Ordre de l'Étoile noire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ordre de l’Étoile noire
Illustration.
Avers
Insignes de grand-croix de l'Étoile noire
Conditions
Décerné par Drapeau de la France France
Drapeau du Bénin Bénin
Type Ordre colonial
Détails
Statut En extinction
Grades Grand-croix
Commandeur avec plaque
Commandeur
Officier
Chevalier
Statistiques
Création
Dernière attribution 1963
Ordre de préséance
Illustration.
Ruban de l'ordre de l'Étoile noire (chevalier)

L'ordre de l'Étoile noire est institué à Porto-Novo le par le roi Toffa, roi de Porto-Novo. Approuvé et reconnu par le gouvernement français le , après établissement des nouveaux statuts du , accordant cette distinction à tous ceux qui travaillent au développement de l'influence française à la côte occidentale d'Afrique.

Historique[modifier | modifier le code]

L'ordre de l'Étoile noire est décerné de 1889 à 1964, date à laquelle il est remplacé par l’ordre national du Mérite. Il compte cinq classes : grand-croix, commandeur avec plaque, commandeur, officier, chevalier.

Cet ordre ministériel fait l'objet d'un arrêt d'attribution ou de promotion depuis le , mais les titulaires actuels survivants des grades et dignités continuent à jouir des prérogatives y étant attachées et ce d'après l'article 38 du décret n °63-1196 portant création de l’ordre national du Mérite ; ils peuvent notamment porter leur décoration (décret n °63-1196, art. 38). En foi de quoi, même si l'ordre est effectivement placé en extinction depuis 1964, il n’est pas éteint tant qu'il en reste au moins un dignitaire vivant. De surcroît, il n'a jamais été formellement abrogé par un texte de loi.

Décorations[modifier | modifier le code]

Récipiendaires[modifier | modifier le code]

Chevaliers[modifier | modifier le code]

  • Antoine Fidégnon, député de l'Assemblée territoriale française (décret du , vu, vérifié, scellé et enregistré sous le n° 17.545, Paris, ).
  • Michel Reuter, administrateur de la France d'Outre-Mer ().
  • Jean Chapuis, ingénieur au Service administratif colonial (décret du ).
  • Jean Bouchaud, artiste peintre, 1934.
  • Jean Keller, missionnaire protestant au Gabon (décret du 5 juillet 1934).
  • Isaac Moumé Etia, écrivain, interprète principal à Douala (décret du ).
  • Léonard Tossou Gbaguidi, administrateur civil.
  • Mamadou Doumbia, sergent dans le 8e régiment de tirailleurs sénégalais (décret du 2 août 1946).
  • Manuel Charles Castejon, militaire (décret du , BO n° 12 du ).
  • Hugues-Jean de Dianous, diplomate et linguiste.
  • Jacques Chirac, ancien Président de la République.
  • Jean Fric, militaire (décret du 27.3.56-B.O. des décorations n°11 du 56, pages 447 et 448).
  • Alfred Arlotto, militaire (décret du , scellé et enregistré sous le n° 86.251, décoration du ).
  • Georges Paul Oscar (Georg Paul Oskar) Hegelmann dit Gustave François.
  • Jean Lamandé, officier (intendance, auparavant infanterie de marine) (décret du ).
  • Commandant Christian, Pierre Pettit de l'infanterie de Marine (n°1723 FOM 61, décoration du ).
  • Adjudant-chef Charles Moisson, de l’infanterie de Marine (N 1839 FOM 62).
  • Jeanne Mouget, épouse Bigeard, sage-femme d'outre-mer (décret du ).
  • Maréchal des logis-chef de l'artillerie de Marine René, Daniel Géraud (décret du N0 1800 FOM 62).
  • Jean (François, Marie) Anceau, instituteur principal de 1re classe en Afrique-Équatoriale française (décret du NO 59983).
  • Sébastien Le Failler, adjudant-chef des services généraux et particuliers de l'armée (décret du , délivré le à Paris).
  • Jean Grimaud, chef de canton-interprete principal en retraite ( décret du scellé 53.079, délivré le ).
  • Marcel Ollivier, ancien des forces navales françaises libres et diplomate.
  • Mamadou Nago Gueye, Commissaire Divisionnaire de Classe Exceptionnelle

Officiers[modifier | modifier le code]

Commandeurs[modifier | modifier le code]

Commandeurs avec plaque[modifier | modifier le code]

Grand-croix[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. BO no 43 du 25 octobre 1948.
  2. « Louis Victor Aimé DEROO (1903 - 1974) », sur Parcours de vies dans la ROYALE (consulté le 7 mars 2020).

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]