Moto Hagio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Moto Hagio
Description de cette image, également commentée ci-après

Moto Hagio en 2008

Nom de naissance 萩尾 望都
Naissance (67 ans)
Drapeau : Japon Ōmuta, Japon
Activité principale
Distinctions

Prix Inkpot (2010)
Prix du ministre de la Culture, au Nihon Mangaka Kyōkai (2011)

Médaille au ruban pourpre (2012)
Auteur
Langue d’écriture Japonais
Mouvement Groupe de l'an 24
Genres

Œuvres principales

  • Poe no Ichizoku (1972-1976)
  • Ils sont onze ! (1975)
  • Barbara Ikai (2002-2005)
Signature de Moto Hagio

Moto Hagio (萩尾 望都, Hagio Moto?), née le à Ōmuta (Japon) est une mangaka et écrivain japonaise célèbre pour sa contribution au shōjo manga, et est membre du Groupe de l'an 24.

Biographie[modifier | modifier le code]

Moto Hagio fait ses débuts professionnels en 1969 à l'âge de 20 ans avec la publication de sa courte histoire Lulu to Mimi dans Nakayoshi. Plus tard, pour l'éditeur Shōgakukan, elle produit une série de petites histoires pour divers magazines. Deux ans après ses débuts, elle publie Juichigatsu no Gimunajiumu (The November Gymnasium), une courte histoire qui traite ouvertement d'amour entre deux garçons dans un internat. L'histoire faisait partie d'un grand mouvement d'artistes féminins de manga qui ont frayé un chemin vers le genre des bandes dessinées pour filles sur le sujet de l'amour entre de jeunes hommes. En 1974, Hagio développe son histoire dans le plus long Le Cœur de Thomas (Thomas no Shinzo).

En 2012, Moto Hagio est présente au Salon du livre de Paris, apparaît à Japan Expo et est invitée par le centre Pompidou dans le cadre de l'événement Planète Manga où une conférence organisé par DCC, Sylvie Pras, lui est réservée le 19 février 2012[1],[2]. Cette année voit également des publications luxueuses sortir en anglais grâce aux éditions Fantagraphics et l'édition de son premier manga en français, Le Cœur de Thomas.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Mangas[modifier | modifier le code]

Moto Hagio écrit autant des séries que des one-shot mangas. Si elle débute chez l'éditeur Kōdansha, elle fait l'essentiel de sa carrière dans les magazines shōjo et josei de l'éditeur Shōgakukan[3],[4].

Les œuvres d'Hagio appartiennent essentiellement aux genres de la science-fiction, du fantastique et du boys' love[4], pour autant elle s'essaie à des thématiques variées, telles que les chroniques sociales[5] et plus rarement le récit historique[6]. Et bien qu'elle publie essentiellement pour les démographies féminines, elle parvient à aussi toucher un public masculin[7].

Publications[modifier | modifier le code]

La liste qui suit référence les premières éditions en volumes reliés[8], qui peuvent se faire des années après la publication en magazine.

