Princes de la Tour

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les princes de la Tour est une expression qui désigne le jeune roi d'Angleterre, Édouard V et son frère, Richard de Shrewsbury, duc d'York, tous deux fils du roi Édouard IV d'Angleterre et d'Élisabeth Woodville, et héritiers du trône d'Angleterre. Ils sont emprisonnés dans la tour de Londres par leur oncle, le futur roi Richard III d'Angleterre, et probablement assassinés.

Édouard V et son frère Richard de Shrewsbury, les « Princes de la Tour ».

L'affaire des princes de la Tour[modifier | modifier le code]

Les princes de la Tour sont une des principales causes de conflit lors de l'ultime étape de la guerre des Deux-Roses, puisqu'ils ont été élevés par la famille Woodville, qui était considérée comme étrangère par les membres de la famille York. Mis sous la tutelle de leur oncle paternel, Richard de Gloucester, ce dernier les fait enfermer (officiellement pour leur protection) en avril 1483 dans la tour de Londres qui est alors une résidence royale.

Comme il est le responsable des deux garçons, encore mineurs (le roi est âgé de douze ans et son frère a neuf ans), Richard de Gloucester fait valoir ses droits à la couronne, notamment en affirmant la bigamie du roi précédent. De ce fait, le Parlement écarte les deux enfants du trône, les considérant comme illégitimes.

On ne peut savoir ce qu'il est advenu des enfants avant 1674. En effet, alors que la tour de Londres était rénovée, une caisse, contenant les dépouilles de deux jeunes garçons, est retrouvée en son sein. Bien que des doutes subsistent quant à l'identité de ces enfants, Charles II d'Angleterre ordonne de les enterrer dans l'abbaye de Westminster. Le mystère qui entoure le probable assassinat des deux princes a donné lieu à de nombreuses légendes survivantistes, plusieurs personnes revendiquant être un des princes ayant pu s'échapper de la tour (Perkin Warbeck, Lambert Simnel).

En 1933, des travaux sont réalisés par Lawrence Tanner, archiviste de l'abbaye de Westminster, pour lever le doute sur ce mystère, cependant les recherches n'aboutissent à aucun résultat probant[1].

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Alison Weir, The Princes in the Tower, Vintage, , p. 157

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]