en a même fait le film favori de la présidente du jury Isabelle Huppert qui aurait souhaité l'imposer pour la Palme d'or, créant ainsi des conflits au sein du jury, notamment avec le réalisateur américain James Gray[14],[15].

Il reçoit le Nordic Council Film Prize en 2009, le Grand Prix de l'Union de la critique de cinéma (UCC) en 2010 et le Robert du meilleur film danois.

Autour du film[modifier | modifier le code]

  • La musique entendue dans le prologue est l'aria "Lascia ch'io pianga" (Laissez-moi pleurer) extrait de Rinaldo, un opéra en III actes créé par Haendel
  • Lars von Trier était en état dépressif pendant l'écriture du scénario et le tournage du film lui a été salutaire : « Je me trouvais dans une profonde dépression, il y a deux ans. C'était très dur, et il a été pour moi comme une thérapie »[16].
  • Lars von Trier dit avoir beaucoup pensé au dramaturge suédois Strindberg et au réalisateur russe Tarkovski, auquel le film est dédié, pendant le tournage du film.
  • Pour le rôle féminin principal, Lars von Trier songeait initialement l'attribuer à l'actrice Eva Green, mais cette dernière déclina la proposition, car elle ne veut plus tourner des scènes trop dénudées à la suite de son expérience sur le film Innocents[17].
Procédures juridiques

Le visa du film a été attaqué devant le Conseil d'État par plusieurs associations de défense de la dignité humaine ou des mineurs, emmenées par l'association catholique « Promouvoir », qui a déjà obtenu par le passé l'annulation du visa du film Baise-moi ainsi que du film Ken Park. Ces deux films ayant obtenu un visa assorti d'une interdiction aux moins de 18 ans par la suite (non classé X). La haute juridiction a accueilli la demande d'annulation par un arrêt du 25 novembre 2009, pour défaut de motivation du visa. Un nouveau visa (de mention identique au précédent) est accordé le lendemain au film par le ministre de la culture, M. Frédéric Mitterrand. Peu de temps après, l'association « Promouvoir » attaque à nouveau le visa du film devant le Conseil d'État. Par un arrêt du 29 juin 2012, le Conseil d'État annule une nouvelle fois le visa du film de Lars von Trier pour défaut de motivation de visa. En août 2012, la ministre de la culture Aurélie Filippetti accorde un nouveau visa (de même mention toujours que celui d'avant) au film après un avis détaillé de la commission de classification du CNC.
Le , la cour administrative d'appel de Paris a accédé à la demande de l'association « Promouvoir » et pris la décision d'annuler le visa d'exploitation du film pour les mineurs en raison de ses «scènes de très grande violence» et de ses «scènes de sexe non simulées»[18]. Ceci a été contesté par le Ministère de la Culture mais confirmé par le Conseil d'Etat le 13 janvier 2017[19].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche de doublage V. F. du film » sur Alterego75.fr, consulté le 14 juin 2013
  2. "Commentaire audio du film disponible dans les bonus du DVD du film"
  3. (en) « Site officiel du film » le 29 décembre 2009. Confessions de Lars von Trier sur le site du film : « Le travail sur le script n'a pas été habituel. Les scènes étaient ajoutées sans raison. Les images étaient libres de toute logique. Elles provenaient souvent de rêves que je faisais à cette période, ou de rêves que j'avais fait plus tôt dans ma vie. »
  4. Je suis le meilleur réalisateur au monde.
  5. (en) Director defiant after "Antichrist" jeered dépêche Reuters du 18 mai 2009
  6. Raphaël Jullien, « Lars von Trier, expérimentateur iconoclaste (3/3) », sur abusdecine.com (consulté le 19 mai 2011)
  7. Le Masque et la Plume sur France Inter le 24 mai 2009
  8. Le Figaro
  9. Le Figaro
  10. Telerama
  11. Le Parisien
  12. Libération
  13. Le Monde
  14. Isabelle Huppert, présidente à poigne dans Le Parisien du 25 mai 2009
  15. Isabelle Huppert a-t-elle imposé sa palme d'or ? dans Le Figaro du 25 mai 2009
  16. « Le Figaro » Interview de Lars von Trier avec Jean-Luc Wachthausen du 18 mai 2009
  17. « Eva Green explique pourquoi elle a dit non... à l'audacieux Antichrist »
  18. « Promouvoir obtient l'annulation du visa d'exploitation d'Antichrist », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  19. Sylvie Kerviel, « « Antichrist », le film de Lars von Trier, restera interdit aux moins de 18 ans », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]