Le Drapeau noir, l'Équerre et le Compas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le Drapeau noir, l'Équerre et le Compas
Image illustrative de l'article Le Drapeau noir, l'Équerre et le Compas
La couverture de l'édition de 1996.

Auteur Léo Campion
Pays Drapeau de la Belgique Belgique Drapeau de la France France
Genre essai
Éditeur Éditions Culture et liberté, Éditions Goutal-Darly, Éditions Alternative Libertaire
Date de parution 1969, 1978, 1996, 2002 et 2004
Illustrateur Léo Campion
Couverture Babar (Roger Noël) (éditions 1996, 2002 et 2004)
Léo Campion, Les Anarchistes dans la franc-maçonnerie ou les Maillons libertaires de la chaîne d'union, 1969.
Léo Campion, Le Drapeau noir, l'Équerre et le Compas, 1978.

Le Drapeau noir, l'Équerre et le Compas est un recueil de biographies d'anarchistes francs-maçons et/ou de francs-maçons libertaires écrit par Léo Campion.

Pour l'auteur, « la vocation libertaire de la franc-maçonnerie est indéniable »[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Léo Campion a d'abord réservé cet ouvrage à une diffusion strictement interne à la franc-maçonnerie. Il fut édité, une première fois en 1969, sous le titre Les Anarchistes dans la franc-maçonnerie ou les Maillons libertaires de la chaîne d'union à l'initiative de René Bianco aux éditions Culture et Liberté.

En 1978, revu et considérablement remanié, il fut édité, cette fois à l'intention de tous les publics, sous le titre actuel Le Drapeau noir, l'Équerre et le Compas aux Éditions Goutal-Darly (Montrouge)[2].

En 1996, une synthèse de ces deux versions fut éditée par la Maison de la solidarité et de la fraternité d'Évry et les Éditions Alternative libertaire, rééditée une première fois en 2002, puis en 2004, sous la forme d'une brochure afin de lui donner une plus large diffusion.

En 2012, les Éditions Alternative libertaire mettent en ligne le texte dans sa version intégrale de 2002 et 2004[3].

Argument[modifier | modifier le code]

Selon l'auteur : « Pour les anarchistes, comme pour les francs-maçons, le dénominateur commun est l'homme. Anarchisme et maçonnerie sont basés tous deux sur une morale du comportement de l'homme. Tous deux prétendent à l'universalité. Tous deux associent, complémentairement et harmonieusement, l'individu au social. »[4]

Dans l'ouvrage, il étudie cette double identité au travers des biographies de :

ainsi que lors d'événements historiques comme la Commune de Paris ou dans des organisations comme la CNT-FAI.

Citation[modifier | modifier le code]

Signature Léo Campion.PNG

« Si les maçons anarchistes sont une infime minorité, la vocation libertaire de la maçonnerie est indéniable. Elle est la seule association à laquelle puisse adhérer celui qui n'adhère à rien. »

— Léo Campion

Divers[modifier | modifier le code]

Une loge maçonnique du Grand Orient de France a été fondée le 8 juin 1996, sous le nom de « Léo Campion », pour « vivre de manière libertaire leur franc-maçonnerie »[5].

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Ragon, Dictionnaire de l'anarchie, Albin Michel, 2008, lire en ligne.
  • Paola Salerni, Anarchie, Langue, Société. « L'Etna chez soi » de Villiers de l'Isle-Adam, Presses de l'université de Paris-Sorbonne, Paris, 2008, lire en ligne.
  • Monique Cara, Jean-Marc Cara, Marc Jode, Dictionnaire universel de la franc-maçonnerie, Larousse, 2011, 640 pages, lire en ligne.
  • Anarchisme et Franc-maçonnerie, La Voûte étoilée, lire en ligne.
  • François Koch, Être à la fois anarchiste et franc-maçon. La liberté plutôt que l’ordre ?, L'Express, 7 mars 2011, lire en ligne.
  • Christian Laporte, « Le Drapeau noir, le Compas et l'Équerre », Le Soir,‎ (lire en ligne).
  • Pol Defosse, Dictionnaire historique de la laïcité en Belgique, Luc Pire Éditions, 2005, page 48.

Sur les relations entre franc-maçonnerie et anarchisme[modifier | modifier le code]

  • Édouard Boeglin, Anarchistes, Francs-maçons et Autres Combattants de la liberté, Graffic - Bruno Leprince, 1998, 286 pages.
  • Françoise Jupeau Réquillard, L'Initiation des femmes, ou, Le Souci permanent des francs-maçons français, Éditions du Rocher, 2000, 316 pages.
  • Collectif, Franc-maçonnerie et Anarchisme, Noir et Rouge, no 5, 1957.
  • Christophe Bitaud, L'unique et l'Initié : Franc-Maçonnerie et Anarchie, Theolib, 2014, (ISBN 978-2365000758), notice.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ex Libris, « Qui sont les francs-maçons ? (Emmanuel Thiébot) », sur Médias-Presse-Info, .
  2. Nicolas Inghels, Histoire du mouvement anarchiste en Belgique francophone de 1945 à aujourd'hui, revue Dissidences, 3 novembre 2011, bibliographie.
  3. En lecture libre sur le site Alternative Libertaire ou en pdf
  4. Paola Salerni, Anarchie, langue, société: L'Etna chez soi de Villiers de l'Isle-Adam, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 2004, page 180.
  5. Loge « Léo Campion » de la région grenobloise, présentation en ligne.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]