Alistair Brownlee

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brownlee.
Alistair Brownlee
Alistair Brownlee (cropped).jpg
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (28 ans)
DewsburyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Fratrie
Autres informations
Taille
1,84 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Poids
70 kgVoir et modifier les données sur Wikidata
Entraîneur
Malcolm Brown
Jack Maitland (natation)
Site web
Distinction


Alistair Edward Brownlee, né le à Dewsbury en Angleterre, est un triathlète professionnel anglais, double champion olympique en 2012 et en 2016, double champion du monde en 2009 et 2011 et triple champion d'Europe. Il est le frère ainé de Jonathan Brownlee triathlète professionnel, médaille de bronze et d'argent lors des mêmes Jeux olympiques.

Il est nommé membre de l'ordre de l'Empire britannique à l'occasion de la liste de nominations honorifiques du nouvel an 2013.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Alistair Brownlee fait ses études à la Bradford Grammar School, une école privée de la ville de Bradford. Il poursuit au Girton College où il commence des études de médecine qu'il abandonne après huit semaines, pour rejoindre l'université de Leeds où il obtient un premier diplôme en science du sport et en physiologie. Il poursuit ses études pour obtenir, une maîtrise en finances. Il commence le triathlon à un jeune âge et prend la décision de se concentrer sur ce sport après sa victoire aux championnats du monde juniors en 2006[1]. Ses choix universitaires lui permettent de concilier ses études et une préparation plus intensive de triathlon.

Carrière en triathlon[modifier | modifier le code]

Alistair Brownlee est membre du club de triathlon au centre de hautes performances de l'université de Leeds, il est entraîné par le directeur de Carnegie Sport Malcolm Brown et en natation par Jack Maitland[2]. En France en 2015, il est licencié au club de triathlon de Sartrouville où il participe au championnat de France des clubs de division une[3].

Alistair Brownlee devient champion olympique en remportant l'épreuve de triathlon lors des Jeux olympiques d'été de 2012 devant l'Espagnol Javier Gómez et son frère Jonathan Brownlee[4]. Il conserve son titre aux Jeux olympiques d'été de 2016 à Rio de Janeiro et devient le premier triathlète double champion olympique de l'histoire de ce sport[5]. Il remporte un mois plus tard les championnats du monde d'aquathlon devant le tenant du titre et partenaire d'entrainement Richard Varga[6].

En 2016, il monte plusieurs fois sur le podium des séries mondiales de triathlon et remporte les étapes deLeeds et de Stockholm. Tenant du titre olympique, il est sélectionné d'office pour le Jeux olympiques d'été de 2016 à Rio de Janeiro. Il prend le départ de la course et se trouve dès le départ de la partie natation en compagnie de son frère Jonathan dans le sillage du meilleur nageur du circuit, le Slovaque Richard Varga. Il sortent ensemble pour la première transition et forme une échappée composée d'une dizaine de triathlètes dans laquelle le tenant du titre anime une collaboration en compagnie notamment du Français Vincent Luis. Il impose avec ce groupe un rythme élevé pour isoler et « piéger » les coureurs à pied les plus rapides des circuits internationaux et notamment, l'Espagnol Mario Mola et le Sud-Africain Richard Murray dans un peloton de poursuivants, qui perd plus d'une minute sur la tête de course[7].

Avec plus d'une minute et vingt secondes, il fait partie du groupe de tête qui démarre qui la course à pied à l'issue de la seconde transition. Rapidement, en compagnie de son frère et de Vincent Luis, ils prend ses distances avec les autres compétiteurs dont le Sud-Africain Henri Schoeman qui reste toutefois à une courte distance du trio de tête qui impose un rythme élevé dans la première boucle du parcours pédestre. Dès le second kilomètre, le Français subit l’accélération des deux frères à laquelle il ne peut résister. Les deux frères continuent seuls vers une nouvelle médaille. Lors du dernier tour, il accélère et crée un écart avec son frère Jonathan que ce dernier ne parvient pas à combler. Il passe la ligne d'arrivée seul et sans pression, le champion olympique en titre savoure sa nouvelle victoire sur la ligne d'arrivée que son frère passe quelques secondes plus tard. Il devient le premier triathlète de l'histoire à remporter deux médailles d'or olympique[8].

En septembre 2016, il crée la surprise en prenant le départ pour le première fois sur des championnats du monde d'aquathlon dont le titre 2015 était détenu par son collègue d'entrainement le Slovaque Richard Varga. Force est de constater que l'amitié professionnelle n'a pas cours pendant la compétition, le britannique ajoutant ce titre à son palmarès devant le Slovaque privé d'un cinquième titre d'une spécialité dans laquelle il excelle habituellement[9].

