Tourbillon marginal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tourbillon.
Traces de condensation dues au tourbillon marginal aux extrémités des ailes d'un F-15E après un ravitaillement en vol

Le tourbillon marginal (en anglais wingtip vortex ou au pluriel wingtip vortices) est le tourbillon qui se crée à l'extrémité d'une aile ou d'une pale d'un avion produisant de la portance. Il est aussi appelé Tourbillon de Prandtl.

Le tourbillon marginal s'explique par le mouvement de l'air passant de la zone de surpression (intrados) vers la zone de dépression (extrados), et par la déflexion de l'écoulement vers le bas qui en résulte. Par rapport à l'air situé à l'extérieur de l'aile, non défléchi, cette composante de vitesse vers le bas se traduit par un enroulement tourbillonnaire à l’extrémité de l'aile, d'où son appellation de tourbillon marginal[1].

En aéronautique[modifier | modifier le code]

Articles connexes : turbulence de sillage et winglet.
Tourbillon marginal sur une aile conventionnelle et une aile avec winglet

Le tourbillon marginal est un élément important de ce que l'on nomme la turbulence de sillage qui est un phénomène dangereux si un avion entre dans la turbulence laissée par un avion qui le précédait[1]. Cela a conduit la FAA à définir des distances minimales entre avions en fonction de leurs poids respectifs au décollage, à l'atterrissage et en vol. La loi de Biot et Savart permet de mesurer la vitesse induite par un tourbillon marginal selon une intensité donnée[2].

Un tourbillon peut également apparaitre sur des parties formant des angles avec le plan des ailes, telles que par exemple les volets quand ils sont abaissés. Une image du tourbillon marginal est parfois visible avec de la condensation de vapeur d'eau qui se forme dans des conditions de basse pression. C'est surtout le cas des avions de chasse en forte accélération ou avec un angle d'incidence élevé. Ou encore des avions de ligne au décollage ou à l'atterrissage dans un air humide. Il ne faut pas confondre cette condensation avec les trainées de condensation qui sont provoquées par la vapeur d'eau échappée des moteurs.

Le tourbillon marginal est moins fort sur les avions avec des ailes de grand allongement) tels que les planeurs. Cependant, il reste dangereux surtout à basse vitesse (lors de l'approche, pour les avions de ligne). Il est plus élevé sur les avions avec des ailes d'allongement réduit comme les avions de combat. La condensation de la vapeur d'eau issue des jets moteurs, déclenchée par les particules de suies chaudes provenant de la combustion du Kérosène dans l'atmosphère très froide, s'enroule autour du tourbillon marginal sous son influence tourbillonnaire[1].

Les winglets (ailettes de bout d'aile) tendent à diminuer l'importance du tourbillon marginal en transformant une partie de son énergie pour réduire la traînée et la consommation de carburant. On dit qu'elles augmentent l'allongement aérodynamique.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Oiseaux[modifier | modifier le code]

Oies du Canada en formation en V.

Les oiseaux migrateurs utilisent l'effet du tourbillon marginal en adoptant une formation en V. À l'exception de celui de tête, qui est remplacé régulièrement, tous les oiseaux bénéficient d'une légère portance supplémentaire occasionnée par l'oiseau qui le précède dans la formation.

Autres champs d'application[modifier | modifier le code]

Un tourbillon marginal se développe à partir du bout des extrémités de pales des éoliennes à axe horizontal. Il est à l’origine du bruit de souffle des éoliennes (100 décibels au sommet du mat[3]), ainsi que de pertes de performance[4].

En hydrotechnique, les ingénieurs de la marine étudient la cavitation du tourbillon marginal provenant de l'extrémité des hélices, et dont l'impact sur la poussée des hélices sous l'eau est important[5]. En France, de 1991 à 1995, la Direction de la Recherche et de la Technologie a déployé d'importants moyens pour en étudier le phénomène[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Phénomènes dangereux : Turbulences de sillage, www.lavionnaire.fr (consulté le 17 janvier 2018)
  2. Aile d' envergure finie et downwash: Théorie de la ligne portante de Prandtl, www.heliciel.com (consulté le 17 janvier 2018)
  3. Le bruit du vent : éoliennes et nuisances sonores, sur eolie-energie.fr (consulté le 18 janvier 2018)
  4. Le tourbillon marginal, source de bruit des éoliennes « à axe horizontal », sur eolie-energie.fr, 24 octobre 2016 (consulté le 18 janvier 2018)
  5. Alda Virginia Navaza, Influence de la géométrie d'extrémité de pales sur la cavitation de tourbillon marginal : application aux hélices marines, www.theses.fr, 2002 (consulté le 18 janvier 2018)
  6. O. Boulon, J.P. Franc, J.M. Michel, Effet du confinement sur la cavitation de tourbillon marginal, www.shf-lhb.org, 1997 (consulté le 18 janvier 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles liés[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]