Musée Bargoin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Musée Bargoin
Musee bargoin clermont-fd 2.jpg

La façade ouest du musée Bargoin

Informations générales
Site web
[cite class="ouvrage" id="site_officiel" style="font-style: normal;">Site officiel.]
Collections
Collections
Archéologie ; arts textiles
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Point carte.svg

Géolocalisation sur la carte : Clermont Auvergne Métropole

(Voir situation sur carte : Clermont Auvergne Métropole)
Point carte.svg

Le musée Bargoin est situé à Clermont-Ferrand, à l'intersection de la rue Ballainvilliers et du boulevard Lafayette, à proximité du rectorat, du jardin Henri-Lecoq et du Muséum d'histoire naturelle. Après avoir été un musée municipal, le musée Bargoin dépend aujourd'hui de la communauté urbaine Clermont Auvergne Métropole.

Histoire[modifier | modifier le code]

La création du musée tire son origine d'un legs de Jean-Baptiste Bargoin à la ville de Clermont-Ferrand. Pensé au XIXe siècle pour être un musée des Beaux-Arts, il abrite également, dès son inauguration en 1903, de nombreuses pièces archéologiques découvertes localement.

Avec le déplacement des collections d'art dans le nouveau Musée d'art Roger-Quilliot à la fin du XXe siècle, il a pu consacrer un espace plus important au fonds archéologique, puis au fonds « Tapis et arts textiles ».

Collections[modifier | modifier le code]

Le rez-de-chaussée est consacré à l'archéologie et couvre les périodes de la Préhistoire, de l'Antiquité (objets grecs, étrusques et gallo-romains) et dans une moindre mesure du Moyen Âge. Le sous-sol abrite l'exceptionnelle collection d'ex-voto gallo-romains de la Source des Roches à Chamalières. Les deux étages supérieurs présentent les collections d'art textile au travers d'expositions temporaires.

Archéologie[modifier | modifier le code]

Un vestige notable des collections préhistoriques est la « jeune fille du Cheix », un squelette de jeune fille inhumée en position fœtale trouvé en 1938 dans l'abri du Cheix, à Saint-Diéry, et datant du Néolithique ancien[1].

Une partie des objets des collections romaines provient des découvertes faites dans les ruines du temple de Mercure au sommet du Puy de Dôme.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Desrut, « Découverte d'une grotte et d'un squelette magdalénien au Cheix », Bulletin de la Société préhistorique française, 36-2, 1939, p. 132-142 (en ligne). La datation a été révisée depuis.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :