Saint-Jean-Port-Joli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Jean et Port-Joli.

Saint-Jean-Port-Joli
Saint-Jean-Port-Joli
Saint-Jean-Port-Joli.
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Chaudière-Appalaches
Subdivision régionale L'Islet (Chef-lieu)
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Normand Caron
2017-2021
Démographie
Gentilé Port-Jolien, ienne
Population 3 407 hab.[1] (2016)
Densité 49 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 13′ 00″ nord, 70° 16′ 00″ ouest
Superficie 6 939 ha = 69,39 km2
Divers
Code géographique 17070
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Saint-Jean-Port-Joli

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Saint-Jean-Port-Joli

Géolocalisation sur la carte : Chaudière-Appalaches

Voir la carte administrative de la zone Chaudière-Appalaches
City locator 14.svg
Saint-Jean-Port-Joli

Géolocalisation sur la carte : Chaudière-Appalaches

Voir la carte topographique de la zone Chaudière-Appalaches
City locator 14.svg
Saint-Jean-Port-Joli

Saint-Jean-Port-Joli est une municipalité du Québec située dans la MRC de L'Islet dans la Chaudière-Appalaches[2].

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans la MRC : L'Islet

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Port-Joly, d'où provient le nom du village, fut établie en 1677. La paroisse de saint-Jean-Port-Joli fut érigée canoniquement en 1721. L'église, construite à partir de 1779, est d'une architecture remarquable et abrite de nombreuses sculptures. La municipalité de Port-Joli fut créée en 1845 et devint partie de la municipalité de comté en 1847. La municipalité de paroisse de Saint-Jean-Port-Joli fut établie en 1855 et fut scindée en 1857 en les municipalités de Saint-Jean-Port-Joli et de Saint-Aubert[3].

Tout comme les autres villages de la Côte du sud entre Rivière-Ouelle et Beaumont, toutes les maisons (sauf de très rares exceptions) furent brûlées durant la Conquête en 1759 par le régiment des Fraser Highlanders sur les ordres du général britannique James Wolfe. Toutefois le village se releva graduellement.

Chapelle de procession de Saint-Jean-Port-Joli

Chronologie[modifier | modifier le code]

  • 1er juillet 1845 : Érection de la municipalité de Port Joli.
  • 1er septembre 1847 : Fusion de plusieurs entités municipales dont la municipalité de Port Joli pour former le comté d'Islet.
  • 1er juillet 1855 : Division du comté d'Islet en plusieurs entités municipales dont la municipalité de Port Joli.
  • 15 mars 1969 : La municipalité change son nom pour Saint-Jean-Port-Joli.

Administration[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[4].

Saint-Jean-Port-Joli
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2001 Normand Caron Voir
2005 Jean-Pierre Dubé Voir
2009 Voir
2013 Voir
2017 Normand Caron (2) Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises


Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1996 2001 2006 2011 2016
3 4023 3723 3633 3043 407

Attraits touristiques[modifier | modifier le code]

Avec sa population de 3 407 habitants, cette localité est aujourd'hui un rendez-vous touristique d'importance dans la région, principalement à cause de la présence de nombreux artisans sculpteurs sur bois et de plusieurs évènements culturels. Le village abrite aussi une marina, sur le site de l'ancien quai.

Le village a été nommée capitale culturelle du Canada en 2005 et la vie culturelle y est toujours très active, entre autres à travers quatre festivals.

L'International de sculpture[modifier | modifier le code]

Ce festival présente depuis 1994 le symposium international de sculpture sur bois en taille directe, qui accueille pendant onze jours des sculpteurs professionnels du Québec, du Canada et de l'étranger, qui réalisent, devant le public, une œuvre originale. Le symposium 2007 a sélectionné sept artistes parmi 106 projets. La plupart des œuvres réalisées s’ajoutent à la collection permanente d'une galerie à ciel ouvert, comptant maintenant plus de 90 sculptures, qui peut être visitée en tout temps sur les berges du fleuve Saint-Laurent. Le festival s'accompagne d'ateliers d'initiation à la sculpture, de conférences des artistes, d'expositions d'œuvres et de démonstrations de sculpture sur bois régionale et de sculpture sur sable.

La Fête des chants de marins[modifier | modifier le code]

Cette fête souligne les différents aspects de l'héritage maritime, les légendes, les chants de la mer. Elle propose aussi un menu gastronomique basé sur les produits de la mer ainsi qu'ateliers, concours littéraire, course de voiliers, marché portuaire, films et expositions.

Les violons d'automne[modifier | modifier le code]

Festival de musique centré sur le violon, qui présente de la musique jazz, blues, classique, populaire, traditionnelle, boogie-woogie, gitane, swing, musette, celtique, contemporaine, musique du monde.

La fête d'hiver[modifier | modifier le code]

Présente de la sculpture sur neige, avec volets professionnel et relève. L'évènement s'accompagne d'activités culturelles et sportives et des spectacles.

Résidents célèbres[modifier | modifier le code]

Quelques personnages marquants de la culture québécoise vécurent à St-Jean-Port-Joli, dont:

Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Fleuve Saint-Laurent Saint-Roch-des-Aulnaies,
Sainte-Louise
Rose des vents
N
O    Saint-Jean-Port-Joli    E
S
L'Islet Saint-Aubert

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ouellet, Gérard (2001) Ma Paroisse - Saint-Jean-Port-Joly. Québec, Les Éditions des Piliers, 348 pages. (ISBN 2-9807316-0-9). Réédition de l'ouvrage de 1946.
  • Deschênes, Gaston (1988) L'année des Anglais. La Côte-du-Sud à l'heure de la Conquête. Québec, Septentrion, 176 pages. ( (ISBN 2-921114-00-3)).
  • Hébert, Yves, Montmagny et la Côte-du-Sud, Québec, Les éditions GID, 2005,124 pages (On y trouvera quelques biographies de personnalités de cette municipalité dans cet ouvrage) (ISBN 2-922668-62-2)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :