Nicola Spirig

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicola Spirig
Nicola Spirig Ittigen 2012 (cropped).jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (35 ans)
WinkelVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Conjoint
Autres informations
Taille
1,66 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Poids
53 kgVoir et modifier les données sur Wikidata
Disciplines sportives
Entraîneur
Site web
Distinction

Nicola Spirig, née le à Bülach, est une triathlète professionnelle suisse. Elle est championne olympique des Jeux olympiques d'été de 2012 à Londres, vice-championne du monde et quintuple championne d'Europe de triathlon. Elle est élue sportive suisse de l'année 2012.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et début de carrière[modifier | modifier le code]

Nicola Spirig grandit dans une famille sportive : ses parents Ursula et Josef Spirig sont les deux professeurs de sport et son père l'entraîne dès ses 15 ans[1].

Elle participe à son premier triathlon d'école en 1992, mais c'est en athlétisme qu'elle a du succès chez les juniors au niveau national. Elle devient championne suisse junior sur 5 000 mètres et en cross. Elle atteint la deuxième place des championnats d'Europe juniors de cross en 1999 et en 2000. Pratiquant également le duathlon pendant ces années, elle devient championne du monde junior, championne d'Europe junior et championne du monde des moins de 23 ans[2]. L'Aide sportive suisse l'a choisie comme athlète junior de l'année 2000[3].

En 2001, elle devient championne du monde junior de triathlon après une deuxième place en 1999 et une troisième place en 2000. Lors de la cérémonie du sportif suisse de l'année 2001, elle est élue espoir féminin de l'année. Elle fait aussi partie des meilleures du monde dans la catégorie des moins de 23 ans : elle est deux fois troisième aux championnats du monde et une fois deuxième aux championnats d'Europe. Elle participe à ses premiers Jeux olympiques en 2004 à Athènes, où elle se classe au 19e rang[2].

Carrière en triathlon[modifier | modifier le code]

Nicola Spirig obtient ses premiers succès dans la catégorie élite en 2007, avec une troisième place aux championnats d'Europe à Copenhague. Elle remporte sa première course de coupe du monde à Eilat (Israël) et sa première course dans la catégorie Ironman 70.3 à Rapperswil (Suisse) la même année. Elle gagne à nouveau une course de coupe du monde en 2008 à Kitzbühel (Autriche). Elle se classe sixième des Jeux olympiques d'été de 2008 à Pékin et obtient ainsi un diplôme olympique. En 2009, elle devient championne d'Europe sur courte distance à Holten (Pays-Bas)[2]. Elle peut conserver son titre l'année suivante à Athlone (Irlande)[4]. Elle est également vice-championne du monde de triathlon sur courte distance en 2010[2].

En avril 2012, elle remporte son troisième titre de championne d'Europe à Eilat en Israël. Elle est sélectionnée pour ses troisièmes Jeux olympiques en juin et fait partie de l'équipe suisse pour les Jeux olympiques d'été de 2012 en compagnie de Daniela Ryf, Sven Riederer et Ruedi Wild[5]. Elle devient championne olympique dans une course extrêmement serrée, puisqu'elle termine avec neuf centièmes de seconde d'avance sur la Suédoise Lisa Nordén. C'est la deuxième médaille d'or olympique suisse en triathlon après celle de Brigitte McMahon en 2000[6]. Elle est élue sportive suisse de l'année en décembre 2012[7].

Qualifiée grâce à des minima réalisés en h 42 min 52 s, elle participe le au marathon des championnats d'Europe d'athlétisme de Zurich[8]. Elle finit 24e en battant de plus de cinq minutes son record personnel (h 37 min 12 s)[8],[9]. En 2015, elle remporte la première édition des Jeux européens en Azerbaïdjan.

Rio 2016, course finale avec Gwen Jorgensen

Elle participe aux Jeux Olympique de 2016 à Rio de Janeiro, ou est elle devient vice-championne olympique[10]. Elle cède son titre olympique après un duel au plus haut niveau avec l'Américaine Gwen Jorgensen championne du monde en titre. Dès le départ, la partie natation est emmenée par l'Espagnole Caroline Routier, triathlète parmi les meilleures nageuses du circuit, avec dans son sillage un groupe comprenant la plupart des compétitrices pouvant prétendre au titre. La sortie d'eau et la première transition créent une scission sans grand écart dans le groupe et c'est sur la première boucle du parcours vélo, dès la première difficulté, que les premières attaques provoquent une échappée de seize triathlètes dont Gwen Jorgensen et la Suissesse championne en titre Nicola Spirig. L'échappée collabore suffisamment pour creuser un écart de trois minutes avec le groupe de chasse à l'arrivée de la seconde transition.

Si la première à sortir du parc pour entamer la course à pied est la Sud-Africaine Mari Rabie, cette dernière est rapidement reprise par Gwen Jorgensen et Nicola Spirig qui sur un tempo de course très élevé, lâchent rapidement les autres femmes du groupe et établissent un écart de plus de trente secondes avec les premières poursuivantes. Les premiers tours de la course à pied se résument en un duel tendu entre les deux championnes qui évitent soigneusement de collaborer malgré les demandes répétées de la tenante du titre afin que l'américaine prenne la course à son compte. Au milieu du dernier tour, Nicola Spirig fait mine de ralentir pour obliger Gwen Jorgensen à repasser devant, celle-ci en profite pour placer une fulgurante accélération et distance de 40 secondes la championne olympique pour franchir la ligne d'arrivée en vainqueur dans une grande émotion. Nicola Spirig absente du circuit courte distance depuis quelque temps a malgré tout chèrement défendu son titre et remporte la seconde médaille olympique de sa carrière[11],[12].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Son mari Reto Hug est également un triathlète suisse. Le couple vit à Winkel dans le canton de Zurich et a un fils Yanis[8] né en 2013[13]. Nicola Spirig est licenciée en droit[4] et a le statut de professeur de sport en Suisse[8].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Le tableau présente les résultats les plus significatifs (podium) obtenus sur le circuit international de triathlon depuis 2007[14],[15].

Année Compétition Pays Position Temps
2016 Jeux olympiques - Rio Drapeau du Brésil Brésil Médaille d'argent h 56 min 56 s
Ironman 70.3 Norvège Drapeau de la Norvège Norvège Médaille d'or h 9 min 37 s
Ironman 70.3 Italie Drapeau de l'Italie Italie Médaille d'or h 17 min 55 s
2015 Championnat d'Europe Drapeau de la Suisse Suisse Médaille d'or h 7 min 15 s
Jeux européens Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan Médaille d'or h 0 min 28 s
2014 Ironman Cozumel Drapeau du Mexique Mexique Médaille d'or h 14 min 7 s
Championnat d'Europe Drapeau de l'Autriche Autriche Médaille d'or h 10 min 24 s
Coupe du monde - l'étape de Cozumel Drapeau du Mexique Mexique Médaille d'or 58 min 47 s
2013 Coupe du monde - l'étape de Cozumel Drapeau du Mexique Mexique Médaille d'or 57 min 53 s
2012 Jeux olympiques - Londres Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Médaille d'or h 59 min 48 s
Championnat d'Europe Drapeau d’Israël Israël Médaille d'or h 7 min 11 s
WTS Kitzbühel Drapeau de l'Autriche Autriche Médaille d'or h 5 min 37 s
WTS Madrid Drapeau de l'Espagne Espagne Médaille d'or h 6 min 35 s
2011 Championnats du monde de triathlon en relais mixte Drapeau de la Suisse Suisse Médaille d'argent h 9 min 44 s
2010 Championnat du monde - Classement Général Médaille d'argent
Championnat d'Europe Drapeau de l'Irlande Irlande Médaille d'or h 57 min 58 s
WTS Madrid Drapeau de l'Espagne Espagne Médaille d'or h 6 min 1 s
Championnats du monde de triathlon en relais mixte Drapeau de la Suisse Suisse Médaille d'or h 13 min 31 s
2009 Championnat d'Europe Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas Médaille d'or h 55 min 42 s
2008 Coupe du monde - l'étape de Kitzbühel Drapeau de l'Autriche Autriche Médaille d'or h 57 min 28 s
2007 Coupe du monde - l'étape d'Eilat Drapeau d’Israël Israël Médaille d'or h 2 min 42 s
Championnat d'Europe Drapeau du Danemark Danemark Médaille de bronze h 3 min 24 s

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Christof Gertsch, « Triathlon statt Trampolin », Neue Zürcher Zeitung,
  2. a, b, c et d « Erfolge », sur nicolaspirig.ch (consulté le 18 mars 2014)
  3. (de) « Preisträger von 1981 bis 2012 » [PDF], sur sporthilfe.ch (consulté le 18 mars 2014)
  4. a et b « Nicola Spirig conserve son titre européen », Radio télévision suisse, (consulté le 18 mars 2014)
  5. (de) « 7 weitere Athleten für London selektioniert », Schweizer Fernsehen,
  6. « Nicola Spirig se couvre d'or au bout du suspense », Radio télévision suisse, (consulté le 18 mars 2014)
  7. « Credit Suisse Sports Awards: Nicola Spirig sportive de l'année », sur swisstriathlon.ch (consulté en 18 mas 2014)
  8. a, b, c et d « Nicola Spirig voir autre chose... », trimag, no 58,‎ , p. 30-33.
  9. « Résultat marathon féminin Championnats d'Europe 2014 », sur Francetvsport.fr (consulté le 9 octobre 2014)
  10. « Jeux Olympiques : l'Américaine Jorgensen en or », sur www.lequipe.fr, (consulté le 20 août 2016)
  11. Thierry Deketelaere et Olivier Berraud, « JO Rio femmes : Jorgensen prive Spirig de doublé », .
  12. (en) Merryn Sherwood, « Gwen Jorgensen (USA) claims Olympic Gold in dominant Rio perfomance », .
  13. (de) « Der «schnelle» Sohn der Triathlon-Olympiasiegerin », Tages-Anzeiger,
  14. « Nicola Spirig palmarès ITU », sur Triathlon.org (consulté le 9 octobre 2014)
  15. « Nicola Spirig Triathlon », sur www.Les-sports.info (consulté le 9 octobre 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :