Pierre-Joseph Mongellaz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Pierre-Joseph Mongellaz
Fonction
Député de la Savoie au Parlement sarde
Annemasse
-
François Perravex (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nationalités
Français (-), duché de Savoie (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Membre de

Pierre-Joseph Mongellaz — on trouve parfois les graphies Montgellaz ou Montjellaz, italianisé en Pietro Giuseppe Mongellaz —, né en 1795 à Flumet et mort le à Reignier, est un médecin et homme politique savoyard.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Pierre-Joseph Mongellaz naît en 1795, à Flumet[1],[2], dans le département du Mont-Blanc. Le duché de Savoie a été annexé par la France révolutionnaire, par décret du .

Il fait des études de médecines et est reçu docteur de la Faculté de médecine de Paris, en 1820, puis docteur en médecine et en chirurgie à Turin, 1822[3]. Il travaille essentiellement sur les infections intermittentes[3]. Il est membre de l'Académie royale de Médecine.

Il s'installe dans un premier temps à Paris, avant de repartir en Savoie en 1832[3] où il acquiert une maison bourgeoise au hameau de Cusy, sur la commune de Reignier[4].

Il est élu cinq fois député de Savoie par le collège d'Annemasse, pour le Parlement de Turin, entre 1848 et 1860[5]. Il fait partie de ces députés savoyards conservateurs opposés à Camillo Cavour[6],[7]. Au cours de cette période, il est aussi syndic de Reignier.

Il est reçu comme membre agrégé de l'Académie de Savoie le [2].

Publictions[modifier | modifier le code]

Voici quelques ouvrages spécialisés concernant ses travaux :

  • Réflexions sur la théorie physiologique des fièvres intermittentes et des maladies périodiques: faisant suite à l'Essai sur les irritations intermittentes, et contenant un examen critique du Traité anatomico-pathologique des fièvresintermittentes, de M. Bailly, Delaunay, 1825.
  • De la nature et du siége de la plupart des affections convulsives, comateuses, mentales, telles que l'hystérie, l'épilepsie, Delaunay, 1828.
  • L'art de conserver sa santé et de prévenir les maladies héréditaires: ou, L'hygiène, appliquée à tous les âges, tous les sexes, tous les tempéramens, suivant les saisons et les professions diverses, Méquignon-Marvis, 1828.
  • Monographie des irritations intermittentes : ou, Traité théorique et pratique des maladies périodiques, Société encyclographique des sciences médicales, 1839.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. François Miquet, « Les représentants de la Savoie au Parlement sarde », Revue savoisienne, vol. XI - série II, no 36,‎ , p. 171-178 et 250-270 (lire en ligne), notice p. 275.
  2. a et b Mémoires de l'Académie de Savoie, 1861, « Introduction » p. LXVII/LXVIII.
  3. a b et c Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, tome 9, « MUS - NAV », Paris, 1875, p. 141 (lire en ligne).
  4. Sylvain Milbach, L'éveil politique de la Savoie, 1848-1853 : conflits ordinaires et rivalités nouvelles, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Histoire », , 218 p. (ISBN 978-2-75350-697-8, lire en ligne), p. 119.
  5. André Palluel-Guillard & al., La Savoie de Révolution française à nos jours, XIXe-XXe siècle, Ouest France Université, (ISBN 2-85882-536-X), p. 113.
  6. Paul Guichonnet, Histoire de l'Annexion de la Savoie à la France et ses dossiers secrets, Le Messager - Horvath, , 354 p., p. 63.
  7. Régine Boisier, Adrien : Fils de paysan, appelé l'aristo, La Fontaine de Siloé, , 363 p. (ISBN 978-2-8420-6213-2), p. 78.