Au lendemain de ce nouveau titre, lors de la grande finale des séries mondiales de triathlon, il est l'auteur d'un geste envers son frère qui soulève admiration du public et polémique de la Fédération espagnole de triathlon. À la fin de la partie course à pied, son frère Jonathan en course pour le titre de champion du monde est pris d'un malaise du à une forte déshydratation à 400 mètres de l’arrivée et s'accroche visiblement au bord de l'évanouissement, à un officiel à poste de ravitaillement. Alistair le suivant de peu et dans un refus de le voir abandonner, le prend sous les bras et le remet en course. Franchissant la dernière ligne droite ensemble, il le propulse littéralement derrière la ligne d'arrivée avant de la franchir lui-même. Ce geste considéré comme fraternel est visionné plus de trente millions de fois sur les réseaux sociaux et fait l’objet de nombreux articles dans la presse spécialisée. Cependant la fédération espagnole de triathlon, estimant que l'aide apporté à Jonathan Brownlee est non réglementaire et demande sa disqualification. Demande refusée car non-fondée pour les instances internationales qui confirme rapidement le résultat de la course[10],[11].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Alistair Brownlee a deux frères, Edward et Jonathan. Avec son frère Jonathan, il organise ensemble depuis 2013 leur propre triathlon, « Brownlee Tri » pour mettre en avant ce sport en Grande-Bretagne auprès des adultes et des enfants britanniques[12], plus de 1 000 participants et 4 000 spectateurs sont présents à ce rendez-vous de fin septembre[13]. Alistair est nommé membre de l'ordre de l'Empire britannique à l'occasion de la liste de nominations honorifiques du nouvel an 2013, pour services rendus au triathlon[14].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Les tableaux présentent les résultats les plus significatifs (podium) obtenus sur le circuit international de triathlon depuis 2009[15].


Année Compétition Pays Position Temps
2016 WTS Cozumel Drapeau du Mexique Mexique médaille de bronze h 47 min 8 s
Championnats du monde d'aquathlon Drapeau du Mexique Mexique médaille d'or 28 min 58 s
Jeux olympiques - Rio de Janeiro Drapeau du Brésil Brésil médaille d'or h 45 min 1 s
WTS Stockholm Drapeau de la Suède Suède médaille d'or h 50 min 33 s
WTS Leeds Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni médaille d'or h 49 min 27 s
2015 WTS Cape Town Drapeau de l'Afrique du Sud Afrique du Sud médaille d'or h 39 min 19 s
WTS Londres Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni médaille d'or h 50 min 39 s
2014 Championnats du monde de triathlon en relais mixte Drapeau de l'Allemagne Allemagne Gold medal icon.svg h 19 min 7 s
WTS Finale Edmonton Drapeau du Canada Canada médaille d'or h 48 min 44 s
WTS Hambourg Drapeau de l'Allemagne Allemagne médaille d'or h 51 min 43 s
Championnat d'Europe Drapeau de l'Autriche Autriche Gold medal icon.svg h 54 min 8 s
2013 WTS Stockholm Drapeau de la Suède Suède médaille d'or h 55 min 31 s
WTS Kitzbühel Drapeau de l'Autriche Autriche médaille d'or h 55 min 23 s
2012 Jeux olympiques - Londres Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni Gold medal icon.svg h 46 min 25 s
WTS Kitzbühel Drapeau de l'Autriche Autriche médaille d'or h 50 min 13 s
2011 Championnat du monde - Classement Général Gold medal icon.svg
Championnat d'Europe Drapeau de l'Espagne Espagne Gold medal icon.svg h 48 min 48 s
Championnats du monde de triathlon en relais mixte Drapeau de la Suisse Suisse Gold medal icon.svg h 9 min 29 s
Championnat du monde sprint - WTS Lausanne Drapeau de la Suisse Suisse Bronze medal icon.svg h 52 min 38 s
2010 Championnat d'Europe Drapeau de l'Irlande Irlande Gold medal icon.svg h 44 min 25 s
2009 Championnat du monde - Classement Général Gold medal icon.svg
Victoires en séries mondiales de triathlon
Année Nombres Étapes
2016 2 Leeds, Stockholm
2015 2 Cape Town, Londres
2014 2 Edmonton (Finale), Hambourg
2013 3 San Diego, Kitzbühel, Stockholm
2012 1 Kitzbühel
2011 4 Pékin (Finale), Madrid, Kitzbühel, Londres
2010 2 Budapest (Finale), Madrid
2009 5 Gold Coast (Finale), Madrid, Washington, Kitzbühel, Londres
Total 21

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Championnat du monde juniors 2006 », sur www.triathlon.org (consulté le 1er mai 2015).
  2. « Alistair Brownlee ITU », sur www.triathlon.org (consulté le 1er mai 2015).
  3. « Les Brownlee rois de Sartrouville », sur www.lequipe.fr (consulté le 1er mai 2015).
  4. « JO Londres 2012 », sur www.triathlon.org (consulté le 1er mai 2015).
  5. (en) Merryn Sherwood, « Alistair Brownlee (GBR) makes history with Rio triathlon Gold »,‎ .
  6. (en) Erin Greene, « Alistair Brownlee, Mariya Shorets Aquathlon Champs », sur triathlon.org,‎ (consulté le 14 septembre 2016).
  7. (en) Merryn Sherwood, « Alistair Brownlee (GBR) makes history with Rio triathlon Gold »,‎ .
  8. Thierry Deketelarere et Olivier Berraud, « JO Rio hommes : Doublé historique d'Alistair Brownlee »,‎ .
  9. Alexandre Saint-Jalm, « Alistair Brownlee ajoute une ligne à son CV. Champion du monde Aquathlon. »,‎ .
  10. Nicolas Geay, « Brother in arm, acte 2 » [PDF], sur trimax-mag.com (consulté le 5 octobre 2016), p. 20-23.
  11. Alexandre Saint-Jalm, « Un final historique qui fait polémique, ou pas. »,‎ .
  12. « Site officiel Brownlee Tri », sur www.brownleetri.com (consulté le 1er mai 2015).
  13. « Brownlee Tri North report », sur www.tri247.com (consulté le 1er mai 2015)
  14. [PDF] (en) London Gazette: (Supplement) no. 60367. p. 24. 29 décembre 2012.
  15. « ITU : Alistair Brownlee », sur Triathlon.org (consulté le 9 octobre 2014).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]