Montalzat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Montalzat
Le pigeonnier de l'aire de servicedu Bois de Dourre.
Le pigeonnier de l'aire de service
du Bois de Dourre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn-et-Garonne
Arrondissement Montauban
Canton Quercy-Aveyron
Intercommunalité Communauté de communes du Quercy caussadais
Maire
Mandat
Yves Vayssié
2014-2020
Code postal 82270
Code commune 82119
Démographie
Gentilé Montalzatais
Population
municipale
667 hab. (2014)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 12′ 33″ nord, 1° 30′ 02″ est
Altitude Min. 115 m – Max. 306 m
Superficie 27,50 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte administrative de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Montalzat

Géolocalisation sur la carte : Tarn-et-Garonne

Voir sur la carte topographique de Tarn-et-Garonne
City locator 14.svg
Montalzat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montalzat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montalzat

Montalzat est une commune française située dans le département de Tarn-et-Garonne, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Montalzatais.

Géographie[modifier | modifier le code]

Montalzat est une commune située sur le Petit Lembous dans le Quercy. Elle est traversée par la route nationale 20 et l'autoroute A20. Sur cette dernière, l'aire de service du Bois de Dourre est située sur le territoire communal.

Histoire[modifier | modifier le code]

La bastide, fondée par les seigneurs Bernard, Bertrand et Gaillard de La Garde, fut cédée à Raymond VII le 10 juin 1232. Son nom a été altéré par une fausse étymologie : sa forme primitive était Mont Auzat, c'est-à-dire « mont hardi, mont audacieux ».

Deux mottes féodales rappellent qu'elle fut le siège d'une seigneurie qui dépendait de la baronnie de Caussade et dont les principaux seigneurs furent les Caminade et les Boissy d'Auterive.

Le 17 janvier 1369, durant la guerre de Cent Ans, c'est la bataille de Montalzat où les troupes françaises défont les troupes anglaises, dont les survivants seront à nouveau écrasés le 20 janvier à la bataille de Mirabel[1].


Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Montalzat Blason De gueules au monticule d'argent sommé d'un arbre de quatre branches horizontales sans feuille du même, surmonté d'une croix cléchée, vidée et pommetée de douze pièces d'or, au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys aussi d'or.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 en cours Yves Vayssié UMP  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[3],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 667 habitants, en augmentation de 6,72 % par rapport à 2009 (Tarn-et-Garonne : 5,26 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 320 1 329 1 394 1 446 1 363 1 325 1 288 1 368 1 304
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 242 1 253 1 188 1 190 1 033 1 263 1 093 978 928
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
898 897 835 741 739 752 702 695 666
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
653 684 548 556 521 527 537 625 667
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Viticulture : vignoble des coteaux-du-quercy (AOVDQS).

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le château de Montalzat est une bâtisse datant des années 1850 flanquée de deux tours et couverte d'ardoise. Il abrite la mairie et a récemment été équipé d'un ascenseur panoramique permettant l'accès à l'étage supérieur à partir d'une terrasse offrant un superbe point de vue.

Sur la commune, la gare de Borredon fut le lieu d’arrivée des trains amenant vers le camp de concentration de Judes, près du village de Septfonds. Des milliers d’Espagnols y furent internés dans des baraques qu’ils construisirent eux-mêmes. Le témoignage du fils du chef de gare de l’époque dit ceci :

« L’arrivée des internés de l’armée républicaine espagnole pour les diriger vers le camp de Judes où ils se rendront à pied (6 km). À Argelès, le sable de la plage leur servait de lit. À Septfonds, c’est l’herbe rase d’un pré, en bordure d’un ruisseau, qui les attend. Leur calvaire n’est pas fini. Aucun baraquement n’est prêt pour les premiers arrivants. Ils furent près de 3 000, en deux jours, à attendre sous la pluie… Tous les hommes, harassés par tant de marche à pied, par tant de séjours dans tous les camps d’accueil… Les autorités civiles et militaires ont préféré la discrétion de la gare de Borredon, perdue en pleine campagne, pour ne pas encourager les mouvements de sympathie qu’auraient pu entraîner la traversée de Caussade. L’essentiel était de ne pas effaroucher les braves gens. La gare de Borredon a vu les prémices de la guerre avant qu’elle ne voit le drame de ceux qui, conduits par les SS, partiront du camp de Judes pour les camps de la mort en Allemagne. »

Aujourd'hui acquise par l'association MER 82 (Mémoire de l'Espagne Républicaine de Tarn-et-Garonne), cette gare a été inscrite à l'inventaire supplémentaire des Monuments et des Sites.[réf. nécessaire]

Le monument aux morts a été érigé en 2002, sur un ancien cimetière désaffecté, en hommage aux 41 Montalzatais morts pour la France durant les guerres de 1914-1918 et 1939-1945.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. [PDF] La bataille de Montalzat (17 janvier 1369), p. 21 sur le bulletin municipal no 32 de la commune de Vazerac, consulté le 20 octobre 2013.
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .