Correcteur (édition, presse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dans le domaine, entre autres, de l’édition, de la communication et de la presse, le correcteur (du latin corrector : « celui qui redresse, qui corrige ») lit et corrige les épreuves[1]. De par ces deux fonctions indissociables, on le trouve souvent désigné en tant que « lecteur-correcteur ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Le terme est utilisé en typographie dès 1531 dans les ateliers d’imprimerie, et désigne de nos jours le professionnel qui traite dans les textes les fautes d’orthographe, grammaticales, syntaxiques[2], orthotypographiques et sémantiques, et se charge également de la vérification des informations. Il peut être employé au féminin sous la forme « correctrice ».

Statut[modifier | modifier le code]

Le correcteur travaille souvent en indépendant, mais il peut également être salarié, notamment dans les grandes maisons d’édition. L'école Formacom a fermé ses portes en 2015[3],[4], mais le Greta de l'école Estienne, à Paris, a relancé la formation de lecteur-correcteur en communication écrite en 2016[5].

Fonctions[modifier | modifier le code]

Le correcteur travaille en relation avec un éditeur dans le but de publier un livre de la meilleure qualité. Il doit pour cela être doté d’une excellente maîtrise de la langue et des codes typographiques en usage en France, d'une solide culture générale et d'un fort esprit critique. Il doit effectuer plusieurs types de tâches : le nettoyage du manuscrit, pour assurer la lisibilité du texte, mais aussi la vérification des informations, des sources et de la bibliographie ainsi que la réécriture de certains passages en cas d'ambiguïté et de défaut de style. Ce professionnel se doit aussi d’exercer un regard critique sur le texte qui lui a été confié, tout en respectant le travail de l’auteur et la ligne éditoriale de la maison qui l’emploie[6].

Dans une imprimerie de presse, le prote était (le terme n'est plus utilisé) l'agent de maîtrise qui distribuait les textes aux typographes et aux linotypistes, et contrôlait la mise en page et les corrections.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Correcteur », sur TLFI (consulté le 1er mars 2017)
  2. « correcteur (correctrice) », sur www.cavi.univ-paris3.fr (consulté le 1er mars 2017)
  3. « Formacom : le diplôme de lecteur-correcteur en voie de disparition », sur www.actualitte.com (consulté le 20 février 2020)
  4. correcteurs, « L’école des correcteurs : rideau ? », sur Langue sauce piquante, (consulté le 20 février 2020)
  5. « Les correcteurs ont une nouvelle école », sur fr.linkedin.com (consulté le 16 octobre 2020)
  6. Studyrama, Les Métiers du livre et de l'édition,

Articles connexes[modifier | modifier le code]