Gilles Groulx

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Groulx.
Gilles Groulx
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
LongueuilVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Distinction

Gilles Groulx est un monteur, réalisateur, scénariste et acteur canadien né le à Ville Émard (Montréal, Québec), mort le . Groulx est un des cinéastes ayant le plus inspiré Pierre Falardeau.

Biographie[modifier | modifier le code]

Le cinéaste Gilles Groulx vient d'un milieu modeste du quartier Saint-Henri à Montréal. Après des études commerciales dont il semble tirer peu de choses, il entre à l'École des beaux-arts[1] où il fait la rencontre de nombreux artistes importants du milieu des arts visuels québécois. Groulx tourne d'abord des esquisses sur films de façon autonome, avec une Bolex[2]. Sur cette base, il est embauché ensuite comme monteur au service des nouvelles télévision de Radio-Canada, expérience dont il tire une philosophie du montage et du cinéma[3]. Le 22 janvier 1981 il est victime d'un grave accident de voiture qui met fin à sa carrière[4],[5].

Cinéaste exigeant, profondément engagé socialement, proche du Bertollucci des débuts et du Godard de toujours[6], il est un cinéaste très critique de la société québécoise, tant des conditions de vie des milieux populaires, des médias, que des intellectuels hésitants. Monteur d'un sens esthétique et d'une capacité d'analyse redoutable, il n'a pas encore vraiment fait sa marque à l'Office national du film du Canada au moment où il s'attaque aux Raquetteurs[4].

Filmographie[modifier | modifier le code]

comme Réalisateur[modifier | modifier le code]

comme Scénariste[modifier | modifier le code]

comme Monteur[modifier | modifier le code]

comme Acteur[modifier | modifier le code]

Récompenses et Nominations[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

  • 1960 - Festival dei Popoli / Festival International du film de documentation sociale, Florence (Italie) : Médaille d'argent, Les raquetteurs
  • 1964 - Festival international du film de Montréal : Premier prix, Le chat dans le sac
  • 1966 - International Film Festival, Thessaloniki (Grèce) : Special Prize for Best Direction awarded to Gilles Groulx, Le chat dans le sac
  • 1985 - Prix Albert-Tessier, catégorie culturelle, pour l'ensemble de son œuvre.

Nominations[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean, Marcel, 1963- et Coulombe, Michel, 1957-, Le dictionnaire du cinéma québécois, Boréal, (ISBN 2764604270 et 9782764604274, OCLC 1006893527, lire en ligne)
  2. Alexis Desgagnés, « Pratiques minoritaires. Fragments d’une histoire méconnue du cinéma québécois (1937-1973), Guillaume Lafleur, Montréal, Éditions Nota Bene, 2015, 166 p., ill. », Ciel variable : Art, photo, médias, culture, no 101,‎ , p. 94–94 (ISSN 1711-7682 et 1923-8932, lire en ligne, consulté le 6 février 2019)
  3. Germain Lacasse, « Paul Beaucage, Gilles Groulx, le cinéaste résistant, Lux Éditeur, Montréal, 2009 », Globe : Revue internationale d’études québécoises, vol. 13, no 2,‎ , p. 204–209 (ISSN 1481-5869 et 1923-8231, DOI https://doi.org/10.7202/1001140ar, lire en ligne, consulté le 6 février 2019)
  4. a et b « Artisans de l’ONF », sur Office national du film du Canada (consulté le 18 mars 2010) : « onf »
  5. « Groulx, Gilles | l'Encyclopédie Canadienne », sur www.thecanadianencyclopedia.ca (consulté le 6 février 2019)
  6. « Gilles Groulx | La Cinémathèque québécoise » (consulté le 6 février 2019)
  7. Golden Gloves à ONF.ca

Liens externes[modifier | modifier le code]