André Velter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Velter
Description de cette image, également commentée ci-après

André Velter, Collioure, 21 septembre 2011

Nom de naissance André Velter
Naissance (72 ans)
Signy-l'Abbaye
Distinctions
Auteur
Genres

André Velter, né le à Signy-l'Abbaye dans les Ardennes, est un poète, essayiste, chroniqueur et homme de radio français, même s’il ne se reconnaît qu’une seule qualité : celle de « voyageur ». Ses poèmes sont traduits dans une trentaine de langues.

Il a multiplié les collaborations avec d'autres artistes, des photographes, des peintres, des musiciens, des chanteurs, des comédiens, des metteurs en scène.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1963, il rencontre Serge Sautreau à Paris. C’est le début d’une écriture commune, saluée d’emblée par Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre, avec publications de premiers poèmes dans Les Temps modernes, avant l’édition chez Gallimard en 1966 de Aisha[1], dont Alain Jouffroy affirme dans sa préface qu’il s‘agit de « l’un des rares événements de la poésie écrite en langue française depuis 1945 ».

Pendant une dizaine d’années, il publie, seul ou avec Serge Sautreau, chez Fata Morgana, Seghers, Christian Bourgois, avant que de longs séjours en Afghanistan et dans l’Himalaya n’influent de façon décisive sur sa vie et son écriture. La découverte de l’univers tibétain en compagnie de Marie-José Lamothe, qui a entrepris la traduction des Œuvres complètes de l’ermite-poète Milarépa, inspire son recueil Le Haut-Pays (Gallimard), une série d’émissions sur France Culture : Tibet 87, renaissance ou illusion, et deux albums : Peuples du Toit du Monde (Le Chêne) et Ladakh-Himalaya (Albin Michel).

Tout en produisant sur France Culture les séquences de Poésie sur Parole (de 1987 à 2008)[2] et les soirées-spectacles réalisées avec Claude Guerre (Les Poétiques, Orphée-Studio, etc), il ne renonce pas à ses voyages au long cours en Inde, au Tibet et dans tout l’Orient, ce dont témoigne l’ensemble de ses livres de poésie, les chroniques qu’il donne dans le journal Le Monde, autant que la revue Caravanes qu’il dirige avec Jean-Pierre Sicre aux éditions Phébus.

Il reçoit le prix Mallarmé en 1990 pour L’Arbre-Seul (« le livre le plus tonique depuis Alcools d’Apollinaire », selon Alain Borer) et le Goncourt/Poésie en 1996 pour l’ensemble de son œuvre[3]. Concevant la poésie comme l’accès privilégié à la « vraie vie » entrevue par Rimbaud, il multiplie les complicités et les confrontations avec les autres arts. Ainsi plus de cent cinquante livres illustrés par des photographes (Jean Marquis, Gérard Rondeau, Marc Riboud, Marie-Laure de Decker, Marie-José Lamothe, Sabrina et Roland Michaud, Alain Buu, Olivier Dassault, Olivier Deck, Chris Steele-Perkins), par des peintres (Paul Rebeyrolle, Abidine, Ramón Alejandro, Babou, Alain Bar, Lise-Marie Brochen, Dado, Bertrand Dorny, Alexandre Galperine, Marc Gérenton, Francis Herth, Himat, Valentina La Rocca, Bernard Moninot, Jacques Monory, Antonio Saura, Antonio Segui, Vladimir Veličković, Youl, Zao Wou-Ki et surtout, comme « allié substantiel » : Ernest Pignon-Ernest). Ainsi de nombreux récitals et une dizaine de CD enregistrés avec comédiens (Bernard-Pierre Donnadieu, François Chaumette, Jean Négroni, Jean-Luc Debattice, Ghaouti Faraoun, Alain Carré, Laurent Terzieff, Jacques Bonnaffé), musiciens (Jean Schwarz, Philippe Leygnac, Igal Shamir, Pedro Soler, François-René Duchâble, Louis Sclavis, Gaspar Claus), chanteurs (Beñat Achiary, Tenzin Gönpo, Olivier Deck). Ainsi un compagnonnage cavalier avec Bartabas, qui se révèle dans les livrets consacrés aux spectacles du Théâtre équestre et dans les éditions revues et augmentées de Zingaro suite équestre (dessins d’Ernest Pignon-Ernest, Gallimard).

