Eugène Pottier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pottier.
Eugène Pottier
Eugène Pottier.jpg
Eugène Pottier vers 1870-1875
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 71 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Eugène Edine PottierVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de
Arme
Conflits
Condamnation
Père-Lachaise - Division 95 - Pottier 01.jpg
Sépulture de Pottier au Père-Lachaise.

Eugène Pottier, né le à Paris où il est mort le , est un goguettier, poète et révolutionnaire français, auteur des paroles de L'Internationale.

Biographie[modifier | modifier le code]

Dessinateur sur étoffes, Eugène Pottier compose sa première chanson, Vive la Liberté, en . En , il publie Il est bien temps que chacun ait sa part. Il participe à la Révolution de 1848. Sous le Second Empire, il crée une maison d'impression sur étoffes et, en , il est à l'origine de la création de la Chambre syndicale des dessinateurs, qui adhère ensuite à la Première Internationale.

Membre de la garde nationale, il participe aux combats durant le siège de Paris de 1870, puis il prend une part active à la Commune de Paris, dont il est élu membre pour le 2e arrondissement. Il siège à la commission des Services publics. Il participe aux combats de la Semaine sanglante. En juin , caché dans Paris, il compose son poème L'Internationale et se réfugie en Angleterre. Condamné à mort par contumace le , il s’exile aux États-Unis, d'où il organise la solidarité pour les communards déportés. C'est de là aussi qu'il adhère à la franc-maçonnerie[1],[2], puis au Parti ouvrier socialiste d'Amérique. Ruiné et à demi paralysé, il revient en France après l’amnistie de 1880.

Eugène Pottier fréquente les goguettes. En , il présente une chanson au concours de la célèbre Lice chansonnière et remporte la médaille d'argent.

Il retrouve à cette occasion le chansonnier Gustave Nadaud qu'il avait croisé en et à qui il avait alors fait une forte impression[3].

Grâce à ces retrouvailles une cinquantaine de chansons sont publiées pour la première fois en et sauvées de l'oubli par Nadaud, qui, très loin de partager ses opinions politiques, admire néanmoins beaucoup le talent poétique de Pottier, dont il a financé l'impression du recueil, en terminant sa préface élogieuse par ce distique :

La politique nous sépare
Et la chanson nous réunit.

Cette initiative de Nadaud incitera les amis politiques de Pottier à publier, en , ses Chants révolutionnaires, volume comprenant une préface d'Henri Rochefort[4], et incluant pour la première fois le texte de L'Internationale.

C'est la même année qu'un jeune professeur guesdiste, Charles Gros, lui-même poète, remarque le texte et le communique à la section lilloise du Parti ouvrier. Le maire de Lille demande alors à Pierre Degeyter, autre Lillois, quoique né le à Gand, de le mettre en musique.

Eugène Pottier acquiert la célébrité un an après sa mort, en . Une souscription est ouverte dès [5] par le journal la Clameur Révolutionnaire de Louis Besse, pour qu'un monument soit érigé en son honneur, mais celui-ci ne verra jamais le jour et il faudra attendre pour que seule sa tombe soit modestement décorée.

Jean Ferrat évoque Pottier dans sa chanson La Commune. Ses chansons sont reprises après sa mort, que ce soit par des artistes d'inspiration socialiste, communiste, anarchiste ou libertaire comme Pierre Degeyter. En 2010, Sébastien Ducret a mis en musique plus d'une vingtaine de textes d'Eugène Pottier[6]. Le premier disque entièrement consacré à Eugène Pottier est sorti en décembre 2011, il s'intitule : Quel est le fou ?

Eugène Pottier est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (95e division) à Paris.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Eugène Pottier, Chants Révolutionnaires, ix.
  2. Marc de Jode, Monique Cara et Jean-Marc, Dictionnaire universel de la Franc-Maçonnerie, Paris, Larousse, , 640 p. (ISBN 978-2-03586-136-8, lire en ligne), p. 506.
  3. Le récit de cette rencontre improbable est conté dans Jean-François Gonon, Histoire de la chanson stéphanoise et forézienne depuis son origine jusqu'à notre époque, Saint-Étienne, Imprimerie coopérative L'Union typographique, (lire en ligne), xxvi.
  4. Brécy, 1990, p. 136.
  5. "L'Intransigeant" du
  6. Quel est le fou ? (le monde ou moi ?)

Recueils de poèmes et chansons[modifier | modifier le code]

Sources historiques[modifier | modifier le code]

  • Maurice Choury, Eugène Pottier, auteur de l'Internationale, Paris, les Amis de la Commune de Paris-1871, .
  • Ernest Museux, Eugène Pottier et son œuvre : les défenseurs du prolétariat, Paris, Jean Allemane, (lire en ligne).
  • Ernest Museux, Almanach Eugène Pottier pour 1912, Paris ; Saint-Quentin, s. n., s. d. (lire en ligne).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :