Straight, No Chaser (composition)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Straight, No Chaser
Description de cette image, également commentée ci-après
Thelonious Monk, au club de jazz Minton's Playhouse de Manhattan à New York, en 1947
Instrumental de Thelonious Monk
extrait de l'album Genius of Modern Music: Volume 2 (en)
Sortie Mai 1952
Enregistré 23 juillet 1951
Blue Note Records à New York (Drapeau des États-Unis États-Unis)
Durée 7:00
Genre Standard de jazz, jazz blues, bebop, post-bop
Format Disque microsillon
Compositeur Thelonious Monk
Producteur Orrin Keepnews
Label Blue Note Records, Riverside Records

Clip vidéo

[vidéo] Thelonious Monk - Straight No Chaser (1951) sur YouTube
[vidéo] Thelonious Monk - Straight No Chaser (1966) sur YouTube
[vidéo] Miles Davis et John Coltrane - Straight No Chaser sur YouTube
[vidéo] Chet Baker et Rachel Gould - Straight No Chaser sur YouTube

Straight, No Chaser (pur, sans soda, en anglais) est un standard de jazz bebop composé par le pianiste de jazz américain Thelonious Monk[1], enregistré sur son single Four in One de 1951, et repris sur son album compilation Genius of Modern Music: Volume 2 (en) de 1952[2]. Il est repris en version post-bop en particulier sur son album Straight, No Chaser de 1967[3], et sur les albums Milestones et At Newport 1958 de Miles Davis et John Coltrane de 1958[4], ou en version jazz vocal par Chet Baker et Rachel Gould sur leur album All Blues (en) de 1979[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Thelonious Monk commence sa carrière à New York dans les années 1940, entre autres en tant que pianiste attitré du club de jazz Minton's Playhouse de Manhattan, haut lieu historique de naissance du jazz bebop grâce à ses nombreuses jam sessions avec entre autres Kenny Clarke, Milt Jackson, Charlie Christian, Charlie Parker, Dizzy Gillespie, Miles Davis et John Coltrane[6],[7], période à laquelle il compose entre autres ses premiers succès 'Round Midnight et Well, You Needn't de 1944.

Il est âgé de 34 ans et encore peu connu du grand public lorsqu'il enregistre cette composition jazz blues bebop, un de ses principaux succès (reconnu des années plus tard) enregistrés lors de ses sessions d'enregistrement intermittentes, entre 1947 à 1952, pour Blue Note Records à New York, repris avec succès en particulier plus tard en version post-bop par Miles Davis et John Coltrane, et Chet Baker et Rachel Gould...

Composition[modifier | modifier le code]

C'est le deuxième jazz blues enregistré par Monk, après Misterioso. Il s'agit du seul blues de Monk en Fa, tous les autres étant en Si bémol[8]. Il est construit sur un motif principal qui évolue de façon toujours inattendue : d'abord cinq notes commençant juste avant le premier temps, puis sept notes commençant juste avant le quatrième temps, puis quatre notes et ainsi de suite[9],[10].

Quintet de Thelonious Monk[modifier | modifier le code]

Reprises[modifier | modifier le code]

Ce standard de jazz est réédité de nombreuses fois par Thelonious Monk, et repris par de très nombreux interprètes, dont :

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Straight No Chaser by The Thelonious Monk Quintet », sur secondhandsongs.com (consulté en )
  2. [vidéo] Thelonious Monk - Straight No Chaser sur YouTube
  3. « Monk - Straight, No Chaser », sur www.discogs.com (consulté en )
  4. [vidéo] Miles Davis et John Coltrane - Straight No Chaser sur YouTube
  5. [vidéo] Chet Baker - Straight No Chaser sur YouTube
  6. « Straight No Chaser (1951) », sur www.jazzstandards.com (consulté en )
  7. « Thelonious Monk. Straight, No Chaser », sur africultures.com (consulté en )
  8. (en) « Straight, No Chaser », sur theloniousspheremonk.weebly.com (consulté le ).
  9. (en) Thomas Owens, Bebop : The Music and Its Players, Oxford University Press, , 322 p. (ISBN 0-19-510651-2, lire en ligne).
  10. « STRAIGHT NO CHASER ? », sur www.culturejazz.fr (consulté en )
  11. « Thelonious Monk – Straight, No Chaser », sur www.jazziz.com (consulté en )
  12. « Thelonious Monk. Straight, No Chaser », sur africine.org (consulté en )
  13. « L'évidence du mystère Un film, Straight no Chaser , portrait de Thelonious Monk. Un jazzman, un homme libre », sur www.lemonde.fr (consulté en )

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]