Jan Frodeno

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Jan Frodeno
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (39 ans)
CologneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Activité
TriathlèteVoir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Taille
1,94 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Masse
75 kgVoir et modifier les données sur Wikidata
Sports
Discipline sportive
Entraîneur
Dan Lorang (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Distinctions
Liste détaillée
Silbernes Lorbeerblatt
Saarland Athlete of the Year (d) (, , , et )
Personnalité sportive allemande de l'année ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Jan Frodeno né le à Cologne en Allemagne est un triathlète professionnel médaillé d'or aux Jeux olympiques de 2008 à Pékin, champion du monde d'Ironman et d'Ironman 70.3.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Jan Frodeno est né à Cologne en Allemagne en 1981, il grandi cependant en Afrique du Sud. À l'âge de 15 ans, il commence sa carrière sportive en tant que nageur. Trois ans plus tard, en raison de sa polyvalence dans différentes disciplines sportives, il se dirige vers le sauvetage, où il rencontre l'olympien sud-africain Conrad Stoltz, qui le promeut. Les images des Jeux Olympiques de 2000 à Sydney l'été d'après à la télévision l'ont motivé à se lancer dans le triathlon, toute nouvelle discipline olympique[1].

Début de carrière[modifier | modifier le code]

Né à Cologne, Jan Frodeno commence le sport par la natation. En 2000 à l'âge de 19 ans, il débute en triathlon[2]. Il participe au championnat d'Allemagne de triathlon et se qualifie dans l'équipe nationale en 2002. Il poursuit son entraînement au centre d'entraînement olympique à Sarrebruck [2]. Avant sa victoire olympique, son meilleur résultat est de se classer sixième aux championnats du monde 2007, et de gagner le championnat d'Allemagne. Il remporte également quelques podiums sur diverses courses de la coupe du monde de 2005 à 2008.

Jeux olympiques et championnat du monde[modifier | modifier le code]

Sa médaille d'or aux Jeux olympiques d'été de 2008 est une surprise. Il bat le champion olympique 2000, Simon Whitfield dans un sprint final, tandis que le favori et champion du monde de l'année l'Espagnol, Francisco Javier Gómez termine à la quatrième place. Il remporte cette médaille d'or le lendemain de son vingt-septième anniversaire. Il continue ses participations sur le circuit mondial en 2009 et 2010 et finit 4e dans les séries mondiales de triathlon ces deux années là. Ces résultats préparant son accession au titre de champion du monde, qu'il pense obtenir en 2010. Une 4e place à la grande finale à Budapest suffisant à son sacre. Une blessure en décide autrement malgré tous ces efforts, il finit à la 41e place , perdant le titre global au profit de Francisco Javier Gomez. Il participe aux Jeux olympiques d'été de 2012 et termine 6e[3]. Jan Frodeno arrête sa carrière sur courtes distances (M et S) en 2013 après avoir remporté une médaille d'or avec l'équipe d’Allemagne dans les championnats du monde de triathlon en relais par équipe mixtes à Hambourg.

Triathlon longue distance[modifier | modifier le code]

2013 - 2017[modifier | modifier le code]

Jan Frodeno.

Jan Frodeno s'adonne ensuite aux distances plus longues et aux triathlons d'endurance. Il termine second en 2013 lors des championnats d'Europe Ironman 70.3 à Wiesbaden[4] et remporte sa première victoire sur cette distance, lors du championnat Asie-Pacifique 2014 à Auckland en Nouvelle-Zélande[5]. Il prend la troisième place lors de sa première participation à un Ironman, à l'occasion du championnat d'Europe Ironman[6]. Pour sa première expérience « hawaïenne », il finit l'épreuve à la 3e place du championnat du monde d'Ironman à Kona avec un temps de h 20 min 32 s[7].

En 2015 Jan Frodeno remporte la finale du championnat du monde d'Ironman 70.3 devant son compatriote Sebastian Kienle et le tenant du titre, l'Espagnol Francisco Javier Gómez Noya. Au terme d'une course très disputée qu'il termine en h 51 min 19 s, le champion olympique 2008 sur courte distance, remporte son premier titre majeur sur longue distance[8].

Cette même année après avoir remporté l'Ironman Allemagne en établissant un nouveau record en h 49 min 48 s , c'est en grand favori qu'il ne manque pas son rendez vous avec le titre convoité par tous les triathlètes longue distance du monde. Il devient aussi à cette occasion et après l’Australien Craig Alexander en 2011, le deuxième homme à réaliser le doublé en remportant la même année, les championnats du monde d'Ironman et d'Ironman 70.3[9].

Sorti de l'eau avec quelques secondes de retard sur le premier, le Néo-Zélandais Dylan McNiece et suivi d'un groupe d'une trentaine de triathlètes accusant un retard de 90 secondes. La première partie du parcours vélo n'est pas décisive et jusqu'au demi tour d'Hawi, il reste au contact d'un groupe assez compact de 17 triathlètes. C'est lors de la partie retour que se crée de faibles écarts, l’Américain Timothy O'Donnell lançant quelques attaques à quarante kilomètres de l'arrivée, mais ne parvient pas à décrocher Frodeno qui reprend un léger avantage et en finit pour le vélo avec 30 seconde d'avance sur O'Donnell et 55 sur le tenant du titre, Sebastian Kienle. Il imprime un rythme élevé au marathon et porte son avantage au kilomètre 21, à 2 minutes sur O'Donnell. Son compatriote Andreas Raelert vice-champion du monde 2009 et 2012 effectue une belle remontée et passe Timothy O'Donnell qui lâche prise et perd sa deuxième place. Malgré une fatigue apparente dans les derniers kilomètres, Jan Frodeno termine le marathon en h 52 min 21 s et s'arroge la victoire en h 17 min 43 s. Andreas Raelert pour la troisième fois prend la seconde place, Timotthy O'Donnell au terme d'un ultime effort se maintient sur le podium[9].

2018 - 2019[modifier | modifier le code]

Jan Frodeno 2018 Ironman European Championship Frankfurt

En , l'Allemand remporte un second titre de champion du monde d'Ironman 70.3 à l'issue d'une bataille sportive intense avec le double champion olympique le Britannique Alistair Brownlee et le tenant du titre, l'Espagnol Francesco Javier Gomez. L'Américain Ben Kanute est le premier à terminer la partie natation avec une maigre avance sur le groupe des professionnels de haut niveau capables d'emporter le titre. La partie vélo voit une stabilisation des positions et l'arrivée à la seconde transition met en place le final à venir entre les champions en titre auxquels s'est joint l'Australien Sam Appleton qui ne peut résister à la pression dès les premiers kilomètres de course à pied. La course à pied se résume en une course à trois où l'Allemand garde une courte avance sur le Britannique, suivi de près par l'Espagnol. Tous séparés d'une trentaine de mètres. Après de multiples attaques et résistances, Jan Frodeno finit par creuser un court écart avec Alistair Brownlee à min 20 s, qui devance Javier Gomez de quelques mètres seulement. Les écarts ne se réduisent plus et Jan Frodeno ajoute à 37 ans un second titre de champion à son palmarès[10].

Il annonce en septembre son forfait pour le championnat du monde d'Ironman à Hawaï. Victime d'une fracture de fatigue à la hanche, il ne peut défendre ses ambitions sur cette compétition[11].

En 2019, il revient à son meilleur niveau et remporte pour la troisième fois le championnat du monde d'Ironman. Dans une mer peu calme et au terme des 3800 mètres de natation, il sort de l'eau avec première dizaine de triathlètes. Ce premier groupe a dans ses rangs le tenant du titre, l'Allemand Patrick Lange et le britannique Alistair Brownlee[12].

