La Fille du temps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La Fille du temps
Image illustrative de l’article La Fille du temps

Auteur Josephine Tey
Pays Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
Genre Roman policier
Version originale
Langue Anglais britannique
Titre The Daughter of Time
Éditeur Peter Davies
Lieu de parution Londres
Date de parution 1951
Version française
Traducteur Michel Duchein
Éditeur Éditions Julliard
Collection P.J. no 2
Lieu de parution Paris
Date de parution 1969
Nombre de pages 253
Série Alan Grant

La Fille du tempsThe Daughter of Time dans l'édition originale britannique — est un roman policier britannique de Josephine Tey publié en 1951. C'est le 5e roman de la série mettant en scène le personnage de l'inspecteur Alan Grant.

Le titre « La Fille du temps » est une référence à un proverbe anglais, rappelé par une exergue en début de roman : « La vérité est la fille du temps ».

Distinctions[modifier | modifier le code]

La Fille du temps est classé n°1 au classement de la liste des Cent meilleurs romans policiers de tous les temps établie par la Crime Writers' Association en 1990.

Le roman occupe également la 4e place au classement américain des Cent meilleurs livres policiers établi en 1995 par l'association des Mystery Writers of America.

Il est classé 44e au Tozai Mystery Best 100.

En 2012, Peter Hitchens renchérit en affirmant que La Fille du temps est « l'un des plus importants romans jamais écrits »[1].

Le critique britannique Anthony Boucher considère ce roman comme « l'un des classiques du roman policer.... l'un des meilleurs, non seulement de l'année, mais de tous les temps ». Dorothy B. Hughes abonde dans ce sens et ajoute « qu'il est l'un des plus importants romans policiers de l'histoire du genre »[2]. Le roman a également reçu les hommages de Winston Churchill[3].

Résumé[modifier | modifier le code]

Cloué au lit après une chute, Alan Grant, inspecteur à Scotland Yard, ne sait que faire pour tromper son ennui. Marta Hallard, une amie comédienne, lui propose de compléter ses connaissances historiques. Elle lui apporte des portraits de plusieurs grands personnages du passé dont l'existence a été entachée d'une part d’ombre. Grant croit déceler dans l’un des visages un homme responsable et intègre. Son amie lui révèle qu’il s’agit de Richard III, accusé des pires atrocités pour parvenir à s'installer sur le trône d’Angleterre. Grant est pourtant convaincu du contraire, car il compte de longues années consacrées à l'étude de la physionomie des criminels auxquels il a été quotidiennement confronté. Il décide donc de mener une enquête dans le passé concernant l’assassinat des neveux de Richard III (les enfants du roi Édouard IV) lors de ce qui a été appelée l’Affaire des Princes de la Tour.

Depuis son lit d'hôpital, il entreprend donc une « enquête de canapé » avec l’aide d'un Américain, Brent Carradine, venu faire des recherches historiques en Angleterre. Alan Grant commence par lire les livres de classe afin de connaître le contenu du règne de Richard III tel qu'on l'enseigne aux petits Anglais. Puis il étudie des monographies, des essais historiques et même des romans historiques. Il demande à Carradine de ne se préoccuper que des faits tangibles et non des assertions fantaisistes ou orientées.

Peu à peu, il découvre que les sources sont laconiques, fragmentaires et particulièrement partiales. Plusieurs d'entre elles ont sans doute été falsifiées, et d'autres ont été écrites par des ennemis déclarés de Richard III, notamment John Morton. Et peu à peu, il se fait une idée différente des événements tels qu'ils ont dû se passer, allant à l’encontre de leur « version officielle ».

Éditions[modifier | modifier le code]

Édition originale en anglais
  • (en) Josephine Tey, The Daughter of Time, Londres, Peter Davies, — Édition britannique
Éditions françaises

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [1] Blog de Peter Hitchens sur le site du mailonsunday.co.uk.
  2. Roseman, Mill, Detectionary. New York: Overlook Press, 1971. (ISBN 0-87951-041-2)
  3. Churchill, History of the English-Speaking Peoples, vol 1, p. 486

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]