Ordre de l'Étoile noire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le monde colonial image illustrant les récompenses et distinctions
Cet article est une ébauche concernant le monde colonial et les récompenses et distinctions.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ordre de l'Étoile et Étoile noire.
Ordre de l’Étoile noire
Illustration.
Avers
Insignes de Grand-Croix de l'Étoile noire
Conditions
Décerné par Drapeau de la France France
Drapeau du Bénin Bénin
Type Ordre colonial
Détails
Statut En extinction
Grades Grand-Croix
Commandeur avec plaque
Commandeur
Officier
Chevalier
Statistiques
Création
Ordre de préséance
Précédent Inférieur
Équivalent
Supérieur
Suivant
Illustration.
Ruban de l'ordre de l'Étoile noire (Chevalier)

L’ordre de l'Étoile noire est institué à Porto-Novo le par le roi Toffa, roi de Porto-Novo. Approuvé et reconnu par le gouvernement français le 30 juillet 1894, après établissement des nouveaux statuts du 30 août 1892, accordant cette distinction à tous ceux qui travaillent au développement de l'influence française à la côte occidentale d'Afrique.

Cinq classes : grand-croix, commandeur avec plaque, commandeur, officier, chevalier.

Remplacé par l’ordre national du Mérite après 1963.

Cet ordre ministériel fait l'objet d'un arrêt d'attribution ou de promotion depuis le 1er janvier 1964, mais les titulaires actuels survivants des grades et dignités de cet ordre continuent à jouir des prérogatives y étant attachées et ce d'après l'article 38 du décret n°63-1196 portant création d'un Ordre National du Mérite. En foi de quoi, même si cet ordre ministériel est effectivement placé en extinction depuis 1964, il n’est pas éteint tant qu'il reste au moins un survivant dans cet ordre. De surcroît, aucun décret instituant cet ordre ministériel n'a été abrogé par aucun autre texte de loi en vigueur. Les membres survivants de cet ordre ministériel ont toujours le droit de porter leur décoration, ceci est garanti par le décret n°63-1196 (art.38).

Décorations[modifier | modifier le code]

Récipiendaires[modifier | modifier le code]

Chevaliers[modifier | modifier le code]

  • Michel Reuter - Administrateur de la France d'Outre Mer, le 8 novembre 1952
  • Jean Chapuis - Ingénieur au Service Administratif Colonial - Décret du 18 février 1950
  • 1934 - Jean Bouchaud, artiste peintre
  • Léonard Tossou Gbaguidi, administrateur civil
  • Manuel Charles Castejon, militaire, Chevalier de l’Etoile Noire, décret du 12/04/1957 Bo n 12 du 11/05/1957
  • Hugues-Jean de Dianous, diplomate et linguiste
  • Jacques Chirac, ancien Président de la République
  • Jean Fric - militaire, décret du 27.3.56-B.O. des décorations n°11 du 17-04-56, pages 447 et 448

Officiers[modifier | modifier le code]

  • Lieutenant Colonel - Eugène Paul Yvon STEFF, 1906 - 1951, aviateur, BO N°43 du 25.10.1948
  • Gouverneur Félix EBOUE - Gouverneur Général de l'Afrique Equatoriale Française (A.E.F.)
  • Gustave Hervigo (1896-1993), artiste peintre de l'Afrique noire

Commandeurs[modifier | modifier le code]

  • Marcel François Goulette, Charmes, Vosges, 1893-1932, aviateur
  • Henri Alain Joseph Le Thomas 1903-1964 Capitaine de Corvette . FNFL .
  • Général de Corps d'Armée - Philippe Roger Louis GINESTET 1905-1962
  • Général de Brigade - Geoffroy de Ferrières de Sauveboeuf (1912-2016) - Commandeur de l'Etoile Noire (1962)
  • Achille Louis Auguste SILVESTRE - Administrateur de 1ère classe des services civils de l'Indochine (1879 - 1937) - décret du 15 juin 1926 n° 30984

Commandeurs avec plaque[modifier | modifier le code]

  • Général - Jacques Massu
  • Roger Monmayou - ambassadeur de France.

Grand-croix[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]