  • Poe no Ichizoku (ポーの一族?), Shōgakukan, 1974-1976
  • Le Cœur de Thomas (トーマの心臓, Thomas no shinzō?), Shōgakukan, 1975
  • Le pensionnat de novembre (11月のギムナジウム, 11-gatsu no Gymnasium?), Shōgakukan, 1976
  • Ils sont onze ! (11人いる!, Jūichinin iru?), Shōgakukan, 1976-1977
  • Alois (アロイス?), Hakusensha, 1976
  • Seirei kari (精霊狩り?), Shōgakukan, 1976
  • Hyakuoku no Hiru to Senoku no Yoru (百億の昼と千億の夜?), Shōgakukan, 1977-1980
  • Tottemo shiawase Moto-chan (とってもしあわせモトちゃん?), Shōgakukan, 1977
  • U wa Uchuusen no U (ウは宇宙船のウ?), Shūeisha, 1978
  • Star Red (スター・レッド?), Shōgakukan, 1980
  • Osorubeki Kodomotachi (恐るべき子どもたち?), Shūeisha, 1980
  • Mesh (メッシュ?), Shōgakukan, 1981-1984
  • Hōmonsha (訪問者?), Shōgakukan, 1981
  • Golden Lilac (ゴールデンライラック?), Shōgakukan, 1982
  • Gin no Sankaku (銀の三角?), Hayakawa Shobō, 1982
  • Mosaic Rasen (モザイク・ラセン?), Akita Shoten, 1982
  • Akakke no Itoko (赤ッ毛のいとこ?), Shōgakukan, 1984
  • Marginal (マージナル?), Shōgakukan, 1986-1987
  • Kanzen hanzai "Fairy" (完全犯罪《フェアリー》?), Shōgakukan, 1988
  • Flower Festival (フラワー・フェスティバル?), Shōgakukan, 1989
  • Umi no Aria (海のアリア?), Kadokawa Shoten, 1990
  • Rome e no Michi (ローマへの道?), Shōgakukan, 1990
  • Aoi Tori (青い鳥?), Shōgakukan, 1991
  • Kansha Shirazu no Otoko (感謝知らずの男?), Shōgakukan, 1992
  • Zankokuna kami ga shihai suru (残酷な神が支配する?), Shōgakukan, 1993-2001
  • Abunai Oka no Ie (あぶない丘の家?), Kadokawa Shoten, 1993-1994
  • Iguana no musume (イグアナの娘?), Shōgakukan, 1994
  • A, A', Shōgakukan, 1995
  • Cake cake cake (ケーキケーキケーキ?), Hakusensha, 1996
  • Kono musume urimasu ! (この娘うります!?), Hakusensha, 1996
  • Hanshin (半神?), Shōgakukan, 1996
  • American Pie (アメリカン・パイ?), Akita Shoten, 2003
  • Barbara Ikai (バルバラ異界?), Shōgakukan, 2003-2005
  • Anywhere But Here (山へ行く?), Shōgakukan, 2007-2016
  • Abunazaka Hotel (あぶな坂HOTEL?), Shūeisha, 2008
  • Leo-kun (レオくん?), Shōgakukan, 2009
  • Hishikawa-san to Neko (菱川さんと猫?), Kōdansha, 2010
  • Nanohana (なのはな?), Shōgakukan, 2012
  • Lulu to Mimi (ルルとミミ?), Shōgakukan, 2012
  • 10-gatsu no Shōjotachi (10月の少女たち?), Shōgakukan, 2012
  • Ai no Hōseki (愛の宝石?), Shōgakukan, 2012
  • Ōhi Margot (王妃マルゴ?), Shūeisha, 2013-
  • Away, Shōgakukan, 2014-2015

Publications à l'international[modifier | modifier le code]

La société américaine VIZ Media est la première maison d'édition occidentale à avoir publié des travaux de Moto Hagio. Premièrement en 1996, où Jūichinin iru est publié dans une anthologie nommée Four Shōjo Stories, avant de publier en 1997 une édition anglaise de A, A'. L'éditeur américain Fantagraphics Books publie en 2010 une anthologie de dix mangas de Moto Hagio nommée A Drunken Dream and Other Stories, en 2013 la version anglaise de Thomas no shinzō, et en 2016 l'édition anglaise de Barbara Ikai.

En 2011, la maison d'édition italienne Kappa Edizioni publie Poe no Ichizoku sous le titre Edgar e Allan Poe. Il clan dei Poe.

En France, le premier manga de Moto Hagio est l'adaptation francophone de Leo-kun, il est distribué à compte d'auteur lors du salon Japan Expo de 2012[9]. L'éditeur Glénat publie en 2013 une anthologie de neuf mangas de Moto Hagio intitulée Moto Hagio - Anthologie, puis l'éditeur Kazé publie en 2014 Thomas no shinzō sous le titre de Le Cœur de Thomas.

L'éditeur polonais Japonica Polonica Fantastica (en) publie différents mangas de Moto Hagio en version polonaise: Poe no Ichizoku en 2012, Jūichinin iru en 2014 et Gin no Sankaku en 2016.

Écrits littéraires[modifier | modifier le code]

Moto Hagio a aussi publié divers livres en plus de ses mangas[10].

Recueils de nouvelles[modifier | modifier le code]

Pièces de théâtre[modifier | modifier le code]

  • Gikyoku Hanshin (戯曲 半神?), Shōgakukan, 1987
    Coauteur : Hijeki Noda
  • Tokyō monogatari (斎王物語?), Shinchōsha, 1994
    Coauteurs : Kōhei Morita, Kōji Minagawa, Misako Yūki

Essais[modifier | modifier le code]

  • Omoide o kirinuku toki (思い出を切りぬくとき?), Anzu-dō, 1998
  • Yumemiru beads monogatari (夢見るビーズ物語?), Poplar Publishing (ja), 2009
  • Isshun to eien to (一瞬と永遠と?), Genkishobō (ja), 2011

Compilations de discours et conférences[modifier | modifier le code]

  • Manga no anata SF no watashi (マンガのあなた SFのわたし?), Kawade Shobo Shinsha (ja), 2012
  • Kotoba no anata manga no watashi (コトバのあなた マンガのわたし?), Kawade Shobo Shinsha, 2012
  • Monogataru anata e kaku watashi (物語るあなた 絵描くわたし?), Kawade Shobo Shinsha, 2012
  • Aisuru anata koisuru watashi (愛するあなた 恋するわたし?), Kawade Shobo Shinsha, 2014

Autres travaux[modifier | modifier le code]

Outre ses mangas et écrits littéraires, Moto Hagio a aussi travaillé sur d'autres types d'œuvre :

En 1985, elle scénarise la comédie musicale Curdken's Hat: A jigsaw Puzzle of the land of Grimm, qui est une adaptation du conte La Petite Gardeuse d'oies des Frères Grimm[11].

En 1986, elle travaille sur le character design pour le film d'animation japonais Toki no Tabibito[12].

En 1993, elle intervient en tant qu'artiste lors de la réalisation du jeu vidéo Illusion of Time.

En 2008, elle est actrice pour le film Domomata no Shi[13].

Récompenses[modifier | modifier le code]

Moto Hagio a reçu tout au long de sa carrière de nombreuses récompenses. Elle remporte le 21e prix du manga Shōgakukan en 1976 pour ses deux mangas Ils sont onze ! et Poe no Ichizoku[14]. Elle reçoit ensuite les 11e, 14e et 16e prix Seiun pour respectivement ses mangas Star Red, Gin no Sankaku et X + Y[15].

En 1997, son manga Zankokuna kami ga shihai suru est primé du prix de l'excellence lors du premier prix culturel Osamu Tezuka[16], puis en 2006 son manga Barbara Ikai remporte le 27e prix Nihon SF Taisho[17].

Par la suite, l'ensemble de son œuvre est récompensée, d'abord par le prix Inkpot en 2010[18], puis en 2011 par 40e prix du ministère de la culture au Nihon Mangaka Kyōkai[19], elle devient en 2012 la première femme mangaka à être récompensée de la médaille au ruban pourpre[20], la même année elle reçoit aussi le 12e prix Sense of Gender pour son manga Nanohana et l'ensemble de son œuvre[21].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Enregistrement vidéo de la conférence », sur Centre Pompidou.
  2. « Moto Hagio invité de Japan Expo 2012 », sur Japan Expo.
  3. Brient 2008, p. 48.
  4. a et b Brient 2013.
  5. Glénat 2013, p. 351.
  6. Yamada 2013, p. 7.
  7. Yamada 2013, p. 4-5.
  8. (ja) « 単行本 : コミックス », sur 萩尾望都作品目録 (consulté le 23 mai 2016).
  9. Yamada 2013, p. 1.
  10. (ja) « 単行本 : 小説・戯曲・エッセイ集・対談集 », sur 萩尾望都作品目録 (consulté le 23 mai 2016).
  11. Thorn 2010, p. X.
  12. (en) Toki no Tabibito -Time Stranger- (movie) (anime) sur Anime News Network
  13. (en) « Manga Creator Moto Hagio Makes Film Acting Debut », sur Anime News Network, (consulté le 23 mai 2016).
  14. (ja) « 小学館漫画賞:歴代受賞者 », sur Shōgakukan (consulté le 23 mai 2016).
  15. (ja) « 日本SFファングループ連合会議:星雲賞リスト » (consulté le 23 mai 2016).
  16. (ja) « マンガ優秀賞:萩尾望都 『残酷な神が支配する』 (小学館) » (consulté le 23 mai 2016).
  17. (ja) « 日本SF大賞 » (consulté le 23 mai 2016).
  18. (en) « Moto Hagio Receives Inkpot Award from Comic-Con Int'l », sur Anime News Network, (consulté le 23 mai 2016).
  19. (en) « 40th Japan Cartoonist Awards Honor Moto Hagio », sur Anime News Network, (consulté le 23 mai 2016).
  20. (en) « Hagio Is 1st Female Manga Creator to Win Japan's Purple Ribbon », sur Anime News Network, (consulté le 23 mai 2016).
  21. (ja) « 2012年度 第12回Sense of Gender賞 » (consulté le 23 mai 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]