Michel Emer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Michel Emer
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom de naissance
Michel Benjamin Rosenstein
Nationalité
Activités
Autres informations
Instrument

Michel Emer[1], né Michel Benjamin Rosenstein à Saint-Pétersbourg le et mort à Neuilly-sur-Seine le , est un auteur-compositeur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Vie privée[modifier | modifier le code]

Michel Emer fut l'époux d'Henriette Aghion, célèbre gynécologue dont il a deux enfants Laurence et Jacques.

En 1954, il épouse en secondes noces la comédienne Jacqueline Maillan, pour laquelle il a écrit les chansons de ses spectacles.

Michel Emer repose au cimetière parisien de Bagneux.

Carrière[modifier | modifier le code]

Chansons, ses interprètes[modifier | modifier le code]

Michel Emer a écrit de nombreuses chansons :

Jean Sablon interprète et enregistre sa chanson Béguin-Biguine en 1932.

En 1936, il cosigne avec Charles Trenet la musique de Y'a d'la joie. Il a aussi arrangé plusieurs de ses chansons...

Avant de partir pour le front, Michel Emer compose en février 1940 le titre L'Accordéoniste, interprété par Édith Piaf.

Pour la chanteuse , il écrit plus d'une vingtaine de chansons dont (notamment) : J'm'en fous pas mal, N'y va pas Manuel, Bal dans ma rue, Et moi, Une dame, La fête continue, De l'autre côté de la rue et l'une des plus connues À quoi ça sert l'amour qu'elle chante en duo avec Théo Sarapo.

Johnny Hallyday a chanté à trois reprises Michel Emer, auteur des paroles françaises de : Sentimental (1961 - 33 tours 25 cm Tête à tête avec Johnny Hallyday - le titre est également repris par Eddy Mitchell en 1963 sur l'album Eddy in London) ; Quand ce jour-là viendra (1963, album Les Bras en croix) ; Je te reverrai (1964, 33 tours 25 cm Le Pénitencier).

Fréhel, Damia, Lys Gauty, Yves Montand[2], André Claveau, Ray Ventura et ses Collégiens, Luis Mariano, Tino Rossi, Eartha Kitt, Jacqueline François, Odette Laure, Patachou, Marie Dubas, [...], l'ont chanté.

Théâtre[modifier | modifier le code]

Opérettes[modifier | modifier le code]

Discographie[modifier | modifier le code]

  • 78 tours Polydor 590.165 Hello, Baby, Mademoiselle/ Dans les plaines du Far-West - Michel Emer et son orchestre
  • 78 tours Polydor 590.190 Chanson aux nuages/ Perfidia

Musique de film[modifier | modifier le code]

(liste partielle)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Né Rosenstein, son patronyme devient légalement Emer par jugement du tribunal de la Seine du 2 octobre 1953 (acte de mariage no 828 du 12 mai 1937 sur le site des archives de Paris).
  2. Rue Lepic, par Yves Montand sur le site Encyclopédisque

Liens externes[modifier | modifier le code]