Moto Hagio

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Moto Hagio

Née le 12 mai 1949, Moto Hagio (萩尾 望都, Hagio Moto?) est une mangaka connue comme la « mère du shōjo moderne » et plus particulièrement du shōnen-ai. Elle est aussi membre du Groupe de l'an 24.

Biographie[modifier | modifier le code]

Moto Hagio fait ses débuts professionnels en 1969 à l'âge de 20 ans avec la publication de sa courte histoire Lulu to Mimi dans Nakayoshi. Plus tard, pour l'éditeur Shōgakukan, elle produit une série de petites histoires pour divers magazines. Deux ans après ses débuts, elle publie Juichigatsu no Gimunajiumu (The November Gymnasium), une courte histoire qui traite ouvertement d'amour entre deux garçons dans un internat. L'histoire faisait partie d'un grand mouvement d'artistes féminins de manga qui ont frayé un chemin vers le genre des bandes dessinées pour filles sur le sujet de l'amour entre de jeunes hommes. En 1974, Hagio développe son histoire dans le plus long Thomas no Shinzo (Le Cœur de Thomas). Elle remporta le prix du manga Shogakukan en 1976 pour son manga de science-fiction Jūichinin iru! et son conte épique Poe no Ichizoku.

Récompenses[modifier | modifier le code]

En 2012 elle reçoit au Japon la médaille d'honneur (l'équivalent de la Légion d'honneur) pour l'ensemble de son œuvre qui a marqué l'histoire du manga depuis 1974.

2012 : l'année Moto Hagio[modifier | modifier le code]

L'année 2012 est l'année où Moto Hagio s'est fait le plus connaître en dehors du Japon avec une présence au dernier Salon du Livre de Paris, une apparition à Japan Expo [1], ainsi que des publications luxueuses en anglais grâce aux éditions Fantagraphics et l'édition de son premier manga en français avec Le Cœur de Thomas. En février 2012 elle est invité à Paris par le centre Pompidou dans le cadre de l’évènement Planète Manga où une conférence organisé par DCC, Sylvie Pras,lui est réservé le 19 février 2012 dans la petite du centre Pompidou[2].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Peu de ses écrits ont été traduits.

Documentation[modifier | modifier le code]

  • Hervé Brient, « Moto Hagio », dans Manga 10 000 Images no 1, Éditions H, mai 2008, p. 48-49.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Interview de Moto Hagio par Math Thorn retranscrite en français par Boyslove.fr

Un premier titre en français Thomas no shinzō édité en Français par Kazé sous le titre Le Coeur de Thomas.

Notes et références[modifier | modifier le code]