Le printemps 1998 qui, à moins de deux mois d’écart, voit la disparition de Marie-José Lamothe et de Chantal Mauduit, est le plus sombre de son existence[4]. Les textes qui s’écrivent alors s’apparentent à des écrits de survie : Femme de Lumière, Marie-José Lamothe sur les chemins du Tibet (recueil d’hommages publiés par Question De – Albin Michel), L’amour extrême et autres poèmes pour Chantal Mauduit (Poésie/Gallimard)[4]. Si, en de telles circonstances, l’idée de « faire son deuil » le révolte profondément, il trouve cependant l’énergie de poursuivre, voire d’amplifier ses activités. Il donne des récitals dans le monde arabe (avec Adonis et Mahmoud Darwich), en Israël, en Indonésie, au Vietnam, au Mexique, en Inde… Il devient responsable de la collection de poche Poésie/Gallimard. Il crée, avec Jack Lang et Emmanuel Hoog, Le Printemps des Poètes, en 1999, et en assure la direction artistique pendant deux ans. À Reims, il participe à la programmation du festival À scène ouverte, avec Emmanuel Demarcy-Mota. À la Maison de la Poésie de Paris, il organise un hommage à Serge Sautreau, puis des soirées consacrées à François Cheng, Adonis et Juan Gelman

Avec Zéno Bianu, il publie Prendre feu (Gallimard, 2013), un manifeste écrit à deux, mais qui, parlant d’une seule voix, renouvelle l’expérience initiale des années soixante, et garde intacte la volonté de changer et d’enchanter le monde.

Prix[modifier | modifier le code]

Œuvres littéraires[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • Aisha, avec Serge Sautreau, préface d’Alain Jouffroy, Gallimard, 1966.
  • Du Prisme noir, avec Serge Sautreau, Fata Morgana, 1971.
  • La poupée du vent, Christian Bourgois, 1977.
  • Passage en force (1971-1974), préface de Bernard Noël, Le Castor astral, 1994.
  • Étapes brûlées (1974-1978), Le Castor astral, 1996.
  • Dar-î-Nûr, avec Serge Sautreau, Nulle Part, 1978.
  • L’Enfer et les fleurs, Fata Morgana, 1987.
  • Le mausolée du maître blanc, To the happy few, avec Abidine, Fata Morgana, 1988
  • Velickovic, l’épouvante et le vent, Fata Morgana, 1988.
  • Autoportraits, Paroles d’Aube, 1990.
  • L’Arbre-Seul, Gallimard, 1990, repris en Poésie/Gallimard, 2001, (Prix Mallarmé).
  • Le Haut-Pays, Gallimard, 1995 (Goncourt/Poésie).
  • Du Gange à Zanzibar, Gallimard, 1993 (Prix Louise Labé).
  • Ouvrir le chant, Le Castor astral, 1994
  • L'Atelier céleste de Bénarès, Fourmagnac, L'Etoile des limites, 1994
  • Zingaro suite équestre, dessins d’Ernest Pignon-Ernest, Gallimard, 1998, repris en Folio, 2000 (Prix Pégase).
  • La vie en dansant, Gallimard, 2000.
  • Le septième sommet, poèmes pour Chantal Mauduit, Gallimard, 1998.
  • L’amour extrême, poèmes pour Chantal Mauduit, Gallimard, 2000.
  • Une autre altitude, poèmes pour Chantal Mauduit, Gallimard, 2001.
  • Au Cabaret de l’éphémère, Gallimard, 2005.
  • Zingaro suite équestre et Un piaffer de plus dans l’inconnu, dessins d’Ernest Pignon-Ernest, Gallimard, 2005.
  • L’amour extrême et autres poèmes pour Chantal Mauduit, Poésie/Gallimard, 2007 (Prix des Découvreurs).
  • Le Haut-Pays, suivi de La traversée du Tsangpo, Gallimard, 2007.
  • Midi à toutes les portes, Gallimard, 2007.
  • Tant de soleils dans le sang, livre-récital avec Pedro Soler et sept poèmes-tracts avec Ernest Pignon-Ernest, Alphabet de l’espace, 2008. Gallimard, 2014.
  • Extases, avec Ernest Pignon-Ernest, Gallimard, 2008 (Prix de la Nuit du Livre).
  • Paseo Grande, livre-récital avec Olivier Deck et sept poèmes talismans d’Antonio Segui, Gallimard, 2011.
  • Avec un peu plus de ciel, Gallimard, 2012.
  • Zingaro suite équestre et autres poèmes pour Bartabas, dessins d’Ernest Pignon-Ernest, Gallimard, 2012.
  • Prendre feu, avec Zéno Bianu, Gallimard, 2013.
  • Jusqu'au bout de la route, livre-récital avec Gaspar Claus, Gallimard, 2014.

Essais[modifier | modifier le code]

  • Le livre de l'outil, avec Marie-José Lamothe, Hier et Demain, 1976, réédition Phébus.
  • Les outils du corps, avec Marie-José Lamothe, Hier et Demain, 1978, réédition Messidor.
  • « Notes de transit », dans Le mensonge - Chroniques des années de crise, Textes et illustrations réunis et présentés par O. Kaeppelin et I. Messac, Ed. Encres, 1978
  • Les bazars de Kaboul, avec Emmanuel Delloye, photos de marie-José Lamothe, Hier et Demain, 1979, réédition A-M Métaillié.
  • Peuples du toit du monde, photos de Marie-José Lamothe, Chêne-Hachette, 1981.
  • Ladakh-Himalaya, photos de Marie-José Lamothe, Albin Michel.
  • Marelle-Mémoire, photos de Gérard Rondeau, Marval.
  • Ghérasim Luca Passio Passionnément, JMPlace/Poésie, 2001.
  • Attendons Zapata d’urgence, L’Atelier des Brisants, 2001.
  • René Char, photos de Marie-José Lamothe, L’Atelier des Brisants, 2001.
  • Écrire au long cours, L’Atelier des Brisants, 2003.
  • Ciels, photos d'Olivier Dassault, Cercle d'Art, 2005.
  • La Seine des photographes, Gallimard/Monum, 2006.
  • Ernest Pignon-Ernest, Bärtschi-Salomon Éditions, 2007.
  • Ernest Pignon-Ernest, Gallimard, 2014.

Discographie & vidéographie[modifier | modifier le code]

  • Le grand passage, CD Paroles d’Aube, 1994.
  • Ça cavale, CD Paroles d’Aube, 1994.
  • Stentor, avec le groupe Outland, Z. Bianu, A. Velter, CD Terronès/Marge, 2001.
  • Jérusalem 2000, CD Éditions Thélème/Élios Productions, 2001.
  • Tombeau de Chantal Mauduit, par François-René Duchâble et Alain Carré, CD Groupe Ooctave/Frémeaux & Associés, 2001.
  • C'était l’Afghanistan, 3 CD INA/Frémeaux & Associés, 2002.
  • La vie en dansant, CD Autrement dit, 2002.
  • La faute à qui, avec Valérie Rouzeau, CD Éditions Thélème/Élios Productions, 2004.
  • La traversée du Tsangpo, CD Éditions Thélème/Élios Productions, 2004.
  • Décale-moi l’horaire, CD Éditions EPM, 2005.
  • La fiancée bleue, par Alain Carré et Frédéric Vérité, CD Autrement dit, 2007.
  • Tant de soleils dans le sang, DVD Alphabet de l'espace, 2008.
  • Récital équestre, CD Quizas Productions / Celia Records, 2008.

Anthologies[modifier | modifier le code]

  • Les Poètes du Chat Noir, Poésie/Gallimard, 1996.
  • L'Himalaya, Favre, 1997.
  • Orphée Studio, poésie d’aujourd'hui à voix haute, Poésie/Gallimard, 1999.
  • Le Chant des villes, avec Jean-Claude Perrier, Mercure de France, 2006.
  • Il pleut des étoiles dans notre lit, Cinq poètes du Grand Nord, Poésie/Gallimard, 2012.
  • Petite bibliothèque de poésie (de Villon à Rimbaud), Télérama/Gallimard, 2013.

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Fernando Pessoa, Faust, traduit avec Pierre Léglise-Costa, Christian Bourgois, 1990.
  • Adonis, Mémoire du vent, Poésie/Gallimard, 1991.
  • Sayd Bahodine Majrouh, Le Suicide et le chant, Gallimard, 1994.
  • Taslima Nasreen, Une autre vie, traduit avec France Bhattacharya, Stock, 1995.