il démarre la partie vélo dont il prend rapidement le contrôle avec comme premier poursuivant, Alistair Brownlee, Tim O'Donnell, Maurice Clavel et Josh Amberger. Au 110e kilomètre lors du demi-tour d'Hawi, Maurice Clavel et Josh Amberger cèdent du temps et prennent un léger retard sur la tête de course. A cet instant Jan Frodeno conserve la tête de course avec deux minutes trente secondes sur ses premiers poursuivant. Un vent d'Est accompagne la partie retour[13]. Le 130e kilomètre voit l'abandon du tenant du titre Patrick Lange qui n'a jamais pu revenir sur la tête de course. À 30 kilomètre de l'arrivée de la seconde épreuve, Jan Frodeno produit son effort et accélère encore le rythme laissant sans réaction ses deux plus proches poursuivants, l'Américain Tim O'Donnell et Alistair Brownlee qui subissent cette attaque finale sans pouvoir réagir. Il parvient à la seconde transition avec plus de deux minutes sur l'Américain, plus de quatre sur son compatriote Sebastian Kienle revenu dans la course et sur le britannique Alistair Brownlee[12],[14].

Le marathon ne crée pas de surprise, Jan Frodeno déroule une partie course à pied en h 42 min 43 s et conclut en maintenant un bon rythme de course, par un troisième titre de champion du monde assorti du record de l'épreuve. Il établit une nouvelle marque sur l'épreuve reine en h 51 min 13 s et offre une sixième victoire consécutive au triathlon allemand[12],[14],[13].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 2015, à la suite des succès qu'il connait sur les championnats du monde d'Ironman et d'Ironman 70.3, il est élu sportif allemand de l'année par les journalistes sportifs de son pays. Il reçoit cette distinction lors d'une cérémonie organisée dans la ville de Baden-Baden[15].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Jan Frodeno épouse en , après trois ans d'union, la triathlète australienne Emma Snowsill, également médaillée d'or olympique à Pékin en 2008[16].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le tableau présente les résultats les plus significatifs (podium) obtenus sur le circuit international de triathlon depuis 2007[17].

Année Compétition Pays Position Temps
2021 Challenge Gran Canaria Drapeau de l'Espagne Espagne Médaille d'or h 41 min 21 s
Challenge Miami Drapeau des États-Unis États-Unis Médaille d'or h 37 min 57 s
2019 Ironman - Championnat du monde à Kailua-Kona Drapeau des États-Unis États-Unis Médaille d'or h 51 min 13 s
Ironman Allemagne Drapeau de l'Allemagne Allemagne Médaille d'or h 56 min 2 s
Ironman 70.3 Gdynia Drapeau de la Pologne Pologne Médaille d'or h 39 min 36 s
Ironman 70.3 Kraichgau Drapeau de l'Allemagne Allemagne Médaille d'or h 53 min 6 s
2018 Championnat du monde Ironman 70.3 Drapeau d'Afrique du Sud Afrique du Sud Médaille d'or h 36 min 1 s
Ironman 70.3 Kraichgau Drapeau de l'Allemagne Allemagne Médaille d'or h 49 min 5 s
Ironman Allemagne Drapeau de l'Allemagne Allemagne Médaille d'or h 0 min 58 s
Challenge Taiwan Drapeau de Taïwan Taïwan Médaille d'or h 45 min 2 s
Ironman 70.3 Californie Drapeau des États-Unis États-Unis Médaille d'or h 45 min 5 s
2017 Ironman 70.3 Barcelone Drapeau de l'Espagne Espagne Médaille d'or h 3 min 45 s
Ironman Autriche Drapeau de l'Autriche Autriche Médaille d'or h 57 min 20 s
Challenge Taiwan 113 Drapeau de Taïwan Taïwan Médaille d'or h 48 min 20 s
Championnat d'Allemagne longue distance MD Drapeau de l'Allemagne Allemagne Médaille d'or Timing
2016 Ironman - Championnat du monde à Kailua-Kona Drapeau des États-Unis États-Unis Médaille d'or h 6 min 30 s
Challenge Roth Drapeau de l'Allemagne Allemagne Médaille d'or h 35 min 39 s
Ironman 70.3 Dubai Drapeau des Émirats arabes unis Émirats arabes unis Médaille d'or h 34 min 48 s
2015 Ironman - Championnat du monde à Kailua-Kona Drapeau des États-Unis États-Unis Médaille d'or h 14 min 40 s
Championnat du monde Ironman 70.3 Drapeau de l'Autriche Autriche Médaille d'or h 51 min 19 s
Ironman Allemagne Drapeau de l'Allemagne Allemagne Médaille d'or h 49 min 48 s
Ironman 70.3 Barcelone Drapeau de l'Espagne Espagne Médaille d'or h 3 min 28 s
Ironman 70.3 Californie Drapeau des États-Unis États-Unis Médaille d'or h 47 min 8 s
2014 Ironman - Championnat du monde à Kailua-Kona Drapeau des États-Unis États-Unis Bronze medal icon.svg h 20 min 32 s
Championnat du monde Ironman 70.3 Drapeau du Canada Canada Silver medal icon.svg h 42 min 11 s
Ironman 70.3 Californie Drapeau des États-Unis États-Unis Gold medal icon.svg h 49 min 25 s
Ironman 70.3 Auckland Drapeau des États-Unis États-Unis Gold medal icon.svg h 45 min 40 s
2010 WTS Séoul Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud Gold medal icon.svg h 51 min 49 s
WTS Hambourg Drapeau de l'Allemagne Allemagne Silver medal icon.svg h 43 min 23 s
2009 WTS Yokohama Drapeau du Japon Japon Gold medal icon.svg h 44 min 31 s
2008 Jeux olympiques - Pékin Drapeau de la République populaire de Chine Chine Gold medal icon.svg h 48 min 53 s
2007 Championnat d'Europe Drapeau du Danemark Danemark Silver medal icon.svg h 52 min 15 s

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) « Alles geschafft, trotzdem hochmotiviert: Das ist Triathlon-Superstar Jan Frodeno », sur www.allgaeuer-zeitung.de (consulté en juillet 2021).
  2. a et b (en) « Jan Frodeno profil », sur http://www.jan-frodeno.com (consulté le 6 mars 2015).
  3. (en) « London 2012 Triathlon,Individual men Final », sur http://www.olympic.org (consulté le 3 mars 2015).
  4. (it) « Alessandro Degasperi bronzo all’Ironman 70.3 European Championship di Wiesbaden », sur http://outdoorpassion.lastampa.it (consulté le 3 mars 2015).
  5. (en) « NZ triathlon team finish second at World Champs in Hamburg », sur http://www.3news.co.nz (consulté le 6 mars 2015).
  6. (en) « 38 things to know about Kona », sur http://espn.go.com (consulté le 6 mars 2015).
  7. « Viennot brille à Hawaï », sur www.lequipe.fr (consulté le 12 octobre 2014).
  8. (en) Lis Hichens, « Jan Frodeno, Daniela Ryf Claim Ironman 70.3 World Titles », sur http://triathlon.competitor.com, (consulté le 10 octobre 2015).
  9. a et b (en) Liz Hichens, « Jan Frodeno Claims First Ironman World Championship Title », sur http://triathlon.competitor.com, (consulté le 11 octobre 2015).
  10. (en) Timothy Carlson, « After a stirring battle, Jan Frodeno takes 70.3 Worlds », sur slowtwitch.com, (consulté le 3 septembre 2018).
  11. (en) Herbert Krabel, « No Kona 2018 for Jan Frodeno », sur slowtwitch.com (consulté le 12 septembre 2018).
  12. a b et c « Chts du monde Ironman Hawaii : Frodeno retrouve le sommet, Haug le découvre », sur redaction.triathlete.fr, (consulté le 14 octobre 2019).
  13. a et b (en) Dan Empfield, « Jan Frodeno Reclaims the Kona Crown in Record Time », sur slowtwitch.com, (consulté le 15 octobre 2019).
  14. a et b « Ironman Hawaii – Frodeno et Haug triomphent », sur trimag.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  15. « Jan Frodeno, sportif allemand de l'année », sur http://redaction.triathlete.fr (consulté le 23 décembre 2015).
  16. (de) « Jan Frodeno und Emma Snowsill heiraten », sur rp-online.de (consulté le 3 décembre 2014).
  17. « ITU : Jan Fronedo », sur Triathlon.org (consulté le 9 octobre 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]