IMA (périodique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir IMA.
IMA
Format
Date de parution

IMA, l’ami des jeunes est un journal de bandes dessinées qui a existé de mars 1955 à décembre 1958 pendant 156 numéros et sous un format légèrement inférieur à A4.

Contexte[modifier | modifier le code]

Si l’on suit le site Historique périodiques il existe, dans l’espace franco-belge et sans compter les petits formats et assimilés, quelque 25 revues destinées à la jeunesse en 1955[1]. Au quotidien la réalité est légèrement différente selon l’endroit où l’on réside. Pour plusieurs d’entre elles la diffusion est loin d’être nationale. À titre d’exemple, Héroic-Albums s’est vu gratifier en 1952 d’un avis défavorable par la Commission de Censure[2] et n’est plus distribué en France[3] mais reste évidemment accessible aux frontaliers de la Belgique.

Certains journaux ne sont réellement accessibles que dans un cadre confessionnel tel Le Chœur qui d’ailleurs ne diffuse qu’une seule bande. D’autres ont une portée seulement régionale[4], une distribution nationale coûte cher, d'autres sont davantage orientés vers les jeux par exemple que la BD, tel Francs-Jeux[5]. Ce schéma théorique doit donc être réduit.

Il n’en reste pas moins vrai qu’une petite dizaine de revues, pour filles ou pour garçons, est à peu près disponible partout en France en ce début 1955[6] . La quasi-intégralité est hebdomadaire, mais cette règle sera variable dans le temps. A titre d’exemple IMA va commencer sa carrière comme mensuel, avant de passer bimensuel pour terminer hebdomadaire.

La concurrence est donc rude. Pour s’assurer d’une très relative pérennité, il parait astucieux de se faire parrainer par un annonceur. La chose a été rodée à la radio américaine dès les années 1930. D’ailleurs en cette année 1955, les postes périphériques[7] comme on les appelait à l’époque comme Radio-Luxembourg ou Europe 1 proposent des émissions qui sont réglées par un annonceur exclusif à chaque fois. Il s’agit donc quasiment d’une location d’antenne.

Les exemples existent également en bandes dessinées. Pistolin, lancé la même année qu’IMA est en fait une émanation des chocolats Pupier, persuadés par Goscinny, Uderzo et Charlier[8]

Cette France des années 1950 découvre peu à peu la consommation de masse mais la grande distribution n’existe pas encore, les supermarchés étant encore anecdotiques. Les produits alimentaires du quotidien s’achètent chez les commerçants spécialisés (boucher, boulanger, charcutier, etc.) ou pour l’essentiel en épicerie. Il existe en 1950 un peu moins de 400 000 commerces alimentaires[9]. Pour fidéliser cette clientèle certaines chaines coopératives ont mis en place des systèmes de points, un peu comme le pratiquent certaines stations essence aujourd’hui. Chaque passage à l’épicerie donne droit, en fonction de l’addition, à des points que l’on colle sur un carnet ad hoc. En fonction des points collectés on a alors droit à des cadeaux plus ou moins importants.

IMA est un système qui ne se limite pas à une seule enseigne alimentaire. La société a persuadé un certain nombre de grandes marques de mettre sur leurs étiquettes des timbres, appelés Point IMA que le l’on découpe et contre lesquels il est possible d’obtenir des cadeaux. Parmi ces marques on citera les potages Liebig, les chocolats Lindt, Rozan et Menier, les conserves Cassegrain, les moutardes Amora, les produits d'entretien Javel La Croix, Mir, etc. Le système existe avec un grand succès en Belgique sous l’appellation du Timbre Tintin.

Mais IMA va un peu plus loin puisque, outre le Club des Amis d'IMA, un accord avec Radio Monte-Carlo permet d'assurer une émission hebdomadaire diffusée chaque dimanche à 20 heures[10]. La création d’un journal pour enfant participe à cette politique de promotion et fidélisation, ce qui n’empêchera pas non plus de vendre le journal comme tout autre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Situé au 15 boulevard des Italiens à Paris, le journal de 12 pages, dirigé par A.Y. Lopin, est lancé en mars 1955[11] en tant que mensuel. Il devient bimensuel en octobre 1955 puis hebdomadaire à compter du 6 juin 1956. Entre-temps la pagination est passée à 16 puis 20 en octobre 1957.

Soucieux de ne pas avoir de réactions négatives de la part des clients, on choisit dans un premier temps de faire appel à des auteurs qui ont officié ou officient toujours dans la presse catholique. Robert Moreau, le futur créateur de l’éléphant Trompette dans Femmes d’Aujourd’hui [12] signe une bande d’aventures, Mystère dans la jungle, avant de revenir aux histoires animalières avec Nestor Tapotour. Le père de Zig et Puce, Alain Saint-Ogan fait partie de l’aventure.

On retrouve également Auguste Liquois [13] qui a travaillé pendant l’Occupation pour des journaux collaborationnistes [14] avant de rejoindre Vaillant [15] à la Libération. Il dessinera essentiellement des histoires d’aventures.

Aventures également avec Baber[16] : Tam-Tam sur l’Amazone, Le Secret des cavernes, Une aventure de Bob, Pat et Léo : Le Visiteur de minuit. On trouve également une série policière Martin Gale, Détective amateur signée Erik[17]. Pellos, le fameux créateur de Futuropolis (1937) et repreneur des Pieds Nickelés[18] était aussi un dessinateur sportif. Il livre ici une BD sur le sport : Rock Gérard.