Préfaces & postfaces[modifier | modifier le code]

  • Jim Morrison, Seigneurs et nouvelles créatures, Christian Bourgois 1976.
  • Vladimir Holan, Pénultième, Orphée/La Différence, 1990.
  • Adonis, Mémoire du vent, Poésie/Gallimard, 1991.
  • Omar Khayam, Rubayat, Poésie/Gallimard, 1994.
  • Sayd Bahodine Majrouh, Le suicide et le chant, Connaissance de l’Orient/Gallimard, 1994.
  • Taslima Nasreen, Une autre vie, Stock, 1995.
  • Les Poètes du Chat Noir, Poésie/Gallimard, 1996.
  • Gérard Chaliand, La marche têtue, Éditions de l’Aube, 1996.
  • Aristide Bruant, Fantaisie triste, L’Atelier des Brisants, 2000.
  • Chris Steele-Perkins, Afghanistan, Marval, 2000.
  • Bartabas, Triptyk, Zingaro, 2000.
  • Ghérasim Luca, Héros-Limite, Poésie/Gallimard, 2001.
  • Roland et Sabrina Michaud, Afghanistan, La Martinière, 2002.
  • Isabelle Delloye, Femmes d’Afghanistan, Phébus, 2002.
  • Bartabas, Loungta, Zingaro, 2003.
  • Yanny Hureaux, Un Ardennais nommé Rimbaud, La Nuée bleue, 2003.
  • François Cheng, À l’Orient de tout, Poésie/Gallimard, 2005.
  • Serge Pey, Poésie publique, poésie clandestine, Le Castor Astral, 2006.
  • Bartabas, Battuta, Zingaro, 2006.
  • Momin Latif, Peut-être moi, Dumerchez, 2007.
  • Alain Buu, Sur les pas des cavaliers, Gallimard, 2007.
  • Paul Éluard, J’ai un visage pour être aimé, Poésie/Gallimard, 2009.
  • Marc Riboud, Les Tibétains, Imprimerie Nationale/Actes Sud, 2009.
  • Alain Mingam, Q, Castor et Polux, 2009.
  • Bartabas, Darshan, Zingaro, 2009.
  • Bartabas, Liturgie équestre, Siramédia, 2010.
  • Valérie Rouzeau, Pas revoir et Neige rien, La Table ronde, 2010.
  • Priscilla Telmon, Himalayas, sur les pas d’Alexandra David-Néel, Actes Sud, 2010.
  • Bartabas et Ko Murobushi, Le centare et l’animal, Zingaro, 2010.
  • Bartabas, Calacas, Zingaro, 2011.
  • Marc Riboud, Choses vues, Imprimerie Nationale/Actes Sud, 2012.
  • Il pleut des étoiles dans note lit, Cinq poètes du Grand Nord, Poésie/Gallimard, 2012.
  • Petite bibliothèque de poésie (Villon, Charles d’Orléans, Scève, Ronsard, Théophile de Viau, La Fontaine, Marceline Desbordes-Valmore, Hugo, Nerval, Baudelaire, Verlaine, Rimbaud), Télérama/Gallimard, 2013.

Œuvres radiophoniques[modifier | modifier le code]

(sur France Culture)

Émissions régulières[modifier | modifier le code]

  • Pour Ainsi Dire (1985-1987)
  • Poésie sur Parole (1987-2008)[5]
  • Agora (1995-1998)

Émissions spéciales[modifier | modifier le code]

  • Miklos Szentkuthy, L’Ogre alchimiste, Budapest, 1987.
  • Tibet 87, renaissance ou illusion, Tibet, 1987.
  • La Route de la Soie, Kashgar-Xian, 1988.
  • À fleur de Pau (avec Geneviève Ladouès), Pau, 1989.
  • Quartier latin, escholiers et goliards, Musée de Cluny (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Paris, 1992.
  • Toulouse à voix haute, Chapelle des Carmélites (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Toulouse, 1993.
  • Nouvelles francophones, Théâtre du Rond-Point (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Paris, 1993.
  • Autour de Jean Tortel, Chapelle Sainte-Claire, Avignon, 1993.
  • Poètes du désir, Chapelle Sainte-Claire, Avignon, 1993.
  • Désir des poètes, Chapelle Sainte-Claire, Avignon, 1993.
  • Paris est un roman d’amour, Vidéothèque des Halles (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Paris, 1994.
  • Pierre Emmanuel, un résistant au quotidien, Vidéothèque de Paris, 1994.
  • Le suicide et le chant, Le Cargo (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Grenoble, 1994.
  • Poésie sans frontière, Théâtre du Rond-Point (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Paris, 1994.

(4 soirées-spectacles sur les zones de conflit : 1 – Serbie/Bosnie/Monténégro ; 2 – Afghanistan ; 3 – Turquie/Kurdistan/Irak ; 4 – Israël/Palestine).

  • Nuit indienne, Pont Saint-Bénezet, Avignon, 1995.
  • Les Poétiques, Théâtre du Rond-Point (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Paris, 1995-1999.

