Petite-Rivière-Saint-François

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Petite-Rivière-Saint-François
Petite-Rivière-Saint-François
La chapelle de Maillard, à Petite-Rivière-Saint-François
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau : Québec Québec
Région Capitale-Nationale
Subdivision régionale Charlevoix
Statut municipal Municipalité
Maire
Mandat
Gérald Maltais
2017-2021
Démographie
Gentilé Riverain, aine
Population 814 hab. (2016)
Densité 6,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 18′ 00″ nord, 70° 34′ 00″ ouest
Superficie 13 403 ha = 134,03 km2
Divers
Code géographique 16005
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Canada

Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Petite-Rivière-Saint-François

Géolocalisation sur la carte : Québec

Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Petite-Rivière-Saint-François

Géolocalisation sur la carte : Capitale-Nationale

Voir la carte administrative de la zone Capitale-Nationale
City locator 14.svg
Petite-Rivière-Saint-François

Géolocalisation sur la carte : Capitale-Nationale

Voir la carte topographique de la zone Capitale-Nationale
City locator 14.svg
Petite-Rivière-Saint-François
Liens
Site web Site officiel

Petite-Rivière-Saint-François est une municipalité du Québec (Canada), située dans la municipalité régionale de comté de Charlevoix, dans la région administrative de la Capitale-Nationale[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Elle est nommée en l'honneur de François d'Assise, ayant reçu son nom dès 1603 par Samuel de Champlain.

La Commission de toponymie du Québec écrit à son propos : « C'est à la rivière qui sillonne ce territoire qu'a d'abord été attribué le nom de Petite Rivière, relevé sur la carte de Jean Bourdon (vers 1641) et sur celle de Nicolas Bellin (1761), lequel a par la suite été transféré au village érigé en 1845 dans la région de Charlevoix. À l'origine, il s'agissait de Saint-François-Xavier-de-la-Petite-Rivière, devenu depuis sous la poussée de l'usage Petite-Rivière-Saint-François en 1986, appellation qui reprend celle du bureau de poste de l'endroit créé avant 1856. La dénomination courante transforme souvent cette appellation, par souci de brièveté, en Petite-Rivière, nom qu'elle portait déjà au XVIIe siècle. C'est Champlain qui, dès le mois de juin 1603, avait reconnu cette petite rivière, à l'origine du nom de Petite Rivière[2]. »

Géographie[modifier | modifier le code]

Dans la MRC : Charlevoix

La partie habitée de la municipalité est située sur une étroite bande de terre entre le fleuve Saint-Laurent et les Laurentides. Elle est connue en particulier pour abriter la station de sports d'hiver le Massif.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1675, Claude Bouchard quitte la côte de Beaupré et vint s'y installer; ainsi débutent les activités à Petite-Rivière-Saint-François, le plus vieux lieu de peuplement de Charlevoix.

Petite-Rivière-Saint-François est en quelque sorte le berceau de la colonisation de Charlevoix. La seigneurie de Beaupré qui s'étendait des limites de Beauport jusqu'à la rivière du Gouffre a été concédée à la Compagnie des Cent-Associés en 1636. En 1662, le Séminaire de Québec s'en porte acquéreur. Les terres étant toutes occupées, sur la côte de Beaupré, les habitants réclament de nouvelles concessions. Les seigneurs acceptent alors d'ouvrir au peuplement, la bande de terre de Petite-Rivière-Saint-François. Viennent alors s'installer des colons de Château-Richer et de Cap-Tourmente. De 1675 jusqu'à la fin du XVIIe siècle, 16 terres sont concédées dont une à Claude Bouchard dit le Petit Claude, à Ignace Gasnier (oct. 1677), à René Bien dit Lacroix (oct. 1677), à Pierre Laforest dit Labranche (mars 1678), à Jacques Fortin (juin 1680), à René De La Voye (fils) (juin 1686)...

L'économie de Petite-Rivière s'articulait autour de l'agriculture, l'acériculture, la pêche à l'anguille, la coupe et la transformation du bois, et la fabrication des goélettes.

On constate aujourd'hui que peu de choses ont changé. Si la montagne est maintenant devenue une source importante de revenus par son centre de ski de calibre international, le fleuve amène encore son lot de travail. Le chantier naval perdure, bien que le mode de fabrication et les produits diffèrent. Le cabotage est en quelque sorte réactualisé par les plaisanciers, qui chaque été séjournent à notre marina. Et la pêche à l'anguille, pratiquée de façon traditionnelle, est un bel exemple de continuité qui suscite beaucoup d'intérêt.

Démographie[modifier | modifier le code]

Le recensement de 2011 y dénombre 744 habitants, soit 5,8 % de plus qu'en 2006[3],[4].

Évolution démographique
1991 1996 2001 2006 2011 2016
802753730703744814

Hameaux[modifier | modifier le code]

Culture[modifier | modifier le code]

L'action principale du film La Neuvaine de Bernard Émond se déroule en partie dans le village.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Les élections municipales se font en bloc pour le maire et les six conseillers[5].

Petite-Rivière-Saint-François
Maires depuis 2005
Élection Maire Qualité Résultat
2005 Jean-Guy Bouchard Voir
2009 Gérald Maltais Voir
2013 Voir
2017 Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises


Municipalités limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Baie-Saint-Paul Fleuve Saint-Laurent, L'Isle-aux-Coudres Rose des vents
N
O    Petite-Rivière-Saint-François    E
S
Saint-Tite-des-Caps,
Sault-au-Cochon
Fleuve Saint-Laurent,
Saint-Antoine-de-l'Isle-aux-Grues
Fleuve Saint-Laurent, Saint-Jean-Port-Joli

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]