Poudrerie (météorologie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir poudrerie et chasse-neige (homonymie).
Poudrerie à Montréal

La poudrerie est de la neige soulevée par le vent avec l'apparence d'une fine poudre[1],[2]. On parle de poudrerie élevée ou tout simplement de poudrerie si la visibilité est réduite. Lorsque le vent soulève la neige sous le niveau du regard et ne restreint pas la visibilité, il s'agit de poudrerie basse. Les Européens parleront de chasse-neige élevée et de chasse-neige basse[3]. Le code METAR pour la poudrerie basse est DRSN et celle pour la poudrerie élevée est BLSN.

Lorsque la visibilité est fortement réduite (moins d'un kilomètre) dans la neige et la poudrerie pour de longues périodes, les Américains parleront de « blizzard »[4]. Ce terme est réservé au Canada pour des conditions de poudrerie, avec ou sans chute de neige, réduisant la visibilité fortement et avec un refroidissement éolien important[5].

Terminologie[modifier | modifier le code]

Le terme « poudrerie » vient d'un usage qui était courant en France jusqu’à la fin du XVIIe siècle pour désigner ce phénomène et qui se perpétue au Canada[6]. D'autre part, le terme « chasse-neige », sans adjectif, a d'autres sens dont surtout celui de l'engin employé afin de retirer la neige de la chaussée.

Formation[modifier | modifier le code]

Un blizzard est une situation de poudrerie extrême

La poudrerie peut se produire avec ou sans chute de neige et dépend de la force du vent. Il faut en général un vent de plus de 40 km/h et de la neige au sol formée de flocons assez fins pour pouvoir être soulevés.

Trois comportements de la neige sont possibles dans la poudrerie :

  1. advection horizontale : les vents forts déplaçant la neige d'un endroit à l'autre sur de grandes distances en terrain plat. Dans ce cas, la visibilité peut être réduite au sol mais être excellente à quelques mètres au-dessus de celui-ci.
  2. advection verticale : un certain mouvement vertical à l'échelle synoptique existe dans l'atmosphère qui fait que la neige est soulevée plus haut par le vent. On voit alors la formation de vagues de poudrerie pouvant atteindre 500 mètres d'épaisseur. La visibilité variant entre ces vagues.
  3. mélange convectif-mécanique : si l'atmosphère est instable, on a la formation de rouleaux de convection similaires à ceux se formant au bout des ailes d'un avion. La neige suit alors la configuration des rouleaux et les vents peuvent en soulever d'énormes quantités en peu de temps. Dans ces situations les congères peuvent ensevelir des maisons et créer des risques d'asphyxie[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Poudrerie », Grand dictionnaire terminologique, sur Office québécois de la langue française, Gouvernement du Québec (consulté le 2 janvier 2010).
  2. Service météorologie du Canada, « Précipitations : poudrerie élevée et basse », Conditions atmosphériques et météorologie - Glossaire, sur Environnement Canada, Gouvernement du Canada (consulté le 21 décembre 2010).
  3. « Chasse-neige », Comprendre la météo, sur Météo-France (consulté le 1er janvier 2010).
  4. (en) « Définition de termes météorologiques », NOAA (consulté le 24 mars 2007).
  5. Service météorologique du Canada, « Définition du blizzard », sur Environnement Canada, Gouvernement du Canada (consulté le 21 décembre 2011).
  6. [PDF] « Poudrerie », Le Langagier, vol. 5, no 29,‎ (ISSN 1201-7493, lire en ligne).
  7. (en) « Snow billows », sur CIMSS (consulté le 24 mars 2007).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]