Serge Sautreau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Serge Sautreau est un poète français, né le à Mailly-la-Ville dans le département de l'Yonne et mort le (à 66 ans).

Biographie[modifier | modifier le code]

Cofondateur de la revue Nulle Part, Serge Sautreau a créé avec Jean-Christophe Bailly la revue Fin de siècle et la Collection froide aux éditions Seghers puis chez Christian Bourgois[1].

Il est l'auteur de traductions d'Adonis et de Sayd Bahodine Majrouh.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Aisha (avec André Velter), Paris, Gallimard, 1966
  • Eloge de l'indifférence, in De la déception pure, manifeste froid (avec Jean-Christophe Bailly, Yves Buin et André Velter), Paris, 10/18, 1973
  • L'Autre page, Paris, Seghers, 1973
  • Paris, le 4 novembre 1973, Paris, Éditions étrangères, 1974
  • Conte rouge pour Paloma (avec André Velter), lithographies de Paul Rebeyrolle, Maeght, 1975
  • Hors, Paris, Christian Bourgois, 1976
  • Le Gai Désastre, Paris, Christian Bourgois, 1980 ; Éditions impeccables, 2012
  • Abalochas, Paris, Pierre Bordas, 1981
  • Alors, Les Cahiers des Brisants, 1986
  • La Séance des 71, Paris, Gallimard, 2000
  • Le Sel de l'Eden, Paris, Au Passe-Montagne, 2000
  • Après vous mon cher Goetz, Mont-de-Marsan, L'Atelier des Brisants, 2001
  • Les naufrages, histoires et rituels, Paris, Hermé, 2003
  • Nicoléon, Mont-de-Marsan, L'Atelier des Brisants, 2005
  • L'Antagonie. Journal 2007-2008, Paris, Gallimard, 2011
  • La Filière Esquiros, Falaise, Éditions impeccables, 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Yves Buin, Serge Sautreau, la ferveur du style, in Les Lettres françaises (supplément à L'Humanité du 15 mai 2010).

Liens externes[modifier | modifier le code]