L'Isle-aux-Coudres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'Isle-aux-Coudres
L'Isle-aux-Coudres
Moulin à vent, Économusée de l'Isle-aux-Coudres
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Québec Québec
Région Capitale-Nationale
Subdivision régionale Charlevoix
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Dominic Tremblay
2017-2021
Code postal G0A 1X0 (L'Isle-aux-Coudres), G0A 2A0 (La Baleine) et G0A 3J0 (Saint-Bernard-sur-Mer)
Constitution
Démographie
Gentilé Coudrilois, oise (officiel)
Marsouin, ouine (populaire)[1]
Population 1 143 hab. (2016)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 24′ 00″ nord, 70° 23′ 00″ ouest
Superficie 2 946 ha = 29,46 km2
Divers
Code géographique 16023
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
L'Isle-aux-Coudres
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
L'Isle-aux-Coudres
Géolocalisation sur la carte : Capitale-Nationale
Voir sur la carte administrative de la zone Capitale-Nationale
City locator 14.svg
L'Isle-aux-Coudres
Géolocalisation sur la carte : Capitale-Nationale
Voir sur la carte topographique de la zone Capitale-Nationale
City locator 14.svg
L'Isle-aux-Coudres
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

L'Isle-aux-Coudres est une municipalité du Québec (Canada) faisant partie de la municipalité régionale de comté de Charlevoix, située dans la région administrative de la Capitale-Nationale. Elle couvre l'intégralité de l'île du même nom, située dans le fleuve Saint-Laurent près de Baie-Saint-Paul.

Trois villages se trouvent sur l'île : Saint-Bernard, Saint-Louis et La Baleine. Depuis 2000, ils ne forment qu'une seule municipalité. L'île est une destination touristique de la région de Charlevoix. L'accès se fait par un traversier, partant du quai de Saint-Joseph-de-la-Rive (partie des Éboulements). On y trouve également un petit aéroport. Dominic Tremblay, son maire, est préfet de la MRC de Charlevoix depuis 2007.

Géographie[modifier | modifier le code]

Si l'Isle-aux-Coudres est liée administrativement à la région de Charlevoix, du point de vue géologique, elle appartient à la région des Appalaches. La faille de Logan, qui sépare le Bouclier canadien et les Basses-Terres du Saint-Laurent des Appalaches, court tout le long du fleuve Saint-Laurent pour passer entre l'île et Charlevoix. D'ailleurs, la roche sédimentaire que l'on retrouve sur le rivage, de la pointe nord-est jusqu'au sud-est de l'île, est caractéristique des Appalaches. À noter aussi que le trafic maritime se fait entre l'île et Charlevoix et non entre l'île et la rive sud du Saint-Laurent, plus large mais moins profond. Au moment de l'impact météoritique de Charlevoix, il y a 362 millions d'années, l'Isle-aux-Coudres n'a pas été touchée puisqu'elle se trouvait plus au sud. Depuis, la région des Appalaches, qui se déplace inexorablement vers l'ouest, a effacé la moitié de l'astroblème (trace laissée par l'impact).

Dans la MRC : Charlevoix.

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Jacques Cartier[modifier | modifier le code]

Lors de son deuxième voyage en Amérique du Nord en 1535, le 6 septembre navigateur Jacques Cartier baptisa l'île du nom d'un arbuste appelé « couldres » à l'époque, qu'on appellera plus tard le coudrier, puis simplement le noisetier[2]. Avec le temps, l'orthographe de « couldres » devient « coudres ».

Premiers colons[modifier | modifier le code]

Avant que les premiers colons ne s'y installent, l'endroit servait de halte pour les navigateurs qui voulaient enterrer des membres de leur équipage, décédés au cours des longs voyages. C'est en 1720 que les premières familles s'installent dans l'île. Vivant d'agriculture et de la pêche, ces paysans devaient trouver tous les moyens pour subvenir à leurs besoins. C'est pour cette raison qu'ils apprirent à naviguer sur le fleuve Saint-Laurent, douze mois par année. Au XXe siècle, les habitants développent le cabotage qui diversifie leur économie. De plus, avec la beauté du paysage, l'industrie touristique connaît un essor marquant.

Histoire municipale[modifier | modifier le code]

Lors de la création des municipalités locales au Canada-Est en 1855, la municipalité de paroisse de Saint-Louis-de-l'Isle-aux-Coudres est créée, couvrant l'île au complet[3]. En 1936, la municipalité de Saint-Bernard-de-l'Île-aux-Coudres s'en détache[4], puis en 1951 c'est la municipalité de La Baleine qui s'en détache à son tour[5]. Une première fusion a lieu en 1994 quand Saint-Louis-de-l'Isle-aux-Coudres et Saint-Bernard-de-l'Île-aux-Coudres se regroupent pour former la municipalité de L'Île-aux-Coudres[6], et par la suite, le 23 août 2000, La Baleine et L'Île-aux-Coudres se regroupent pour former la municipalité actuelle sous le nom légèrement modifié de L'Isle-aux-Coudres[7].

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1996 2001 2006 2011 2016
1 3451 3191 2961 2791 143

Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[10].

L'Isle-aux-Coudres
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2005 Dominic Tremblay Maire depuis 2000 Voir
2009 Voir
2013 Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Galerie[modifier | modifier le code]

Attraits touristiques[modifier | modifier le code]

Sur l'île, les touristes peuvent louer des bicyclettes pour en faire le tour, d'une circonférence de 23 km.

On y trouve également quelques bâtiments et sites patrimoniaux :

  • Moulin à vent de L'Isle-aux-Coudres
  • Moulin à eau de L'Isle-aux-Coudres
  • Maison Leclerc
  • Maison Bouchard
  • Chapelles de procession Saint-Isidore et Saint-Pierre, construites respectivement en 1836 et 1837.
  • Église Saint-Louis, construite en 1885 selon les plans de David Ouellet. On y retrouve 15 fresques de Gaston Masselotte sur la vie de Saint-Louis.
  • Église Saint-Bernard, construite en 1929.
  • Monument du père de la Brosse, érigé en 1848 pour commémorer la première messe du père Jean-Baptiste de la Brosse en 1765.

L'Ile dans la culture[modifier | modifier le code]

L'Isle-aux-Coudres et ses habitants sont les sujets de la « Trilogie de l'Isle-aux-Coudres », regroupant trois documentaires québécois réalisés par le cinéaste Pierre Perreault, dont le premier, Pour la suite du monde, co-réalisé avec Michel Brault, est considéré comme une œuvre pionnière du cinéma direct, et comme un chef d'œuvre du cinéma québécois et canadien[11],[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les gentilés, Commission de toponymie du Québec
  2. Jean-Paul Labourdette, Dominique Auzias, 52 Escapades au Québec, Petit Futé, , p. 34
  3. « Saint-Louis-de-l'Isle-aux-Coudres (paroisse) », sur Maires du Québec (consulté le 1er juin 2020)
  4. « Saint-Bernard-de-l'Île-aux-Coudres (municipalité) », sur Maires du Québec (consulté le 1er juin 2020)
  5. « La Baleine (municipalité) », sur Maires du Québec (consulté le 1er juin 2020)
  6. « L'Île-aux-Coudres (municipalité) », sur Maires du Québec (consulté le 1er juin 2020)
  7. « L'Isle-aux-Coudres (municipalité) », sur Maires du Québec (consulté le 1er juin 2020)
  8. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2006 - L'Isle-aux-Coudres, MÉ » (consulté le 15 juillet 2020)
  9. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2016 - L'Isle-aux-Coudres, MÉ » (consulté le 14 juillet 2020)
  10. « Liste des municipalités divisées en districts électoraux », sur DGEQ (consulté en janvier 2018)
  11. Zone Arts- ICI.Radio-Canada.ca, « Œuvre fondatrice du cinéma québécois, Pour la suite du monde désignée « événement historique » », sur Radio-Canada.ca (consulté le 22 septembre 2019)
  12. « En bref: Pour la suite du monde, un chef-d'oeuvre », sur Le Devoir (consulté le 22 septembre 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]