Jean Ache, père d’Arabelle et des futurs Nic et Mino, était un dessinateur célèbre à l’époque. Il collabore au journal pour une seule histoire, celle d’Hector et Dina.

À ces scénaristes ou dessinateurs, il convient de rajouter quelques plumes comme Henri de Monfreid, Maurice Limat ou Yves Dermèze qui signent contes ou reportages.

Progressivement Roger Lécureux, qui vient de la presse communiste avec Vaillant, rejoint les rangs du journal, tout comme Claude Pascal[19], Rémi Bourlès[20], Raymond Cazanave pour Le Prestigieux destin de Walter Reinhart, l’également fameux affichiste Raffaele Marcello (La Croisière du Pacific).

Parmi les noms plus connus du public d’aujourd’hui on retrouve à mi-parcours du journal une nouvelle vague représentée par Robert Gigi (Casey James), Christian Godard (Tim et Anthime), Greg (scénariste de Bob Francval : Terreur sur le Pacific dessiné par Louis Haché et Roger Rafale, dessiné par André Beckers), Maurice Tillieux et Fernand Cheneval. Ce dernier a créé Héroic-albums en 1945 mais la maison a fermé en 1956. Sa diffusion en Belgique francophone était de 10.000 exemplaires et 8.000 pour la partie flamande et comme on l’a dit supra, le marché français lui a été fermé par la Commission de Censure.

Greg avec Le Chat et Tillieux avec Félix faisaient partie de ses collaborateurs attitrés. Il n’est donc pas étrange de les retrouver ensemble chez IMA. Toutefois l’envergure du périodique étant limitée, ils partiront les uns comme les autres vers d’autres cieux avec le succès que l’on sait. Pour IMA, Maurice Tillieux d’ailleurs adaptera une des enquêtes de Félix parue chez Héroic-Album sous le titre d’Ange Signe : Le Démon vert[21].

Après 156 numéros, le journal s’arrêtera brutalement fin 1958 tout en souhaitant une bonne année 1959 à ses lecteurs.

Quelques auteurs[modifier | modifier le code]

Quelques séries[modifier | modifier le code]

Eric Limar[modifier | modifier le code]

Une série d’aventures policières dans le domaine aéronautique.

  • Vautour 13 ne répond plus,
  • À la recherche des ondes Aleph,
  • Ric Lamar et les hommes-oiseaux,
  • Opération Borak
  • Direction Nord

Martin Gale, Détective amateur[modifier | modifier le code]

  • Furag 3
  • Martin Gale contre « Le Caméléon
  • Mission secrète en Pélurie.
  • Alerte du Squale (resté inachevé suite à l’arrêt du journal)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://fanzines.fr/historiqueperiodiques.html
  2. http://www.actuabd.com/L-Aventure-des-Heroic-Albums-le
  3. En fait, il sera distribué mais de manière confidentielle sous le titre de Croquis-Magazine
  4. par exemple Récréation ou Risque Tout pour la Belgique, Capucine des éditions des Remparts, etc.
  5. cela n’empêche pas cette revue de publier des BD. Robert Gigi par exemple y animera de 1965 à 1977 Hito le Samouraï. http://www.actuabd.com/Deces-de-Robert-Gigi
  6. Fripounet et Marisette, Vaillant, Spirou, Tintin, Coeurs Vaillants, Fillette, L'intrépide, Hurrah, L'invincible, Mireille, Entre Amis, Histoires Illustrées, etc.
  7. Suite à la seconde guerre mondiale, il n’existe en France que les Radio d’Etat. Il n’y a pas de radios commerciales. Celles-ci ont trouvé refuge en Andorre, Sud Radio, à Monaco, Radio Monte-Carlo, ou dans la Sarre, Europe 1, etc. Aucune de ses radios n’a une réelle couverture nationale.
  8. Comme autres exemples, on aurait pu aussi citer Total Journal à partir de 1958, émanation du pétrolier français, voire à partir de 1965 et jusqu'en 1973 des catalogues de vêtements pour enfants, Bambino, illustrés par Claude Marin et souvent accompagnés de courtes BD du même.
  9. Source : Daumas Jean-Claude, « Consommation de masse et grande distribution. Une révolution permanente (1957-2005) », Vingtième Siècle. Revue d'histoire, 3/2006 (no 91), p. 57-76. URL : http://www.cairn.info/revue-vingtieme-siecle-revue-d-histoire-2006-3-page-57.htm
  10. Source: appareil critique de la réédition du Démon Vert, une aventure d'Ange Signe de Tillieux aux Editions de l'Élan (2008), p. 37–39
  11. 7 périodiques, hors petits formats et assimilés, seront lancés cette année-là dont Line et Risque-Tout
  12. sous le nom de RoMoreau
  13. dessinateur en 1957 de Guerre à la Terre, bande de science-fiction qui fit quelque bruit à l’époque
  14. dont le journal pour enfants, Le Téméraire
  15. ancêtre de Pif Gadget appartenant au PCF
  16. pseudonyme de Bernard Baray
  17. pseudonyme André René Jolly
  18. à partir de 1948
  19. que l’on retrouvera aussi bien dans Spirou que Pilote où il illustrera de nombreux récits complets et créera la série OMS. http://www.bedetheque.com/auteur-9044-BD-Pascal-Claude.html
  20. On le connaît pour avoir illustré la première adaptation BD de la Planète des Singes. En fait des cases sans phylactères avec un texte en dessous.
  21. L’album paraîtra 25 ans plus tard éditée par MJC de Longwy !. Réédité en 2008 aux Editions de l'Elan avec un fort appareil critique.