Chasse-neige

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chasse-neige (homonymie).
image illustrant les transports
Cet article est une ébauche concernant les transports.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Chasse-neige avec sableuse à Québec.

Un chasse-neige est un engin de service hivernal destiné au déneigement, c'est-à-dire à débarrasser la voirie de la neige pour la rendre praticable aux autres véhicules, sur la route comme sur le rail. Cet appareil est muni d'un ou de plusieurs versoirs à l'avant, utilisés pour pousser la neige sur le bas-côté. Il est appelé familièrement « gratte » et « charrue à neige » au Québec[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Avec le développement urbain, il devint difficile de laisser la nature évacuer le trop-plein de neige. Les déplacements en montagne étaient également très problématiques. La méthode utilisée, de l'Antiquité jusqu'au XXe siècle à travers le monde, était de repousser le surplus de neige sur le bas-côté de la route et de durcir le fond afin d'obtenir une surface plus unie pour les traîneaux[2]. Par exemple, le déneigement au début du XIXe siècle au Canada était effectué à l'aide de pelles et de pioches lors de corvées où toute la population s'entraidait pour déblayer les chemins. La neige était chargée dans des sortes de traîneaux tirés par des chevaux, et ceux-ci la transportaient dans des endroits conçus pour contenir toute cette neige. Ce qui restait sur la route était piétiné. Les habitants ne pouvaient vaquer à leurs occupations quotidiennes tant que le déneigement n'était pas fini, car cette corvée de déneigement était obligatoire[3].

À la fin du XIXe siècle, dans les grandes villes comme Montréal ou New York, ce sont des ouvriers engagés qui réalisaient ce travail, et de la machinerie comme des chasse-neiges tirés par des chevaux commencèrent à être utilisé[4],[5]. Il s'agissait de charrues hippomobiles en bois. Aux États-Unis, un tel système fut breveté dès les années 1840 pour les chemins de fer[5]. Avec l'avènement de l'automobile, un certain nombre d'inventeurs ont adapté ces appareils au nouveau mode de locomotion et le premier chasse-neige construit spécifiquement pour celui-ci date de 1913. Il fut fabriqué par Good Roads Machines de Kennett Square, PA. selon les exigences rigoureuses définies par les ingénieurs du Bureau du nettoyage de rues de New York[6]. Good Roads est donc officieusement crédité comme l'auteur du chasse-neige moderne, bien que leurs appareils hippomobiles avec lame en acier furent utilisés depuis la fondation de la société en 1878[7]. Contrairement à la plupart des pionniers du chasse-neige, Good Roads fabrique toujours des équipements de déneigement sous le nom Good Roads Godwin à Dunn, Caroline du Nord.

En 1923, les frères Hans et Even Øveraasen de Norvège construisirent un chasse-neige pour une utilisation sur des voitures. Débutant une tradition dans l'équipement de déneigement pour les routes, les chemins de fer et les aéroports[8],[9]. Carl Frink de Clayton, New York, fut un autre fabricant précoce de déneigeuses montées sur des automobiles. Son entreprise, Frink Snowplows fut fondée dès 1920 et cessa ses activités en 200 sous le nom de Frink-America[10].

Aujourd'hui, les chasse-neiges sont produits par de nombreuses entreprises à travers le monde et sont disponible pour différents types de véhicules tels que des camions de service, des camionnettes, les VUS et les VTT. Ils sont installés en utilisant un matériel spécifique ou un montage universel sur le châssis du véhicule pour assurer une connexion solide. Ils peuvent être à contrôles manuels ou hydrauliques. Les lames de chasse-neige sont disponibles en différentes tailles en fonction du type de véhicule.

Équipement[modifier | modifier le code]

Le chasse-neige peut être muni des équipements suivants :

  • une étrave de déneigement, un rabot déneigeur ou une lame biaise pousse la neige sur le ou les côtés de l'engin pour former un andain de neige ;
  • un système de rejet permet d'éjecter la neige à distance de la route, pour éviter la formation de congères sous le seul effet de la lame ;
  • un dispositif de salage peut se trouver à l'arrière ou sur le côté gauche de l'engin, pour éviter la formation de glace aux endroits où de la neige n'aurait pas complètement été enlevée.

Usages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Terme privilégié : Chasse-neige », Grand dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française (consulté le 22 juin 2016).
  2. R. Désorges, « Le déneigement des routes en montagnes », Revue de géographie alpine, vol. 40, no 2,‎ , p. 299-305 (lire en ligne).
  3. Anonyme, « Corvée-déneigement », Protic-Deneigement, Musée McCord, Montréal,‎ (consulté le 22 juin 2016).
  4. Anonyme, « Chasse-neige à traction animale », Protic-Deneigement, Musée McCord, Montréal,‎ (consulté le 22 juin 2016).
  5. a et b (en) Laura Cheshire, « Have Snow Shovel, Will Travel », The Cryoshpere, National Snow and Ice Data Center,‎ (consulté le 22 juin 2016).
  6. (en) New York City Department of Sanitation Arc. 1881 -1931, Street Clearing Bureau, NYC, Volume 6 page 58 p..
  7. (en) American Road Machine Company 1893 - 1895, vol. 1/101/331, Historical Construction Equipment Association, p. 2.
  8. (en) « Canadian Railway Hall of Fame », Rotary snow plow (2002),‎ (consulté le 22 juin 2016).
  9. (en) Dysgraphyk et Aitken, « Snow ploughs », sur scot-rail.co.uk &#187,‎ (consulté le 22 juin 2016).
  10. (en) « After 80 Years, Clayton Plow Plant Shuts Down », CNY Business Journal,‎ (lire en ligne).

Fabricants[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :