Pascal Dupraz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dupraz.
Page d’aide sur l’homonymie Pour l’article ayant un titre homophone, voir Pascal Duprat.
Pascal Dupraz
Image illustrative de l'article Pascal Dupraz
Pascal Dupraz en février 2013 avec l'Évian Thonon Gaillard.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France Toulouse FC (entraîneur)
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance (55 ans)
Lieu Annemasse (Haute-Savoie)
Taille 1,72 m (5 8)
Poste Attaquant puis entraîneur
Parcours senior1
Saisons Club 0M.0(B.)
1980-1981 Drapeau : France FC Sochaux 004 0(0)
1980-1982 Drapeau : France CS Thonon 027 0(5)
1982-1986 Drapeau : France FC Brest Armorique 070 (13)
1986-1987 Drapeau : France FC Mulhouse 031 0(3)
1987-1989 Drapeau : France SC Toulon 028 0(1)
1989-1991 Drapeau : France FC Gueugnon 037 0(2)
1991-2000 Drapeau : France FC Gaillard
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1993-2003 Drapeau : France FC Gaillard
2003-2006 Drapeau : France F. Croix de Savoie 74
2007-2009 Drapeau : France O. Croix de Savoie 74
2012-2015 Drapeau : France Évian TG FC 124 (40v, 24n, 60d)
2016- Drapeau : France Toulouse FC 49 (16v, 15n, 18d)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
Dernière mise à jour : 7 mai 2017

Pascal Dupraz, né le à Annemasse dans le département de Haute-Savoie, est un footballeur puis entraîneur français. Il évolue au poste d'attaquant du début des années 1980 au début des années 1990.

Formé au FC Sochaux, il joue ensuite notamment au CS Thonon, au FC Brest Armorique, au SC Toulon avant de terminer sa carrière professionnelle au FC Gueugnon.

Reconverti entraîneur, il fait l'essentiel de sa carrière au FC Gaillard qu'il fait passer de la Division d'honneur régionale à la Ligue 1 sous le nom d'Évian TG FC (en tant qu'entraîneur ou directeur sportif). Depuis mars 2016, il est l'entraîneur du Toulouse FC.

Biographie[modifier | modifier le code]

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Arrivée au FC Gaillard (1991-1993)[modifier | modifier le code]

En 1991 alors qu'il est en train de terminer sa carrière professionnelle, les dirigeants du modeste club du Football Club de Gaillard, ville de la banlieue d'Annemasse située dans son département natal de la Haute-Savoie, le contactent pour lui exprimer leur désir de le voir terminer sa carrière de joueur dans leur club, dont l'équipe première évolue en championnat de Division d'honneur régional (deuxième niveau régional de la Ligue Rhône-Alpes et sixième niveau national). Pascal Dupraz accepte la proposition, d'autant plus que celle-ci s'accompagne également d'une offre d'emploi pour un poste d'agent d'entretien au Palais des Nations de l'ONU, situé dans la toute proche ville de Genève en Suisse, où Maryan Baquerot, co-président du club, est directeur des ressources humaines.

D'abord joueur, sous les ordres de l'entraîneur Jacky Veggia, Pascal Dupraz participe à la montée du club en division d'honneur - plus haut niveau régional et sixième niveau national - en 1993.

Premières années d'entraîneur au niveau régional (1993-2003)[modifier | modifier le code]

En 1993, après la montée du FC Gaillard en division d'honneur, il est nommé entraîneur-joueur.

En 1999, après six saisons en DH où le club parvient à s'attirer les meilleurs joueurs locaux (notamment grâce à l'atout des emplois à l'ONU), Pascal Dupraz parvient à hisser le club en championnat de France amateur 2 (CFA 2, cinquième niveau national).

En 2000, Pascal Dupraz termine sa carrière de joueur pour se consacrer à ses activités d'entraîneur.

En 2002, le club se promeut dans la division supérieure, le championnat de France amateur (quatrième niveau national) en finissant troisième de son groupe de CFA 2.

Football Croix-de-Savoie 74 : succès et déceptions (2003-2006)[modifier | modifier le code]

En 2003, Pascal Dupraz est actif dans la création d'une nouvelle entité à vocation fédératrice de l'ensemble des Pays de Savoie, autour d'un projet de développement d'un club de football aux ambitions nationales et professionnelles. Cela passe d'abord par la fusion avec le club de la ville voisine de Ville-la-Grand. La fusion du FC Gaillard et du FC Ville-la-Grand est effective en juillet 2003.

À l'époque, la personnalité de Pascal Dupraz crée parfois la controverse. La fusion, et le rôle de Pascal Dupraz dans cette dernière, est remise en cause par d'autres figures du football local, tout comme son comportement en tant qu'entraîneur dans les vestiaires comme sur le bord du terrain. Ce caractère enclin à créer la controverse étant assumé par Pascal Dupraz lui-même.

En 2004, le nouveau club, nommé Football Croix-de-Savoie 74, devient champion de France amateur et se promeut en troisième division nationale, le championnat de France de National.

En 2005, malgré des problèmes internes qui mettent en danger le club, qui ne parvient pas à sortir complètement gagnant de la fusion, le Football Croix-de-Savoie 74 se maintient en National. Mais l'année suivante, en 2006, le Football Croix-de-Savoie 74, toujours entraîné par Pascal Dupraz est relégué en CFA, au terme d'une saison extrêmement compliquée notamment au niveau financier, puisque le club frôle la faillite et Pascal Dupraz lui-même, ainsi que d'autres personnalités, mettent leur propre argent en jeu pour que le club puisse au moins terminer la saison.

Ambitions retrouvées : vers la création de l'Évian Thonon Gaillard FC (2006-2009)[modifier | modifier le code]

En 2006, après la relégation en CFA, le club parvient à se sauver financièrement (grâce à une souscription locale), mais, lassé un temps par le poste d'entraîneur à l'issue de cette saison difficile, Pascal Dupraz prend temporairement la fonction de directeur sportif. À cette époque ont lieu les premiers contacts entre les dirigeants du club savoyard, au premier rang desquels Pascal Dupraz, et Franck Riboud, président du groupe agroalimentaire Danone, fortement implanté dans la région. Plusieurs rencontres ont lieu, notamment sous l'impulsion de Patrick Trotignon, dirigeant dans le secteur du football, connaissance commune des deux hommes, en présence de responsables politiques mais également de représentants de Zinédine Zidane, ami de Franck Riboud.

La volonté du groupe Danone, et de Franck Riboud à titre individuel, est de faire grandir le club en utilisant son propre réseau, pour ce qui concerne non seulement les compétences managériales (arrivées successives de Boubacar Macalou, salarié du groupe Danone, puis de Patrick Trotignon au poste de président), les apports financiers (arrivée d'investisseurs par leur entremise) mais également son rayonnement national et international. Les dirigeants du club, dont Pascal Dupraz, acceptent alors une exigence de Riboud qu'est la fusion du Football Croix-de-Savoie 74 avec le club de la ville de Thonon, l'Olympique Thonon Chablais, club plus proche du lieu d'implantation du groupe Danone (qu'est la région d'Évian-les-Bains), au passé et aux infrastructures les plus prestigieux de la région (histoire en deuxième division nationale dans les années 1980 et plus grand stade de la locaité). Le nouveau club, issu de cette nouvelle fusion, est d'abord nommé : Olympique Croix-de-Savoie 74. À l'issue d'une marche rapide, de quelques années, vers la professionnalisation du club, une nouvelle SASP est créée à l'été 2009, et par là même le club voit son capital augmenté, et son nom modifié, comportant dès lors celui de la ville la plus connue de la région (grâce à la marque d'eau en bouteille du même nom) : Évian Thonon Gaillard Football Club.

Cet épisode de l'histoire du club est critiqué par plusieurs voix au niveau local, voire au sein même des supporters et anciennes figures historiques du club, reprochant parfois à Pascal Dupraz le « vol du club », par l'intermédiaire de Danone, pour des raisons de valorisation personnelle.

Entre temps, en 2007, Pascal Dupraz est rappelé au poste d'entraîneur par ses dirigeants, dans l'optique de la remontée en National, objectif non-atteint par Laurent Croci à qui l'on avait confié l'équipe l'année précédente. En fin de saison, le club est une nouvelle fois champion de France amateur et remonte en quatrième division deux ans après l'avoir quittée.

Pascal Dupraz reste l'entraîneur du club jusqu'à la fin de la saison suivante à l'issue de laquelle le club finit à la cinquième place. Il est alors remplacé par Stéphane Paille et reprend son poste de directeur sportif du nouvel Évian Thonon Gaillard FC en 2009.

Redécouverte du haut-niveau : nouveaux succès et nouvelles déceptions (2009-2015)[modifier | modifier le code]

D'abord directeur sportif de l'Évian Thonon Gaillard FC lors de la création du club en 2009, il en est nommé entraîneur le , en lieu et place de Pablo Correa démis de ses fonctions[1]. L'équipe entraînée par Pascal Dupraz connaît cette saison-là un beau parcours en coupe de France puisqu'elle en atteint la finale après avoir notamment éliminé le Paris Saint-Germain en quart-de-finale. En championnat, l'équipe obtient son maintien à deux journées de la fin de la saison.

En juin 2015, Pascal Dupraz est convoqué pour un entretien préalable à un licenciement, pour "faute grave" en même temps que son fils Julian, directeur des services du club[2]. Il est officiellement licencié le 30 juin 2015[3].

