Élisabeth Lebovici

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Élisabeth Lebovici
Image dans Infobox.
Élisabeth Lebovici en 2020.
Fonction
Rédactrice en chef
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Père
Conjoint
Catherine Facerias (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Directeur de thèse

Élisabeth Lebovici, née en 1953[1], est une historienne de l'art, journaliste, critique d'art et militante féministe et lesbienne française .

Biographie[modifier | modifier le code]

Élisabeth Lebovici naît dans une famille bourgeoise, fille du psychiatre et psychanalyste Serge Lebovici[2]. Elle fait des études à Paris et à New York et suit l'Independent Study Program du Whitney Museum of American Art. Elle soutient en 1983 une thèse sur L'argent dans le discours des artistes américains : 1980-1981 à l'université Paris-Nanterre[3]. En 1991, elle entre au journal Libération pour lequel elle travaille jusqu'en 2006. Elle a précédemment été rédactrice en chef au magazine Beaux Arts magazine et a collaboré avec Artpress.

Elle s'intéresse particulièrement aux questions des genres et des sexualités et s'attache aux relations entre féminisme, théorie queer, histoire de l'art et art contemporain. En 2007, elle publie avec Catherine Gonnard, l'ouvrage Femmes artistes, artistes femmes : Paris, de 1880 à nos jours qui retrace les parcours de dizaines d’artistes femmes à Paris de la fin du XIXe siècle au début du XXIe siècle[4],[5].

Élisabeth Lebovici est l'autrice de nombreuses monographies d'artistes contemporains[6] et organise des enseignements à l'EHESS[7], dont le séminaire (créé en 2006) Something You Should Know: artistes et producteurs.

Elle est par ailleurs militante des droits LGBT[8], activiste pendant plusieurs années chez Act Up-Paris[1], expérience qu'elle relate dans son livre Ce que le sida m'a fait : art et activisme à la fin du XXe siècle[9],[10] qui lui vaut le prix Pierre-Daix en 2017[11]. Mariée avec Catherine Facerias[12][source insuffisante], elles sont ensemble membres fondatrices de la LIG (Lesbiennes d'intérêt général) - Fonds de dotation féministe et lesbien[13],[14].

Elle tient, depuis 2006, le blog Le Beau Vice[15], un jeu de mots forgé avec son nom de famille et son orientation sexuelle.

Ouvrages (liste non exhaustive)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Élisabeth Lebovici », sur Institut français (consulté le )
  2. http://www.imaginem.fr/une-ecole-de-l-experience/est-ce-qu-imaginer-s-apprend/l-imaginaire-pour-exister-l-enfant-dechire
  3. SUDOC 041169530
  4. Frédérique Villemur, « Catherine Gonnard, Élisabeth Lebovici, Femmes/artistes, artistes femmes. Paris, de 1880 à nos jours », Clio. Femmes, Genre, Histoire, no 29,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. Catherine Gonnard et Élisabeth Lebovici, « Femmes artistes / artiste femmes », Encyclopædia universalis (consulté le )
  6. Bibliographie d'Élisabeth Lebovici sur le site des Archives de la critique d'art.
  7. Enseignements de Élisabeth Lebovici en 2009-2010 sur le site de l'EHESS.
  8. Élisabeth Lebovici pour Sauvage Seventies sur Arte août 2008.
  9. « "Ce que le sida m’a fait" : émouvant essai sur la scène artistique des années 1980-1990, traversée par la question du sida », Les Inrocks,‎ (lire en ligne)
  10. « Elisabeth Lebovici : Ce que le sida m’a fait – Les presses du réel (livre) », Les Presses du réel (consulté le )
  11. « Les lauréats des prix Pierre-Daix 2017 et Filaf Galeristes », Le Quotidien de l'art,‎ (lire en ligne)
  12. HER story, « Herstory Elisabeth Lebovici », (consulté le )
  13. « Elisabeth Lebovici », sur LIG (consulté le )
  14. « Et la Lesbienne d'Intérêt général de l'année 2017 est... », sur KOMITID, (consulté le )
  15. « Le Beau Vice » (consulté le )

Liens externes[modifier | modifier le code]