Écomusée du Perche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Écomusée du Perche
L'écomusée du Perche.
L'écomusée du Perche.
Informations géographiques
Pays Drapeau de la France France
Ville Saint-Cyr-la-Rosière
Adresse Prieuré Sainte-Gauburge
Coordonnées 48° 19′ 30″ nord, 0° 39′ 17″ est
Informations générales
Date d’inauguration 1972
Collections Objets anciens du monde rural
Informations visiteurs
Nb. de visiteurs/an 26 300 (2011)
Site web museeatp.free.fr

Géolocalisation sur la carte : Orne

(Voir situation sur carte : Orne)
Écomusée du Perche

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Écomusée du Perche

L'écomusée du Perche présente la vie quotidienne du monde rural, de la société du XIXe siècle, dans le Perche. Ce musée se situe sur la commune de Saint-Cyr-la-Rosière, dans le département de l'Orne.

Histoire[modifier | modifier le code]

De l'écomusée du Perche[modifier | modifier le code]

L'église prieurale de Sainte-Gauburge, lieu d'exposition temporaire.

En 1972, les Amis du Perche et leur président Philippe Siguret ont pesé de tout leur poids pour que se crée le musée des Arts et Traditions populaires du Perche. Ainsi, grâce à l'action de Jean Massiot (fils du fondateur des Amis du Perche) et d'Armand Gouyon, l'église prieurale de Sainte-Gauburge a pu être sauvée de la ruine. Il en fut de même pour les outils de la vie quotidienne du monde rural du Perche, qui sont exposés dans l'église prieurale.

En 1984, le nouveau bâtiment, aménagé par l'architecte Michel Quitté, est inauguré[1]. Il accueille l'exposition permanente. En échange, l'église prieurale accueille les expositions temporaires. En 1985, les Amis du Perche confient la gestion de la structure au Comité départementale de la culture du département de l'Orne. En 1994, le musée est géré directement par le conseil général de l'Orne.

En 2000, le musée des Arts et traditions populaires du Perche prend le nom d'écomusée du Perche.

Du prieuré de Sainte-Gauburge[modifier | modifier le code]

L'église prieurale de Sainte-Gauburge.

La première mention, prouvant la présence d'un prieuré, date de 1006. Au XIIe siècle, le prieuré est confié à l'abbaye royale de Saint-Denis en France. Entre 1476 et 1749, le système de la commende profite à deux familles percheronnes: les Croquet et les Abot. Les biens du prieuré sont vendus comme biens nationaux le 9 juin 1791[2].

Chaque année, lors du 1er dimanche de mai, l'église devient un lieu de prière, notamment pour les Amis du Perche qui effectuent leur messe annuelle.

Fonctionnement[modifier | modifier le code]

Le conseil général de l'Orne subventionne l'Écomusée, composé de 16 collaborateurs.

Les directeurs[modifier | modifier le code]

  • Françoise Lécuyer-Champagne (1978 - 1988).
  • Laurent Guillaut (1988 - 1991).
  • Philippe Chaudat (Août 1991 - juillet 1992).
  • Évelyne Wander (depuis 1993).

Les fréquentations[modifier | modifier le code]

Le nombre de visiteurs[3]
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
15 525 19 393 22 546 23 796 20 757 24 844 23 879 23 094 26 311
2012 2013 - - - - - - -
22 489 22 000 - - - - - - -

Les actions entreprises par l'écomusée du Perche[modifier | modifier le code]

Les manifestations annuelles[modifier | modifier le code]

  • 15 août: La fête du cheval percheron.
  • 4e dimanche de septembre: fête de l'abeille, pour sensibilier à l'apiculture. En 2011, c'est la 8e édition.
  • 1er week-end de novembre: grande fête de l'arbre et du cidre.

les expositions temporaires[modifier | modifier le code]

  • du 14 juillet au 7 novembre 2011: "Mémoire des étoffes, création d'aujourd'hui".
  • du 15 au 30 août 2011: "Success Story". Exposition de photographies Jean-Léo Dugast, dans le cadre du mondial Percheron (23 au 25 septembre 2011).

1972-2012 : le 40e anniversaire de l'écomusée[modifier | modifier le code]

Pour fêter le 40e anniversaire de ce site, l'équipe de l'écomusée, l'association gestionnaire et les Amis du Perche ont multiplié les initiatives.

  • Du 31 mars au 7 mai 2012, exposition dirigée par Nathalie Fey (rédactrice en chef de Pays du Perche) et Frédéric Chéhu (photographe professionnel), intitulée Des voix, des visages, Perche 2012[4]. Cette exposition de 250 portraits et de 80 voix fait suite au travail réalisé par Nathalie Fey et Frédéric Chéhu sur 100 qui font le Perche (numéro hors-série de Pays du Perche)[5].
  • Samedi 12 mai 2012: Concert "1566… Une soirée Renaissance au cœur du Perche", entonné par le Madrigal du Perche, sous la direction de Dominique Bourdin[6].
  • Dimanche 13 ami 2012: messe annuelle des Amis du Perche dans l'église prieurale, le matin. L'après-midi, festivités avec des danses acrobatiques par le collectif Kytach, puis gâteau d'anniversaire pour les 40 ans de la création du musée[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nathalie Legendre, "Un site en pleine maturité", Le Perche, mercredi 2 mai 2012, p. 3.
  2. Philippe Siguret, Histoire du Perche, Édition des Amis du Perche, Ceton, 2000, 606 pages.
  3. Bilan de l'observatoire économique de l'Orne, publié par le comité départemental du tourisme de l'Orne, consulté le 12 août 2014.
  4. Dossier de presse sur la manifestation Des voix, des visages, Perche 2012, par l'écomusée du Perche, consulté le 16 juillet 2012.
  5. "250 portraits et 80 voix pour les 40 ans du musée de Sainte-Gauburge", Ouest-France, vendredi 6 avril 2012, consulté le 16 juillet 2012.
  6. Nathalie Legendre, "Festivités à l'écomusée ce week-end", Le Perche, 12 mai 2012, consulté le 16 juillet 2012.
  7. "40 ans, le bel âge pour l'écomusée du Perche", Ouest-France, vendredi 18 mai 2012.

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]