Croix du combattant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Combattant (homonymie).
Le résumé introductif est trop court ou ne respecte pas les recommandations.

Vous pouvez le modifier en le développant.

Croix du combattant
(fr)
Illustration.
Avers
Croix du combattant
Conditions
Décerné par Drapeau de la France France
Éligibilité Civils et Militaires
Statistiques
Création
Ordre de préséance
Précédent Inférieur
Médaille de la Reconnaissance française
Équivalent
Supérieur
Médaille de l'Aéronautique
Suivant
Illustration.
Ruban de la croix du combattant
Seconde illustration.
Ruban
(Gouvernement de Vichy)

La croix du combattant est une décoration française.

Histoire[modifier | modifier le code]

« Ils ont des droits sur nous. »

— phrase célèbre de Georges Clemenceau, qui exprime toute la philosophie de cette décoration.

Avers
Revers


Les Poilus de la Grande Guerre ont voulu faire reconnaître par la nation, un statut particulier à ceux qui avaient participé aux durs combats de 1914-1918. La loi du a créé la carte du combattant pour ceux de 1914-1918, mais également pour ceux de 1870-1871 et des guerres coloniales antérieures à la Première Guerre mondiale. La décoration ne fut créée que trois ans plus tard par la loi du .

Le projet retenu par le jury est l'œuvre de M. Doumenc, ancien combattant[1]. Il a la forme d'une croix pattée aux branches reliées par une couronne de lauriers. Le médaillon central porte la mention République française avec une effigie de la République coiffée d'un casque lauré. Au revers un glaive est surmonté de rayons avec la mention croix du combattant. Le ruban de 36 mm de large, est bleu horizon avec sept raies verticales rouge garance de 1,5 mm.

Le , l’État français créa une Croix du Combattant 1939-1940 spécifique : l'insigne était rigoureusement le même que celui de la Grande Guerre, mais avec ajout des dates « 1939-1940 » au revers. Le ruban présentait le même fond bleu horizon, mais avec 5 bandes verticales noires (2 de 4,5 mm sur les bords et 3 de 2 mm au centre). Il est à noter qu'il aurait existé une première version différente du ruban : bleu horizon avec 7 raies verticales noires régulières de 1,5 mm. Par ordonnance du 7 janvier 1944, le port de la Croix du Combattant 1939-1940 fut interdit.

Un décret du 29 janvier 1948 énonça que les dispositions de la loi de 1930 relatives à l'attribution de la carte de combattant et à la croix du combattant étaient applicables aux participants de la guerre 1939-1945. La loi du 18 juillet 1952 étendit le bénéfice de l'attribution de la croix du combattant à l'Indochine et la Corée.

La loi du 9 décembre 1974 a étendu l'attribution de la croix du combattant aux opérations d'Afrique du Nord entre le 1er janvier 1952 et le 2 juillet 1962. Un arrêté du 12 janvier 1994 a ouvert le droit à la carte de combattant (donc à la croix du combattant) à ceux qui participèrent aux opérations d'Afghanistan, Cambodge, Cameroun, Golfe, Liban, Madagascar, Suez, Somalie, République centrafricaine, Tchad, Yougoslavie, Zaïre.

Le 30 octobre 2014 l'assemblée nationale a voté , dans le cadre du projet de loi de finances 2015, un texte élargissant l'attribution de la carte du combattant donnant droit au port de la croix du combattant.

Tous les personnels ayant participé à une OPEX de 120 jours (consécutifs ou non) peuvent se faire attribuer cette carte du combattant depuis le 1° octobre 2015. (voir le site officiel de l'ONAC http://www.onac-vg.fr/fr/missions/obtenir-carte-combattant/)

Union des Mutilés et Anciens Combattants[modifier | modifier le code]

Après la fin de la Première Guerre mondiale, les soldats rescapés se sont organisés en associations et unions.

En Algérie, c'est l'Union des Mutilés et Anciens Combattants qui a alors été créée pour défendre les droits des soldats d'Algérie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal Le Pèlerin.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Les Décorations françaises (préf. Jean-Philippe Douin), Paris, Trésor du Patrimoine,‎ , 95 p. (ISBN 2-911468-99-6, OCLC 56111972)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]