Herbert Selpin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Herbert Selpin
Description de l'image Herbert Selpin.jpg.
Naissance
Berlin, Allemagne
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Décès (âgé de 40 ans)
Berlin, Drapeau de l'Allemagne
Profession Réalisateur, scénariste
Films notables Titanic

Herbert Selpin (né le - mort le ) est un réalisateur allemand, connu principalement pour un seul film produit par la Universum Film AG sous le IIIe Reich : Titanic, en 1943. Il est considéré comme une des premières victimes, dans le cinéma dirigé par Goebbels, du raidissement du régime nazi vis-à-vis du monde du cinéma pendant la période de guerre[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Wikitext.svg
La mise en forme de cette section ne suit pas les recommandations concernant la typographie, les liens internes, etc. (septembre 2017). Découvrez comment la « wikifier ».

Après avoir suivi des études médicales à Berlin, il a occupé successivement les emplois de danseur, boxeur, bibliothécaire et marchand d'art. Puis, il a effectué un stage dans la prestigieuse société de production cinématographique berlinoise "Universum Film AG" (UFA), et a travaillé en 1926 sur le tournage du film "Faust, une légende allemande", sous la direction de Friedrich Wilhelm Murnau (1888-1931).

Ensuite, Selpin a été employé par la filiale européenne de la Fox Film Corporation, où il a occupé plusieurs postes, dont, en 1927, celui d’assistant réalisateur sur le tournage du film "Berlin, symphonie d’une grande ville" de Walther Ruttmann (1887-1941).

En 1931, Selpin s’est vu confier par Excelsior Films, la réalisation du long métrage "Chauffeur Antoinette" (diffusé en France sous le titre "Conduisez-moi madame"). Au cours des deux années suivantes, il est entré en conflit avec le parti nazi qui lui a reproché de présenter les Britanniques sous un angle favorable dans ses films.

À partir de 1933, Selpin a réalisé des films de propagande pour les studios UFA, qui étaient alors sous le contrôle du ministre de la Propagande, Joseph Goebbels. Plusieurs de ces films furent un échec commercial, notamment "Schwarzhemden" en 1933, "Die Reiter von Deutsch-Ostafrika" en 1934 et "Alarm in Peking" en 1937. Mais en 1941, le film anti-britannique "Carl Peters" connut un réel succès. Il fut suivi d'un autre film de propagande : "Geheimakte W. B.1", en 1941-1942.

Selpin a été choisi par Goebbels pour tourner le film "Titanic", d’après un scénario nettement anti-britannique de Walter Zerlett-Olfenius (1897-1975). Joseph Bruce Ismay (1862-1937), président de la White Star Line, ainsi que les investisseurs britanniques et américains, se voient reprocher de chercher à obtenir à tout prix le "Ruban bleu" lors de la traversée inaugurale, sans se soucier des risques encourus par les passagers ; et ce, dans le seul but de contrecarrer la concurrence de la ligne Cunard..., et donc de gagner encore plus d'argent. Dans le film de Selpin, seul le premier officier Petersen, un Allemand, critique ouvertement les pressions subies par le capitaine du navire pour l'inciter à augmenter la vitesse du paquebot.

Le ministre allemand de la Propagande Goebbels attendait beaucoup du tournage du "Titanic", mais il fut désastreux, notamment à cause de l’état d’ébriété des soldats allemands qui avaient été recrutés comme figurants, et qui mirent à mal le planning. Connu pour son caractère colérique, Selpin s’en plaignit amèrement, et il se répandit en propos sarcastiques sur la guerre et sur la Wehrmacht. Dénoncé par son propre ami, Walter Zerlett-Olfenius, il fut convoqué pour s’expliquer en présence de Joseph Goebbels ; mais il refusa de se rétracter, et fut arrêté le 31 juillet 1942 pour ses propos défaitistes.

Le lendemain de son arrestation, Selpin a été retrouvé mort dans sa cellule, pendu avec ses bretelles. Mais selon une rumeur persistante, il aurait été assassiné sur les ordres de Goebbels, qui aurait préféré sacrifier le cinéaste, plutôt que d’entrer en conflit avec la Gestapo. Selon cette rumeur, dans la nuit du 31 juillet au 1er août 1942, deux gardes sont entrés dans la cellule de Selpin, et l’ont pendu aux barres d'une fenêtre en utilisant ses bretelles de pantalon.

Bien que Goebbels ait tenté de dissimuler la vérité, la mort brutale de Selpin se répandit rapidement dans le cénacle cinématographique berlinois qui était particulièrement remonté contre Zerlett-Olfenius. Goebbels riposta en décrétant que toute personne qui ostraciserait le scénariste, aurait à en répondre devant lui. Par ailleurs, il ordonna que le nom de Selpin ne figure pas dans le générique du film "Titanic".

Celui-ci a été achevé l’année suivante par Werner Klingler (1903-1972). Il a coûté près de 4 millions de reichsmarks..., mais Goebbels a finalement renoncé à le diffuser car il craignait que la catastrophe du navire ne démoralisât le public allemand. Quelques séances de projection ont toutefois eu lieu dans les pays occupés par l’Allemagne ; et plus tard, dans une version expurgée, en Allemagne de l'Est. Quatre scènes du film ont été incorporées dans un autre film de 1958 dédié au paquebot : "A Night to Remember" (sorti en France sous le titre "Atlantique, latitude 41°"), de Roy Ward Baker (1916-2010).

Filmographie partielle[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Guido Knopp, Hitler's Women, Routledge, 2009, p. 245-246.