Jacques Dupin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dupin.
Jacques Dupin
Naissance
Privas (Ardèche, France)
Décès (à 85 ans)
Paris (Île-de-France, France)
Activité principale
Poète, critique d'art
Auteur
Langue d’écriture français
Genres
Poésie contemporaine

Œuvres principales

Recueils de poèmes et monographies sur des peintres

Jacques Dupin, né le à Privas et mort le à Paris[1], est un poète français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1927, Jacques Dupin passe les premières années de son enfance au sein de l'hôpital psychiatrique dans lequel son père est médecin-chef. Il y fréquente les pensionnaires, surtout les "folles", dont le souvenir pesant donnera naissance au recueil Les Mères. À la mort de son père, en 1931 (Jacques Dupin a alors quatre ans), la mère de Jacques retourne avec lui en Picardie, d'où elle est originaire. En 1939, la mère et le fils retournent à Privas pour s'éloigner de la guerre. Enfin, en 1944, J. Dupin se rend à Paris pour y suivre (en dilettante) des études de droit notarial qu'il abandonne très vite pour se consacrer à une vie artistique intense et variée : il rencontre René Char, qui l'introduit dans le cercle des poètes et artistes parisiens, et lui offre un premier poste de secrétaire de rédaction pour la revue Empédocle, qu'il dirige avec Béguin et Camus.

Ce même René Char préfacera son premier recueil publié, Cendrier du voyage (1950), chez Guy Levis Mano (GLM). Char lui fait rencontrer de nombreux galeristes, par le biais desquels il devient le biographe officiel de Miró. Très tôt attendu comme le successeur de Char, il prend le contre-pied de celui-ci en imposant, de livre en livre, une écriture atypique, souvent en ruptures. Ses textes suscitent l'admiration d'auteurs, de peintres comme Antoni Tàpies. Paul Auster traduit ses poèmes en anglais. Mais c'est dans l'ombre qu'œuvre Dupin, dans le retrait. Jamais tenté par le roman, à peine écrira-t-il une pièce de théâtre, proche tout de même de la forme poétique, L'Éboulement.

Il travaille d'abord pour la galerie Maeght, puis, à la mort d'Aimé Maeght, fonde avec Jean Frémon et Daniel Lelong la galerie Lelong. Cela l'amène à rencontrer de nombreux artistes de son temps, au premier rang desquels Alberto Giacometti et Joan Miró occupent une place majeure dans son œuvre.
Expert de l'œuvre de Miró, il est président du comité de l'ADOM (Association pour la défense de l'œuvre de Joan Miró), qui promeut l'œuvre du peintre et statue sur l'authenticité des œuvres qui lui sont soumises.

Entre 1966 et 1971, il participe à la revue L'Éphémère, mêlant critique d'art et poésie, avec Gaétan Picon, Louis-René des Forêts, Yves Bonnefoy et André du Bouchet. Le lien entre l'art plastique et la poésie est étroit chez J. Dupin, qui ne cessera de revendiquer ce qu'il doit aux artistes, tant dans sa vie personnelle que dans l'élaboration de sa poétique.

Il meurt le à Paris, à l'âge de 85 ans[1]. Oublié des anthologies et des dictionnaires poétiques, c'est pourtant l'une des voix majeures de la poésie d'après 1950.

Distinction[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

Rééditions poche et autre[modifier | modifier le code]

  • L'Embrasure précédé de Gravir et suivi de La Ligne de rupture et de L'Ongle, Poésie/Gallimard, Paris, 1971
  • Le Corps clairvoyant (1963-1982) (rassemble Gravir, L'Embrasure, Dehors et Une apparence de soupirail, préface de Jean-Christophe Bailly, À l'écoute de l'intensité par Valéry Hugotte, et reprise de la préface de Jean-Pierre Richard à L'Embrasure précédé de Gravir), Poésie/Gallimard, Paris, 1999
  • Rien encore, tout déjà (rassemble Chansons troglodytes et Rien encore, tout déjà), Seghers, 2002
  • Ballast (rassemble Contumace, Échancré et Le Grésil), Poésie/Gallimard, Paris, 2009

Essais sur l'art contemporain[modifier | modifier le code]

Essai sur la poésie[modifier | modifier le code]

  • M'introduire dans ton histoire, POL, Paris, 2007

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • L'Éboulement, éditions Galilée, coll. Théâtre/rupture, Paris, 1977

Études[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]