Chanterelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Chanterelle
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
l'appellation « Chanterelle » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Description de cette image, également commentée ci-après
Chanterelle jaune (Craterellus lutescens).

Taxons concernés

Chanterelle est un nom français ambigu recouvrant plusieurs espèces de champignons distinctes. Le point commun à ces champignons réside dans leur forme, qui est aussi l'étymologie du terme : Kantharos, coupe à boire.

Il peut désigner la girolle (Cantharellus cibarius), ou d'autres espèces, en particulier des genres Cantharellus et Craterellus, par exemple la chanterelle en tubes (Craterellus tubaeformis) ou la chanterelle jaune (Craterellus lutescens), généralement vendues sous le seul nom de chanterelles. Enfin, le nom de chanterelle est ou a été appliqué à des espèces n'appartenant à aucun des deux genres précités, mais qui s'en rapprochent par leur forme évasée, comme la chanterelle violette (Gomphus clavatus), la fausse-chanterelle des charbonnières, Faerberia carbonaria, anciennement dite chanterelle des charbonnières, ou la fausse chanterelle (Hygrophoropsis aurantiaca).

Listes alphabétiques des noms normalisés[modifier | modifier le code]

Chanterelles[modifier | modifier le code]

La Société mycologique de France[1] et les mycologues du Québec[2] ont établi un certain nombre de noms normalisés pour les différentes espèces de chanterelles les plus connues :

Voir aussi les « fausses-chanterelles » :

Girolles[modifier | modifier le code]

Pour les champignons du genre Cantharellus, ce même comité recommande les noms suivants :

Commerce[modifier | modifier le code]

Une norme de la Commission économique pour l'Europe des Nations unies, la norme CEE-ONU FFV-55 « concernant la commercialisation et le contrôle de la qualité commerciale de la famille des chanterelles » est consacrée à ces champignons. Ce document, dans son édition de 2014, cite plusieurs espèces du genre Cantharellus comme appartenant au type commercial « girolle » et cite Craterellus lutescens et Craterellus tubaeformis comme appartenant au type commercial « chanterelle ». Il cite enfin la trompette des morts (Craterellus cornucopioides) comme appartenant au type commercial « trompette »[3].

La France est un grand importateur de chanterelles. En 2014 ont été exportées mensuellement en moyenne 25 tonnes et importés 104 tonnes, avec un prix moyen observé à la frontière de 5 200 €/t[4].

Références[modifier | modifier le code]