Muroran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Muroran-shi
室蘭市
Fichier:Muroran City Hall.jpg
Drapeau de Muroran-shi
Drapeau
Administration
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Hokkaidō
Préfecture Hokkaidō
Maire Masashi Shingu
Code postal 〒051-8511
Démographie
Population 94 918 hab. (fin septembre 2010)
Densité 1 177 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 19′ nord, 140° 58′ est
Superficie 8 065 ha = 80,65 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : préfecture d'Hokkaidō
Voir sur la carte administrative de Préfecture d'Hokkaidō
City locator 13.svg
Muroran-shi
Géolocalisation sur la carte : Japon
Voir sur la carte administrative du Japon2
City locator 13.svg
Muroran-shi
Géolocalisation sur la carte : Japon
Voir sur la carte topographique du Japon2
City locator 13.svg
Muroran-shi
Liens
Site web http://www.city.muroran.hokkaido.jp/

Muroran (室蘭市, Muroran-shi?) est une ville du Japon située sur l'île de Hokkaidō. Elle le chef-lieu de la sous-préfecture d'Iburi.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Située sur la côte sud de l'île de Hokkaidō, au Japon, la ville de Muroran s'est développée sur la péninsule d'Etomo (ja) qui marque l'entrée nord de la baie d'Uchiura (ja).

Démographie[modifier | modifier le code]

De taille moyenne, la ville de Muroran regroupait, au , 94 918 habitants, répartis sur une superficie de 80,65 km2 (densité de population de 1 177 hab./km2).

Topographie[modifier | modifier le code]

La ville de Muroran est dominée par le pic Muroran (911 m) de qui elle tire son nom (le terme de « Muroran » viendrait de l'aïnou Mo Ruerani signifiant « le sommet d'une petite butte ») et par le mont Sokuryō (199 m) qui lui est situé dans la ville.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Muroran est traversée par les fleuves Washibetsu[1], Chiribetsu[2] et Chimaibetsu[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la période d'Edo, Muroran faisait partie du fief du clan Matsumae et servait de lieu d'échange entre ce dernier et les Aïnous.

À partir de l'ère Meiji, Muroran connaît un développement rapide lié à la mise en valeur à pas forcé de l'île de Hokkaidō par le gouvernement central. Ainsi, un district de Muroran (室蘭郡, Muroran-gun?) est créé dès 1869, et il est doté d'un port trois ans plus tard. La création d'une ligne de chemin de fer de transport de charbon entre Muroran et Iwamizawa en 1892, la création de l'aciérie Japan Steel Works en 1907 puis de celle de la Hokkaido Colliery & Steamship (aujourd'hui exploitée par la Nippon Steel) en 1909 assurent l'essor de l'agglomération. En effet, celle-ci obtient le statut de bourg en 1900 puis celui de ville le , passant entre ces deux dates de 5 461 à 52 158 habitants.

Bombardée par la US Air Force le , Muroran poursuit néanmoins son développement après la Seconde Guerre mondiale avec l'ouverture de la raffinerie en 1956, de l'aciérie Fuji Steel (aujourd'hui contrôlée par la Nippon Steel), alors quatrième plus important haut fourneau du Japon, en 1961, ou en obtenant en 1965 le statut officiel de « Port d'une certaine importance ». La population atteint son niveau le plus élevé en 1969 avec 183 605 habitants. Cette activité industrielle lourde est également à l'origine d'un certain nombre de problèmes, notamment des conflits sociaux (dont le principal reste les violentes grèves dans l'usine Japan Steel Works de 1954) ou encore l'incendie d'un navire-citerne puis de la raffinerie qui mirent 27 jours à être éteints et firent 10 morts en mai-juin 1965. Les chocs pétroliers de 1973 puis de 1979 touchent durement la sidérurgie et la pétrochimie et font entrer Muroran dans une crise durable depuis le début des années 1980 : la commune n'a cessé depuis lors de perdre ses habitants, passant de 150 199 résidents en 1980 à 117 855 en 1990, 103 278 en 2000 et 96 135 en 2009.

Économie[modifier | modifier le code]

Un port industriel[modifier | modifier le code]

Vue du port de Muroran.

L'activité économique de la Muroran reste avant tout liée à l'industrie, et en particulier la sidérurgie (avec quatre aciéries), la pétrochimie (avec une raffinerie), la construction navale, la fabrication de machines et le commerce de gros et le ciment.

Le port de Muroran est le deuxième de Hokkaidō pour le volume de marchandises (3 927 tonnes en 2003, soit 17,3 % du total de l'île). Aux alentours se sont également développés des marinas, des ports de pêche et des bassins d'aquaculture. Le plan « M-Ran-do » prévoit la construction d'une île artificielle consacrée aux loisirs.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Le tourisme s'est également développé notamment à partir des « huit points de vue de Muroran »[4], groupe de plusieurs sites réputés pour leurs panoramas. Les autres sites de Muroran attirant les touristes sont le pont Hakuchō, plus long pont suspendu de l'est du Japon, la plage d'Itanki (un des « 100 sites sableux sélectionnés du Japon ») connue pour son spot de surf, et les activités d'observation des baleines.

Éducation[modifier | modifier le code]

Muroran abrite depuis 1887, l'université de technologie de Muroran, université nationale dispensant des formations en ingénierie (génie civil et architecture, ingénierie des matériaux, en mécanique, aérospatiale, en sciences appliquées, en électronique et en sciences de l'information.

Jumelage[modifier | modifier le code]

Symboles municipaux[modifier | modifier le code]

Le sorbier des oiseleurs est l'arbre symbole de Muroran, le rhododendron sa fleur symbole et la mésange noire son oiseau symbole.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le fleuve Washibetsu (鷲別川, Washibetsu-gawa?).
  2. Le fleuve Chiribetsu (知利別川, Chiribetsu-gawa?).
  3. Le fleuve Chimaibetsu (チマイベツ川, Chimaibetsu-gawa?).
  4. « huit points de vue de Muroran » (室蘭八景, Muroran hakei?).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]