Bison (roman)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bison (homonymie).
Bison
Image illustrative de l'article Bison (roman)
La chasse au bison selon George Catlin

Auteur Patrick Grainville
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Seuil
Collection Cadre rouge
Date de parution
ISBN 2021138895
Chronologie

Bison est le vingt-quatrième roman de Patrick Grainville, publié aux éditions du Seuil le .

Historique[modifier | modifier le code]

Vingt-six ans après L'Atelier du peintre, Bison est à nouveau l’occasion pour Patrick Grainville, par ailleurs auteur de nombreux textes consacrés à la peinture, de retrouver un personnage central de peintre. C’est en 1845 que George Catlin vient en France présenter ses toiles et des objets indiens au roi Louis-Philippe[1], il fascinera à la fois George Sand[2] et Charles Baudelaire qui fera notamment un éloge enthousiaste de la symphonie du rouge et du vert dans ses tableaux[3]. Reconstituant le séjour de George Catlin chez les Sioux, quelques années plus tôt, Patrick Grainville relaie cette fascination pour son œuvre et ses modèles, les Indiens des Plaines, qu’il a contribué à préserver de l’oubli[4].

Résumé[modifier | modifier le code]

En 1831, George Catlin décide de rompre avec son milieu bourgeois, son confort, pour partir faire le tour des tribus afin de sauver la mémoire des Indiens dont il pressent la disparition. L’action se déroule une trentaine d’années avant la conquête de l'Ouest et l’invasion blanche. George Catlin s’installe parmi les Sioux et devient l’observateur privilégié de leurs rites, la chasse au bison, la Danse du Soleil, la guerre avec les Crows, etc. Il rencontre entre autres Aigle Rouge, leur chef et fier guerrier, Elan Noir, son frère d’armes, en proie à des humeurs sombres et changeantes, Genou Boiteux, l’impressionnant pisteur, Louve Blanche, une prisonnière crow, femme artiste, rebelle et amoureuse[5], Oiseau Deux Couleurs, le chamane ambigu, et Cuisses, l’étonnante squaw qui lui sauve la vie. George Catlin peint sans cesse et est obsédé par la collecte d’objets qu’il destine à « son grand musée indien promis à la postérité »[6]. Jusqu’au jour où Louve Blanche décide de s’échapper...

Réception critique[modifier | modifier le code]

Jugé « envoûtant »[7] et « magnifique »[8], Bison est considéré comme l’un des romans phares de la rentrée littéraire d’hiver 2014[9] et reçoit un excellent accueil[10], à l’instar des grands succès de l’auteur. Le style de Patrick Grainville, « maître es épopées »[11], y est perçu comme apaisé, pudique et respectueux, tout à son sujet (le crépuscule d’une civilisation), à travers le témoignage de « George Catlin, dont il saisit à son tour l’humanité, la réalité. »[12]

Bison a reçu le Grand prix Palatine du roman historique le 8 avril 2014[13] et le Prix Littéraire des Lycéens de la Ville de Caen le 7 avril 2015[14].

Éditions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La réception du musée indien de George Catlin par Claire Le Thomas
  2. Relation d’un voyage chez les Sauvages de Paris, Œuvres illustrées de George Sand, Pierre-Jules Hetzel, 1853, 3., p. 41-48.
  3. Curiosités esthétiques, Salon de 1846, VI De quelques coloristes, Œuvres complètes de Charles Baudelaire, Michel Lévy frères, 1868, II., p. 123-124.
  4. Bison de Patrick Grainville, Delphine Peras, Lire no 421, décembre 2013, p. 64.
  5. Peintures de guerre, peinture d'amour, Astrid de Larminat, Le Figaro littéraire du jeudi 9 janvier 2014, p. 4.
  6. Bison, éditions du Seuil, 2014, p. 118.
  7. Vous allez les dévorer, Pierre Vavasseur, Le Parisien du 6 janvier 2014, p. 36.
  8. Un pinceau et des plumes, Gilles Martin-Chauffier, Paris Match no 3373 du 9 janvier 2014, p. 5 et 18.
  9. « Un style baroque, une œuvre dense, foisonnante, la patte de Patrick Grainville règne sur la littérature française depuis plus de 40 ans. », La petite rentrée littéraire a tout d’une grande, Marie-Françoise Gihousse, Éditions du Groupe l'Avenir du 9 janvier 2014.
  10. Trio gagnant : Grainville, Kerangal, Kureishi, éditorial de Vincent Jaury, et dossier de Damien Aubel consacré à Bison dans Transfuge no 74, janvier 2014, p. 3, 18 et 26-31.
  11. Grainville est sioux, Véronique Cassarin-Grand, Le Nouvel Observateur no 2565 du 2 janvier 2014, p. 90.
  12. L’inoubliable portrait de George Catlin, Jocelyne Remy, Le Bien public, 10 janvier 2014.
  13. Le grand prix Palatine pour Patrick Grainville, Marie-Christine Imbault, Livres-Hebdo, 9 avril 2014.
  14. Le bison et les Indiens de Patrick Grainville séduisent les lycéens, Benoît Lascoux, Ouest-France, 8 avril 2015.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]