Nouveau départ : Toulouse Football Club (depuis 2016)[modifier | modifier le code]

Le 1er mars 2016, il devient l'entraîneur du Toulouse Football Club qui évolue en championnat de première division (Ligue 1), signant un contrat de deux ans et demi. Au moment de sa signature, le club fait face à des difficultés au niveau sportif, avec dix points de retard sur le premier club virtuellement non-relégable dans le championnat de deuxième division (Ligue 2), et ce à dix matchs de la fin du championnat. Dès son arrivée, les résultats et la qualité de jeu de l'équipe s'améliorent. L'équipe commence par faire un match nul contre l'Olympique de Marseille au Stade Vélodrome, et ce malgré l'absence sur le banc de Pascal Dupraz, alors hospitalisé en raison d'un malaise[4]. Le TFC signe par la suite deux victoires par un score de 4-0 contre les Girondins de Bordeaux et le Sporting Club de Bastia, ainsi qu'un match victorieux contre l'Espérance sportive Troyes Aube Champagne (1-0), lors de l'avant dernière journée, victoire qui fera sortir le club de la zone de relégation pour la première fois depuis le mois d'octobre, au détriment du Stade de Reims et du Gazélec Ajaccio.

Le scénario du dernier match est considéré comme particulièrement extraordinaire[5]. Le Toulouse FC est alors à égalité de points avec le Stade de Reims, le premier relégable, mais possède une meilleure différence de buts. Il doit gagner face à l'Angers sporting club de l'Ouest pour être sûr d'assurer son maintien. Dès la 11e minute de jeu, l'équipe encaisse un premier but. Au terme d'une première mi-temps ratée à l'image d'un pénalty manqué de Martin Braithwaite, le score est donc de 1-0 en faveur des Angevins. À la sortie des vestiaires, l'équipe montre un meilleur visage et égalise par un but de Wissam Ben Yedder à la 58e minute (1-1). Quatre minutes plus tard, le SCO marque un nouveau but, et reprend l'avantage (2-1). Dans le même temps, le Stade de Reims mène contre l'Olympique lyonnais et entraîne virtuellement la relégation du Toulouse FC en Ligue 2. Le match bascule alors et, en deux minutes, Martin Braithwaite et Yann Bodiger marquent en faveur de Toulouse, portant ainsi le score à trois buts à deux. Au bout du temps réglementaire, cette victoire permet au TFC de se maintenir en Ligue 1, réalisant un exploit inédit en parvenant à remonter avec succès un déficit de dix points sur le premier relégable à dix journées de la fin du championnat[6].

Le maintien en Ligue 1 du club prolonge automatiquement le contrat de Pascal Dupraz, le liant au Toulouse Football Club pour une année supplémentaire, le portant à trois ans et demi[7].

Prises de position[modifier | modifier le code]

Pascal Dupraz a rappelé à de nombreuses reprises ses racines savoyardes et l'affirmation d'une identité spécifique. Ainsi lors du décès du militant indépendantiste Patrice Abeille en 2013, il lui rend hommage sur le plateau de TV8 Mont-Blanc : « Il était le défenseur d'une bonne cause, d'une Savoie différente, souveraine. J'ai assisté à certains de ses meetings, il avait de très bonnes idées basées sur l'Histoire, la vraie »[8]. L'année suivante, à l'occasion d'une interview, il affirme qu'il est avant tout Savoyard, faisant réagir la classe politique locale[8]. Au cours d'une interview accordée à l'émission télévisée, le Canal Football Club, Dupraz affirme ne pas avoir voté à l'éléction présidentielle française de 2017 ne se considérant pas français en militant par la même occasion pour l'indépendance de la Savoie[9].

Clubs successifs[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

Entraîneur et dirigeant[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

Joueur[modifier | modifier le code]

  • Champion de division d'Honneur Régionale (Rhône-Alpes) en 1991-92 (Poule B) avec le FC Gaillard.
  • Vice-champion de Division d'Honneur Régionale (Rhône-Alpes) en 1992-93 (Poule B) avec le FC Gaillard.

Entraîneur[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Correa déjà remercié », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 3 septembre 2012)
  2. « Pascal Dupraz mis à pied ! », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 18 juin 2015)
  3. « Pascal Dupraz et son fils Julian vont recevoir leur lettre de licenciement de l'Evian-TG », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 11 juillet 2015)
  4. « Toulouse : nouvelles plutôt rassurantes pour Pascal Dupraz, victime d'un malaise cardiaque », sur lequipe.fr,
  5. « Le scénario renversant du maintien de Toulouse - SO FOOT.com », sur SOFOOT.com (consulté le 17 mai 2016)
  6. « Toulouse : l’exploit impossible », sur beIN SPORTS - Your Zone (consulté le 17 mai 2016)
  7. Awedia, « Dupraz a prolongé au TFC », sur LesViolets.Com (consulté le 17 mai 2016)
  8. a et b Julien Berrier, « Pascal Dupraz, l'entraîneur de football qui se sent plus savoisien que français », L'Essor savoyard,‎ (lire en ligne).
  9. « Ligue 1: Dupraz milite... pour l'indépendance de la Savoie », rmcsport.bfmtv.com,‎ (lire en ligne).