Hui (ethnie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hui
Description de cette image, également commentée ci-après
Des musulmans Hui après la prière, près de la mosquée Dongguan de Xining, chef-lieu de la province du Qinghai

Populations significatives par région
Drapeau de la République populaire de Chine Chine environ 20 000 000 (2020)
Autres
Langues Mandarin, doungane
Religions Islam sunnite
Ethnies liées Han, Doungane, bai et autres peuples de langues sino-tibétaines

Un signe de la viande halal magasin à Hankou, en Chine, ca. 1934-1935.

Les Hui (chinois : 回族 ; pinyin : huízú ; litt. « peuple hui ») sont un groupe ethnico-culturel de Chine qui en constitue l'une des 56 nationalités. Ils vivent principalement dans la région autonome hui du Ningxia, mongole de Mongolie-Intérieure et les proches provinces du Gansu, Qinghai et Shaanxi, mais on en trouve des communautés dans toute la Chine. Ils sont à l'origine d'un art martial traditionnel qu'est le Cha quan. Les populations classées dans les Hui dans le sud de la Chine parlent des langues austronésiennes.

En Chine, leur population était de 9 816 805 personnes selon le recensement de 2000[1] et 20 000 000 en 2020[2]. Présents également à titre très minoritaire au Kirghizstan et Kazakhstan sous le nom de 100 000 Dounganes. Le plus célèbre des Hui est l'amiral Zheng He qui, de 1405 à 1433, mena 7 expéditions vers le Moyen-Orient et la côte est de l'Afrique.

Mosquées[modifier | modifier le code]

Leur style varie grandement, selon les régions et la date de construction.

Durant la révolution culturelle, près de la totalité des mosquées ont été fermées, Pékin permit la réouverture de certaines d’entre elles à partir de 1980, avec les changements entrepris par Deng Xiaoping[3].

Aujourd'hui, les mosquées Hui prospèrent et il n'est pas rare d'en croiser de nouvelles en construction ou d'autres en rénovation, dans l'ensemble des villes de Chine, ainsi que Taïwan, avec une plus grande concentration dans le Nord-Ouest.

Étymologie et identification[modifier | modifier le code]

Grande mosquée de Hohhot, Mongolie-Intérieure.

Le nom de « Hui » est officiellement donné par le gouvernement de la République populaire de la Chine et regroupe plusieurs minorités dont la religion est l'islam. D'autres minorités comptées distinctement pratiquent également l'islam.

Les Hui sont d'origine variée et beaucoup sont des descendants directs des voyageurs de la Route de la soie. Leurs ancêtres incluent les Hans, les peuples d'Asie centrale, les Arabes et les Perses, qui furent forcés de venir dans ces régions de leur Empire au XIIIe siècle par l'armée mongole. Plusieurs dynasties médiévales, en particulier la dynastie Tang, dynastie Song, et dynastie Yuan, mongole, encouragent l'immigration de Perse majoritairement musulman d'Asie centrale[4]. Dans les siècles suivants, ils se sont mélangés progressivement avec les différentes populations locales et les Hui ont été formés.

Pour John Esposito, la plupart des Hui sont anthropologiquement similaires aux Chinois Han à cela près qu'ils pratiquent l'islam[5], mais une étude génétique précise que dans les populations Hui de la route de la soie au Xinjiang, on trouve avec une fréquence de 6,7 % des haplogroupes de populations de l'Ouest de l'Eurasie, 30,2 % chez les Kazakhs, 14,3 % chez les Mongols, contre aucun chez les Hans de la même région[6].

Les Hui sont plus concentrés dans le Nord-Ouest de la Chine (région autonome hui du Ningxia, provinces du Gansu, Qinghai et Shaanxi, ou région autonome ouïghour du Xinjiang), mais les communautés existent à travers tout le pays, par exemple à Pékin, la région autonome de Mongolie-Intérieure, les provinces du Hebei, Hainan et Yunnan.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en)(zh) China Statistical Yearbook 2003 (lire en ligne), p. 48
  2. (zh) https://foreignpolicy.com/2019/12/30/xinjiang-crackdown-uighur-2019-what-happened/, « https://foreignpolicy.com/2019/12/30/xinjiang-crackdown-uighur-2019-what-happened/ »
  3. Fox Butterfield, La Chine - Survivant dans la mer d'amertume - Paris, Presses de la Cité, 1983, page 309. « Virtually all the mosques in China were closed during the Cultural Revolution and Peking began to allow some of them to reopen only in 1980. »
  4. Lipman, Jonathan Neaman (1997). Familiar strangers: a history of Muslims in Northwest China. University of Washington Press
  5. Esposito, John (2000-04-06). The Oxford History of Islam. Oxford University Press. (ISBN 0-19-510799-3), p.443-444
  6. « Different matrilineal contributions to genetic structure of ethnic groups in the silk road region in china », Molecular Biology and Evolution, vol. 21, no 12,‎ , p. 2265–2280 (PMID 15317881, DOI 10.1093/molbev/msh238)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Allès, Musulmans de Chine : une anthropologie des Hui du Henan, École des hautes études en sciences sociales, Paris, 2000, 334 p. (ISBN 2-7132-1350-9)
  • (en) Michael Dillon, China's Muslim Hui community: migration, settlement and sects, Curzon, Richmond, 1999, 208 p. (ISBN 0-7007-1026-4)
  • (en) Chuanbin Zhou et Ma Xuefeng, Development and decline of Beijing's Hui Muslim community, Silkworm books, Chiang Mai (Thailand), 2009, 113 p. (ISBN 978-974-9511-03-9)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :