Jean-Christophe Bailly

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bailly.
Jean-Christophe Bailly
Naissance (67 ans)
Paris
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres
Récit, essai, poésie, théâtre

Œuvres principales

Jean-Christophe Bailly, né à Paris le , est un écrivain, poète et dramaturge français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Très tôt, Jean-Christophe Bailly décide de se consacrer à l’écriture. Son ouvrage Tuiles détachées explique cette décision, ainsi que plusieurs étapes importantes pour la formation de son style. Proche du surréalisme lors de son entrée en littérature, il s’en est éloigné. Sa pensée constitue la continuité moderne de certaines idées du romantisme allemand : l’idée d’un sens sans frontières et aux formes mouvantes, dans l'esprit de ce que Novalis appelle l’Encyclopédie.

Il a fondé et dirigé les revues Fin de siècle (avec Serge Sautreau, quatre numéros, 1974-1976[1]) et Aléa (neuf numéros, 1981-1989[2]). Il a également dirigé les collections « Détroits » chez Christian Bourgois (avec Michel Deutsch et Philippe Lacoue-Labarthe) et « 35-37 » chez Hazan.

Docteur en philosophie, il enseigne à l’École nationale supérieure de la nature et du paysage de Blois, dont il dirige la publication Les Cahiers de l’École de Blois depuis 2003.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • Célébration de la boule, Le Jas-du-Revest-Saint-Martin, Robert Morel, 1968, fascicule (47 p.)
  • Au-delà du langage : essai sur Benjamin Péret, Paris, Éric Losfeld, 1971
  • Jean-Pierre Duprey, Paris, Seghers, 1973
  • La Légende dispersée : Anthologie du romantisme allemand, Paris, 10/18, 1976 (rééd. Paris, Bourgois, 2000)
  • Wozu ? : à quoi bon des poètes en un temps de manque ? (codirigé avec Henri-Alexis Baatsch), Paris, Le Soleil Noir, 1978
  • Le Vingt janvier, Paris, Bourgois, 1980
  • Le Paradis du sens, Paris, Bourgois, 1989
  • L’Atelier bleu, Paris, La Pionnière, 1990
  • La Fin de l’hymne, Paris, Bourgois, 1991
  • La Comparution (politique à venir) (avec Jean-Luc Nancy), Paris, Bourgois, 1991
  • La Ville à l’œuvre, Paris, Bertoin, 1992 (rééd. Besançon, Éd. de l'Imprimeur, 2000)
  • Adieu : essai sur la mort des dieux, La Tour-d'Aigues, Éditions de l'Aube, 1993 (rééd. Nantes, Cécile Défaut, 2014)
  • Le Propre du langage, voyages au pays des noms communs, Paris, Seuil, 1997
  • Panoramiques, Paris, Bourgois, 2000
  • Le Pays des animots, Paris, Bayard, 2004
  • Le Champ mimétique, Paris, Seuil, 2005
  • Rimbaud parti (avec Jacqueline Salmon), Paris, Marval, 2006
  • Le Versant animal, Paris, Bayard, 2007
  • L’Instant et son ombre, Paris, Seuil, 2008
  • Le Visible est le caché, Paris, Le Promeneur, 2009
  • Le Temps fixé, Paris, Bayard, 2009
  • La Véridiction sur Philippe Lacoue-Labarthe, Paris, Bourgois, 2011
  • "L'action solitaire du poème", dans Toi aussi tu as des armes - Poésie et politique, ouvrage collectif, Paris, La Fabrique éditions, 2012, 202 p. (ISBN 978-2-35872-025-0)
  • Le Parti pris des animaux, Paris, Seuil, 2013
  • La Phrase urbaine, Paris, Seuil, 2013
  • L’Élargissement du poème, Paris, Bourgois, coll. « Détroits », 2015

Récits[modifier | modifier le code]

- Prix Décembre 2011[3]

Écrits sur l'art[modifier | modifier le code]

  • Max Ernst : apprentissage, énigme, apologie (avec Henri-Alexis Baatsch et Alain Jouffroy), Paris, Bourgois et Éditions étrangères, 1976
  • Hommage à Caspar David Friedrich (avec Jacques Monory), Paris, Bourgois, 1977
  • Monory, Paris, Maeght, 1979
  • Duchamp, Paris, Hazan, 1984
  • Piotr Kowalski, Paris, Hazan, 1988
  • Mine de rien, Paris, Galerie de France, 1989
  • Regarder la peinture, Paris, Hazan, 1992
  • Kurt Schwitters, Paris, Hazan, 1993
  • L'Apostrophe muette : essai sur les portraits du Fayoum, Paris, Hazan, 1997
  • Jacques Monory, Neuchâtel, Ides et calendes, 2000
  • Gilles Aillaud, Marseille, André Dimanche, 2005
  • L'Atelier infini : 30 000 ans de peinture, Paris, Hazan, 2007
  • Monory photographe, catalogue Galerie RueVisconti, Paris, 2011
  • Bernard Moninot, Marseille, André Dimanche, 2012
  • Dead Cities, Guillaume Greff, Kaiserin Editions, Reykjavík , 2013.
  • Col Treno[4], photographies de Bernard Plossu, éditions Argol, 2014 (ISBN 978-2-37069-002-9)

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Les îles de la Sonde, in De la déception pure, manifeste froid (avec Yves Buin, Serge Sautreau, et André Velter), Paris, 10/18, 1973
  • L'Astrolabe dans la passe des Français, Paris, Seghers, 1973
  • Le Gramme des sursauts, Paris, Éditions étrangères, 1973
  • Défaire le vide, Paris, Éditions étrangères et Bourgois, 1975
  • L'Étoilement, Montpellier, Fata Morgana, 1979
  • Per modo di vestigio (avec Hervé Bordas), Copal, 1983
  • Pluie douce (avec Jan Voss), Marseille, André Dimanche, 1985
  • L'Oiseau Nyiro, Genève, La Dogana, 1991
  • Blanc sur noir, Bordeaux, William Blake and Co., 1999
  • Basse continue, Paris, Seuil, 2000

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Les Céphéides, Paris, Bourgois, 1983
  • Le Régent, Paris, Bourgois, 1987
  • La Medesima strada (avec Gilles Aillaud et K. M. Grüber), Paris, Bourgois, 1989
  • Pandora, Paris, Bourgois, 1992
  • Lumières (avec M. Deutsch, J.-F. Duroure et G. Lavaudant), Paris, Bourgois, 1995
  • El Pelele, Paris, Bourgois, 2003
  • Poursuites, Paris, Bourgois, 2003
  • Villeggiatura (avec Serge Valletti), Nantes, L'Atalante, 2005
  • Une nuit à la bibliothèque suivi de Fuochi sparsi, Paris, Bourgois, 2006

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]