(30 soirées-spectacles dédiées à 30 poètes d’aujourd’hui : Édouard Glissant, Franck Venaille, Nabile Farès, Alain Borer, Ludovic Janvier, Michel Houellebecq, Gil Jouanard, Jacques Rebotier, Jean-Pierre Verheggen, Michel Butor, Yves Buin, Bernard Noël, François de Cornière, Michel Bulteau, Serge Pey, André Du Bouchet, Patrice Delbourg, Jacques Darras, Michelle Grangaud, Gérard Noiret, Zéno Bianu, Jacques Roubaud, Christian Prigent, Guy Goffette, Philippe Delaveau, Jean-Michel Maulpoix, Dominique Sampiéro, Michel Deguy, Franck André Jamme, Serge Sautreau).

  • C’était l’Afghanistan, Maison de la Radio, Paris, 1997.
  • Football-passion, Théâtre du Rond-Point (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Paris, 1998.
  • Poésie d’aujourd’hui à voix haute, Théâtre de l’Odéon (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Paris, 1999.
  • La chambre de Babel, enregistrement studio (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Paris, 1999.
  • Être ici c’est venir d’ailleurs, Théâtre des Bernardines (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Marseille, 1999.
  • Un Grand Jeu poétique, La Comédie de Reims (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Reims, 1999.
  • Polyphonie du corps amoureux, L’Atalante (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Bayonne, 2000.
  • La terre nous est étroite, Maison des Cultures du Monde (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Paris, 2000.
  • Paris gare de l’Est, Maison de la Radio, studio 105 (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Paris, 2000.
  • Babel dernière fugue, Théâtre National (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Cluj, 2000.
  • Orphée reconnaîtra les siens, Nantes, 2000.
  • Beñat Achiary, le Basque universel, Maison de la Radio, Paris, 2001.
  • Guimet en pleine lumière, Musée Guimet, Paris, 2001.
  • Le meeting poétique 1, La Mutualité (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Paris, 2002.
  • Le meeting poétique 2, La Mutualité (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Paris, 2003.
  • Bartabas, Aubervilliers, 2003.
  • Écrire et chanter à Kaboul, Auditorium du Lycée Estiqlal, Kaboul, 2003.
  • Mahmoud Darwich, Maison de la Radio, Paris, 2003.
  • La nuit écoute, BNF (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Paris, 2004.
  • Orphée Studio, Théâtre de l’Aquarium (conçu et réalisé avec Claude Guerre), Paris, 2002-2004.

(12 soirées spectacles : Le poème du siècle dernier ; Franz Kafka / Fernando Pessoa ; Parcours Federico Garcia Lorca ; James Joyce / Samuel Beckett ; Louis Aragon / André Breton ; Parcours Ezra Pound ; Paul Celan / Ghérasim Luca ; Parcours Marina Tsétaeva ; L¹Odyssée de Nikos Kazantzaki ; Bertold Brecht / Antonin Artaud ; Pier Paolo Pasolini / Eugénio de Andrade ; Parcours Jim Morrison).

  • René Char, la rébellion à l’œuvre, Musée Calvet, Avignon, 2007.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Le Monde 11 mai 1990
  2. Archives conservées aux Archives nationales et instrument de recherche disponible dans la salle des inventaires virtuelle.
  3. Libération 12 décembre 1996
  4. a et b Le Monde 31 mars 2000
  5. Les dossiers préparatoires de l'émission entre 1987 et 1997 sont conservés aux Archives nationales et l'instrument de recherche est disponible dans la salle des inventaires virtuelle.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Ouvrages critiques[modifier | modifier le code]

Articles de journaux[modifier | modifier le code]

  • Josyane Savigneau, « Le poème nomade, L'Arbre-Seul, d'André Velter, un recueil où " la poésie vit d'une aventureuse nécessité " », Le Monde,‎ .
  • « André Velter, bourse Goncourt de la poésie. », Libération,‎ (lire en ligne).
  • François Devinat, « Le printemps des poètes. Vers de contact. », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Éric Loret, « Le Printemps des poètes. Les rimes comme elles s'impriment. », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Josyane Savigneau, « André Velter. L'inconsolé. », Le Monde,‎ .
  • Jean-Pierre Perrin, « Chris Steele-Perkins (photographies), Bahodine Majrouh et André Velter (textes)  : Afghanistan », Libération,‎ (lire en ligne).
  • Maïa Bouteillet, « L'«Orphée Studio» en apnée sonore », Libération,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]