Pierre Lelong (homme politique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pierre Lelong.
image illustrant un homme politique image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un homme politique français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Pierre Lelong
Fonctions
Membre de la Cour des Comptes, Parlementaire français
Député 1968-1974 Président d'une institution européenne.
Gouvernement Ve République
Groupe politique UDR
Biographie
Date de naissance (85 ans)
Résidence Paris,Finistère

Pierre Lelong est un magistrat et homme politique français, né le à Paris.

Carrière[modifier | modifier le code]

Élève de l’École Nationale d'Administration, promotion 18 juin (1958), administrateur civil au ministère des Finances (1958-1962), chargé de mission au Secrétariat général du comité interministériel pour les questions de coopérations économique européenne (1961), puis chargé de mission au cabinet de Georges Pompidou (1962-1967), il est nommé en 1965, au tour extérieur, conseiller référendaire à la cour des comptes, puis en 1967 directeur du Fonds d'Orientation et de Régularisation des Marchés Agricoles (FORMA).

Il est député (UDR) du Finistère (1968-1973, réélu en 1973). Nommé secrétaire général adjoint de l'UDR en 1971, il est chargé, au sein du mouvement gaulliste, des questions économiques et financières. Au lendemain des élections de 1973, il s'inscrit au groupe de l'Union centriste, que préside Jacques Duhamel. Il est membre du conseil politique du Centre Démocratie et Progrès, dont il est également président, depuis décembre 1973[1]. Signataire de l'« appel des 43 » en faveur d'une candidature de Valéry Giscard d'Estaing à l'élection présidentielle de 1974[2], il devient secrétaire d’État autonome à la Poste et aux Télécommunications du gouvernement Jacques Chirac (1) (du 28 mai 1974 au 31 janvier 1975). Il crée l'École nationale supérieure des télécommunications de Bretagne. De fin octobre à début décembre 1974, il fait face à une grève générale des PTT.

Réintégré à la Cour des Comptes (1975-1977), il devient le 17 octobre 1977 membre de la nouvelle Cour des comptes européenne dont il est élu président (1981-1984). Réintégré à la Cour des Comptes française comme conseiller maître (1984-1994), il devient président de la deuxième Chambre (1994-1997) chargée notamment du contrôle des ministères techniques (Défense, Espace, Télécommunications, Nucléaire) et des entreprises publiques de leur compétence.

Il est ensuite président de la commission spécialisée des marchés d'armement (1997-2004), puis de la Commission des marchés Publics de l'État (2005-2008) et président de la Commission Consultative du Secret de la Défense Nationale (1999-2005). Il est également président du comité des affaires européennes à la Cour des comptes (1997-1999) et membre du comité des experts indépendants auprès du Parlement européen dont les critiques ont été à l'origine de la chute de la Commission Santer ((1999)). En décembre 2012 il publie "Une expérience française, 50 ans au cœur de la République" aux éditions France Empire.

Pierre Lelong est commandeur de la Légion d'honneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « M. Pierre Lelong, un dissident de l'UDR », Le Monde, 11 juin 1974.
  2. « L'appel des 43 », sur politiquemania.com